Marie-Angélique le Blanc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Blanc.

Marie-Angélique Memmie[N 1] le Blanc, née vers 1712 en Louisiane française, probablement dans le territoire de l'actuel état américain du Wisconsin et morte à Paris le 15 décembre 1775 est une personnalité du XVIIIe siècle restée célèbre pour avoir été une enfant sauvage, « la fille sauvage de Songy ». Capturée dans ce village de Champagne en septembre 1731, elle est connue dans la littérature anglophone sous le nom de « fille sauvage de Champagne » (wild girl of Champagne).

Biographie[modifier | modifier le code]

Ce dont on est certain et qui est attesté par des documents d'archives la mentionnant explicitement concerne sa vie entre sa capture à Songy et sa mort à Paris : son inscription au registre des entrées de l'hospice Saint-Maur de Châlons-en-Champagne, son acte de baptême, la mention de ses pensions dans les registres royaux, l'inventaire de ses possessions après décès.

Les articles du Mercure de France ont été rédigés peu de temps après sa capture et sont donc de première main. Toutefois, il n'est pas totalement exclu que les journalistes de l'époque ait déjà voulu verser dans le sensationnalisme et exagéré certains faits.

Elle a donc été retrouvée dans un fort état d'ensauvagement dans le cimetière de Songy en septembre 1731 puis recueillie par le Vicomte d'Espinay et son berger avant d'être confiée à l'Hospice Saint-Maur puis de passer de couvents en couvent champenois avant de gagner Paris et tenter d'accéder au noviciat. Suite à un accident, elle renonce et part vivre seule dans des appartements parisiens.

Selon Mme Hecquet et Charles de la Condamine qui se sont entretenus avec elle vers 1754-55 :

Alors que les archives et les articles du Mercure de France[SI 1] de l'année de sa capture assurent qu’elle était âgée d’environ 19 ans lors de sa capture, la biographie qu'elle écrivit elle-même en collaboration avec une certaine Mme Hecquet et probablement Charles Marie de La Condamine, Histoire d'une jeune fille sauvage, Trouvée dans les bois à l'âge de dix ans [SI 2] lui attribue donc dix de moins qu'en réalité.

Cependant, dans cet ouvrage, Mme Hecquet fait elle-même part de ses doutes au sujet de l'âge de Marie-Angélique. Le livre reproduit en effet l'article paru dans le Mercure de France de 1731. A la citation "Du reste, elle paraît âgée d'environ 18 ans", Mme Hecquet ajoute une note disant "Il y a sûrement ici une erreur ou d'impression ou de copiste. On voit par l'extrait de son baptême en Juin 1732, on ne lui donnait qu'onze ans ; et elle devait paraître plus formée qu'une enfant de son âge, son tempérament s'étant fortifié par la vie dure qu'elle menait, exposée continuellement aux injures de l'air. Enfin aujourd'hui en 1754, elle ne parait pas avoir plus de 33 ou 34 ans, quoiqu'elle ait eu de longues et de fréquentes maladies." Or, la falsification de l'acte de baptême [SI 3] est grossière et l'on voit nettement que la mention initiale de l'âge « dix-neuf ans » a été biffée et remplacée par l'inscription « onze ans  » au-dessus. Mais il est probable que, le curé de Saint-Sulpice ayant certifié conforme une copie en 1750 attestant que Marie-Angélique ait été âgée de onze lors de son baptême à Chalons-en-Champagne, Mme Hecquet n'ait pas songé qu'un prêtre ait pu avoir menti.

Dans ce livre, on peut voir que les auteurs attribuent à Marie-Angélique de probables origines Esquimaudes. Ils se basent pour cela sur des souvenirs racontés par Marie-Angélique elle-même. Elle reconnaît parmi plusieurs costumes de poupées celui des esquimaux et fait la description d'un animal ressemblant fort à un phoque.

Selon Serge Aroles qui s'appuie sur ses recherches dans les archives :

Marie-Angélique serait une petite Amérindienne du Wisconsin — alors colonie française —, de la tribu des Renards ou Fox, tels qu’ils sont appelés aux États-Unis —, ce qui explique sa longue survie en forêt, attendu que, très jeune déjà, elle savait nager, coudre des vêtements de peaux, etc.).

Elle aurait survécu dix années en forêt avec une compagne noire et serait le seul enfant pour lequel la survie en forêt pendant une décennie puisse être raisonnablement crédible au vu des archives. Elle se serait évadé en novembre 1721, durant la grande peste de Provence, où son navire venant du Canada avait accosté un an plus tôt. Il explique donc les souvenirs "esquimaux" de Marie-Angélique et son français correct par le fait qu'elle aurait séjournée dans le Fort français Ponchartrain du Labrador en compagnie de Mme Courtemanche et du Commandant Brouague, son fils.

Elle est en tout cas le seul enfant sauvage qui, découvert dans un grand état de régression comportementale, a présenté ensuite une réelle résurrection intellectuelle, apprenant à lire et écrire (nous possédons des écrits d'elle et la liste des livres de sa bibliothèque dans l'inventaire notarié de ses biens qui fut dressé en janvier 1776, un mois après son décès).

Elle apprit à lire et écrire grâce aux Dames Régentes puis tenta de devenir nonne avant de sombrer dans la misère. Elle fut sauvée par un entretien avec la reine de France, épouse de Louis XV et mourut assez fortunée, son inventaire après décès en faisant foi.

Le philosophe écossais Monboddo l’interrogea en 1765 et la cita comme « le personnage le plus extraordinaire de son époque ». Bien que de nombreux autres auteurs aient écrit à son sujet comme Louis Racine[SI 4],[SI 5], La Mettrie[SI 6] et Buirette de Verrières[SI 7], cette femme au destin peu commun fut peu à peu oubliée en France, peut-être effacée par les évènements de la Révolution et la célébrité de Victor de l'Aveyron. Sa notoriété s'est davantage maintenue dans les pays anglo-saxons comme en atteste les recherches la concernant effectuées par Julia Douthwaite et la citation de son nom dans un épisode de la série télévisée Fringe[N 2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ce deuxième prénom de Memmie est celui de son parrain et lui a été attribué pour rappeler le fait que l'enfant a été trouvée dans le diocèse de Châlons dont Saint Memmie fût le premier évêque
  2. Fringe, Saison 1, Episode 15 L'Enfant sauvage

Sources primaires[modifier | modifier le code]

  1. AM N…, « Lettre écrite de Châlons en champagne, le 9 décembre 1731, par M. AM. N… au sujet de la Fille Sauvage, trouvée aux environs de cette ville », Le Mercure de France, vol. II,‎ décembre 1731, p. 2983-2991 (lire en ligne)
  2. Marie-Catherine Homassel Hecquet et Charles Marie de La Condamine, « Histoire d'une jeune fille sauvage, trouvée dans les bois à l’âge de dix ans », Le Mercure de France,‎ 1755, p. 1-72 (lire en ligne)
  3. anonyme, « Fac simile de l'acte de baptême de Marie-Angélique Memmie le Blanc, hébergé sur un site d'images personnelles », www.hiboox.com (consulté en 23.01.2013)
  4. Louis Racine, « Œuvres de Louis Racine, tome deuxième - Epitre 2 sur l'Homme »,‎ 1747
  5. Louis Racine, « Œuvres de Louis Racine, tome sixième - Eclaircissement sur la fille sauvage »,‎ 1747
  6. Julien Offray de La Mettrie, « Œuvres philosophiques de Mr. de La Mettrie, tome troisième »,‎ 1747
  7. Claude-Rémi Buirette de Verrières, « Annales historiques de la ville et Comté-Pairie de Chalons-sur-Marne »,‎ 1788

Sources secondaires[modifier | modifier le code]

  • Serge Aroles, Marie-Angélique (Haut-Mississippi, 1712 - Paris, 1775). Survie et résurrection d'une enfant perdue dix années en forêt,‎ 2004 (ISBN 2 915587 019)
    Une biographie romancée de Marie-Angélique, avec 30 documents d'archives en fac-similé
  • Serge Aroles, L’Énigme des enfants-loups. Une certitude biologique mais un déni des archives.,‎ 2007 (ISBN 2748339096)
    Une approche générale critique, basée sur les archives, relative à l'ensemble des cas d'enfants sauvages
  • Douthwaite, Julia V., The Wild Girl, Natural Man, and the Monster: Dangerous Experiments in the Age of Enlightenment. University of Chicago Press, 2002 ISBN 9780226160566.
  • Jean-David Morvan-Aurélie Bévière/Gaëlle Hersent, Marie-Angélique, la Fille sauvage,‎ 2013 (ISBN en cours[à vérifier : isbn invalide])
    roman graphique narrant la vie de ce personnage à paraître aux éditions Delcourt - Premières informations ici : http://marieangelique.blogspot.com/