Marie-Émile Boismard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Claude (dit Marie-Émile) Boismard () était un exégète français, membre de l'ordre dominicain.

Licencié en théologie (Le Saulchoir) et en sciences bibliques (Rome), il a été professeur de Nouveau Testament à l'École biblique et archéologique française de Jérusalem et à l'Université de Fribourg en Suisse. Il a notamment participé à la traduction de la Bible de Jérusalem et a réalisé la Synopse des quatre Évangiles. En 1988, il avait été fait Docteur honoris causa de l'Université Catholique de Louvain (KUL). Le dominicain français a marqué l'exégèse du XXe siècle siècle et influencé plusieurs générations d'étudiants et de chercheurs.

Il s'est notamment intéressé à l'évangile selon Jean, avançant l'hypothèse que l'apôtre Jean ne serait pas l'auteur de cet évangile, "presbytre Jean". Il a, en effet, mis au jour une notice, attribuée à Papias, et divers textes plus tardifs tels qu'un martyrologe syriaque relatant le martyre des deux apôtres fils de Zébédée à Jérusalem, un livre de la liturgie gallicane, un sacramentaire irlandais et un manuscrit conservé à la cathédrale de Trèves, selon lesquels l'apôtre Jean, fils de Zébédée, serait mort soit en 43, soit peu après[1]. Cela, toujours selon M.-É. Boismard, serait conforme à l'évangile de Marc où Jésus a annoncé à Jean et Jacques, fils de Zébédée, leur mort en martyr, ce qui serait incompatible avec une mort de Jean à Éphèse, à un âge avancé[2]. Toutefois, à cette hypothèse, s'oppose le jugement de S. Jérôme, Père et Docteur de l'Église, et de Bède le Vénérable : « On se demande, écrit S. Jérôme, dans quel sens les deux enfants de Zébédée, Jacques et Jean, ont bu le calice du martyre [annoncé par Jésus], puisque, d'après l'Écriture, seul Jacques fut décapité par Hérode (Ac 12), tandis que Jean mourut de mort naturelle; mais puisque nous lisons, dans l'histoire ecclésiastique, que Jean fut plus tard plongé dans une chaudière d'huile bouillante, et qu'il fut ensuite exilé dans l'île de Pathmos, nous voyons bien qu'il eut vraiment, en ces épreuves, l'esprit du martyre, et qu'il but le calice du confesseur de la foi, comme burent aussi ce calice les trois enfants dans la fournaise (Livre de Daniel), bien que leur persécuteur n'ait pas allé jusqu'à répandre leur sang[3] ». A cet égard, il est également à noter que le Magistère de l'Église catholique, pour sa part, a toujours maintenu et enseigné que l'apôtre Jean de Zébédée, mort très âgé à Éphèse vers l'an 100, est l'auteur du livre de l'Apocalypse, du quatrième évangile, ainsi que des trois lettres apostoliques désignées sous son nom.


Œuvres[modifier | modifier le code]

  • L'Apocalypse (La Sainte Bible traduite en français sous la direction de l'École biblique de Jérusalem), Paris, Éd. du Cerf, 1950.
  • Le Prologue de saint Jean, Paris, Éd. du Cerf, «Lectio Divina» 11, 1953.
  • Du Baptême à Cana (Jean 1,19-2,11), Paris, Éd. du Cerf, «Lectio Divina» 18, 1956.
  • Quatre hymnes baptismales dans la première épître de Pierre, Paris, Éd. du Cerf, «Lectio Divina» 30, 1961.
  • Synopse des quatre évangiles en français avec parallèles des apocryphes et des Pères, vol. I, Textes, avec P. Benoit, Paris, Éd. du Cerf, 1965.
  • Synopse des quatre évangiles en français, vol. II, Commentaire, avec P. Benoit, A. Lamouille et P. Sandevoir, Paris, Éd. du Cerf, 1972.
  • Synopse des quatre évangiles en français, vol. III, L'évangile de Jean, avec A. Lamouille et G. Rochais, Paris, Éd. du Cerf, 1977.
  • La Vie des Évangiles. Initiation à la critique des textes, avec A. Lamouille, Paris, Éd. du Cerf, 1980.
  • Le Texte occidental des Actes des apôtres. Reconstitution et réhabilitation, (2 vol.) (Synthèse 17), avec A. Lamouille, Paris, Éd. Recherche sur les civilisations, 1984. Édition nouvelle entièrement refondue (Études bibliques NS 40), Paris, J. Gabalda, 2000.
  • Synopsis Graeca Quattuor Evangeliorum, avec A. Lamouille, Leuven-Paris, Peeters, 1986.
  • Moïse ou Jésus. Essai de christologie johannique (BETL, 86), Leuven, University Press-Peeters, 1988.
  • Les Actes des deux apôtres (3 vol.) avec A. Lamouille (Études bibliques 12-14), Paris, J. Gabalda, 1989.
  • Un évangile pré-johannique (F. vol. I [Jean 1,1-2,12] en 2 tomes, avec Arnaud Lamouille, Paris, Gabalda [Études Bibliques, n.s. 17-18], 1993; vol. II [Jean 2,13-4,54] en 2 tomes, Paris, Gabalda [Études Bibliques n.s. 24-25], 1994; vol. III).
  • L'évangile de Marc. Sa préhistoire (F. Paris, Gabalda [Études Bibliques n.s. 26], 1994).
  • Faut-il encore parler de « résurrection »? (F. Paris, Cerf, 1995)
  • Jésus, un homme de Nazareth, raconté par Marc l'évangéliste, Éd. du Cerf, 1996.
  • Le martyre de Jean l'apôtre (CRB 35), Paris, Gabalda, 1996.
  • L'Évangile de l'enfance (Luc 1 - 2) selon le proto-Luc (Études bibliques 35), Paris, J. Gabalda, 1997.
  • En quête du proto-Luc (Études bibliques 37), Paris, J. Gabalda, 1997.
  • À l'aube du christianisme. Avant la naissance des dogmes (Théologie), Paris, Cerf, 1998.
  • Critique textuelle ou critique littéraire? Jean 7,1-51 (CRB 40), Paris, J. Gabalda, 1998.
  • La lettre de saint Paul aux Laodicéens retrouvée et commentée (CRB 42), Paris, Gabalda, 1999.
  • L'énigme de la lettre aux Éphésiens (Études bibliques NS 39), Paris, J. Gabalda, 1999.
  • Le baptême selon le Nouveau Testament (Théologies), Paris, Le Cerf, 2001.
  • Comment Luc a remanié l'évangile de Jean (CRB 51), Paris, J. Gabalda, 2001.
  • L'évangile selon Matthieu, d'après un papyrus de la collection Schøyen. Analyses littéraires (CRB 55), Paris, Gabalda, 2003.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]


Références[modifier | modifier le code]

  1. Marie-Émile Boismard, « Le Martyre de Jean l'apôtre », Paris, éd. Gabalda, coll. Cahiers de la Revue biblique, n° 35, 1996.
  2. Mc 10. 35-40
  3. Thomas d'Aquin "Catena Aurea" Explication suivie sur l'Évangile de Saint Matthieu 20,20-28 ; Explication suivie sur l'Évangile de Saint Marc 10,35-40.