Marie-Ève Nault

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Marie-Ève Nault
Pas d'image ? Cliquez ici.
Situation actuelle
Équipe Sans club
Biographie
Nationalité Drapeau : Canada Canadienne
Naissance 16 février 1982 (32 ans)
Lieu Trois-Rivières
Poste Défenseur
Milieu de terrain défensif
Parcours junior
Saisons Club
1992-1997 Drapeau : Canada Gazelles de l'ATS
1998-1999 Drapeau : Canada Diablos du Cégep de Trois-Rivières
2000-2002 Drapeau : États-Unis Lady Volunteers de l'Université du Tennessee
Parcours professionnel 1
Saisons Club M. (B.)
2003 Drapeau : Canada Fury d'Ottawa 0? (?)
2004 Drapeau : Canada Xtrem de Montréal 12 (2)
2005 Drapeau : France RC Saint-Étienne 02 (0)
2006-2007 Drapeau : Canada Fury d'Ottawa 20 (1)
2008 Drapeau : États-Unis FC Indiana 14 (0)
2009 Drapeau : États-Unis Chicago Red Eleven 10 (3)
2010 Drapeau : Canada Fury d'Ottawa 09 (0)
2011 Sans Club 0? (?)
2012 Sans Club 0? (?)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe M. (B.)
2004- Drapeau : Canada Canada 53 (0)
Équipes entraînées
Années Équipe Stats
2008- Drapeau : Canada Univ. Québec Trois-Rivières  ? m.
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.
Dernière mise à jour : 11 aout 2012

Marie-Ève Nault (née le 16 février 1982 à Trois-Rivières au Québec) est une joueuse de football (de soccer) canadienne évoluant au poste de défenseur et parfois de milieu de terrain défensif. Elle joue au cours de sa carrière dans plusieurs clubs de la W-League et est membre de l'Équipe du Canada de soccer féminin (53 sélections en date du 11 août 2012).

À titre personnel, Marie-Ève Nault est élue sur les équipes d'étoiles de la W-League à quatre reprises et est sacrée meilleure défenseure de la W-League en 2008, consacrant une carrière en club déjà bien remplie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière de joueuse[modifier | modifier le code]

Carrière en club[modifier | modifier le code]

Ses débuts au Québec[modifier | modifier le code]

Marie-Ève Nault commence à jouer au soccer à l'école et remporte plusieurs championnats régionaux. Elle reçoit par ailleurs plusieurs prix sportifs et est souvent la meilleure buteuse de son équipe.

Lors de la saison 1999, les Diablos, son équipe du Cégep de Trois-Rivières, remportent le Coupe du Québec Saputo AAA avec treize victoires sans aucune défaite. En plus les Diablos remportent la médaille d’argent au championnat provincial collégial AA de la Fédération québécoise du sport étudiant et la médaille de bronze au championnat collégial canadien. À la fin de cette saison, Marie-Ève Nault est nommée membre de l’équipe d’étoiles de la ligue collégiale AA en plus de recevoir le titre d’étudiante-athlète féminine de l’année.

Toujours en 1999, avec l'apport de Marie-Ève Nault, l'équipe provinciale du Québec gagne une médaille de bronze au Championnat national canadien des moins de 18 ans tenu en Ontario[1].

NCAA[modifier | modifier le code]

À la fin de ses études au Cégep, Marie-Ève Nault se fait offrir une bourse d'études pour aller jouer dans une université aux États-Unis bien qu'elle ne parle pas un seul mot d'anglais. De 2000 à 2002, elle joue pour les Lady Volunteers de l'Université du Tennessee, dans la NCAA First Division. Elle évolue alors au poste de défenseur et marque son premier but dans la NCAA en convertissant un penalty contre l'Université d'Arizona[2]. Au cours de ses trois saisons universitaires, elle dispute quatre-vingt trois matchs pour seize buts et onze mentions d'assistance, équivalent américain de la passe décisive, pour un total de quarante-trois points[2]. En 2002, elle aide son équipe à remporter le titre de la conférence Est et à se rendre en quart de finale national. Elle y marque le but gagnant d'un tir de vingt-huit mètres dans le coin supérieur droit pour la victoire un but à zéro contre l'Université de Géorgie[3].

W-League[modifier | modifier le code]

Nault joue 7 saisons dans la W-League et une saison dans la Division 2 française).

Chronologie :

Carrière internationale[modifier | modifier le code]

Peu de temps avant son 22e anniversaire, Marie-Ève Nault joue son premier match, le 30 janvier 2004, pour l'équipe du Canada, puis participe avec l'équipe nationale au Tournoi des 4 Nations en Chine. Par la suite elle joue quelques matchs avec la sélection[8] mais, entre 2005 et 2009, elle n'est pas appelée par le sélectionneur Even Pellerud[9].

Ce n'est qu'avec le changement de sélectionneur et l'arrivée de Carolina Morace qu'elle est réintégrée dans l'équipe nationale[10]. « Je n'ai rien à perdre. C'est une seconde chance pour moi de faire ma place dans l'équipe canadienne. Cette invitation, c'est une belle surprise car je ne l'attendais vraiment pas[11] ».

Par la suite, elle obtient un poste régulier de défenseur dans le onze titulaire de l'équipe nationale[12]. En mars 2010, son jeu défensif aide le Canada a remporté sa première Coupe de Chypre[13],[14] puis un peu plus tard la Gold Cup pour se qualifier pour la Coupe du monde féminine 2011[15].

Marie-Ève Nault est membre de l'équipe canadienne lors de cette coupe du Monde[16] et est du match d'ouverture contre l'Allemagne. Toutefois sa contre-performance lui vaut d'être remplacée lors du second match. « Ça m'a fait quelque chose de me faire débarquer. Mais si le coach pensait que c'était ce qu'il y avait de mieux pour l'équipe...J'ai eu une rencontre avec les entraîneurs, et ils m'ont expliqué qu'ils allaient faire des changements pour le prochain match[17] ». C'est donc à partir du banc qu'elle voit son équipe s'écrouler contre la France lors de la coupe du monde. « C'était difficile de regarder; on se sent tellement impuissante[17]... ».

De retour au Canada, Marie-Ève Nault participe à quelques matchs internationaux amicaux mais elle se fracture une cheville chez elle lors d'un souper de filles[18]. Elle doit alors s'absenter du jeu et ne peut participer aux qualifications pré-olympiques en vue des Jeux olympiques de Londres[19]. Elle est de retour à l'entraînement en janvier 2012[20] mais n'est pas retenue par le nouveau sélectionneur John Herdman pour la Coupe de Chypre 2012[21].

En avril 2012, Marie-Ève Nault est sélectionnée pour le camp entraînement à Vancouver en préparation des Jeux Olympiques[22]. Elle participe aux matchs préparatoires du Canada en vue des Jeux olympiques de Londres[23]. Malheureusement elle n'est pas sélectionnée en vue du tournoi olympique mais toutefois elle est sur la liste des trois substituts auxquels chacune des sélections nationales a droit[24]. « Sur le coup, c'est décevant. J'aurais aimé avoir la chance de jouer, mais au moins, je vais vivre l'expérience des Jeux olympiques et je vais rester dans l'entourage du groupe. On ne sait jamais ce qui peut arriver[25] ». Suite aux blessures des défenseures Candace Chapman[26] et Robyn Gayle[27] Nault joue au troisième match du Canada dans la phase des groupes: match que la Suède et le Canada annulent 2-2[28]. En quart-de-finale contre l'Angleterre, Nault fait une solide prestation défensive et le Canada grâce aux buts de Filigno et de Sinclait passe en demi-finale[29]. Nault joue 101 minutes [30] dans cette défaite crève-cœur[31] en prolongation contre les américaines[32],[33].

Le 9 août 2012, Nault joue 84 minutes dans le match de la victoire du Canada pour la médaille de bronze olympique[34]. Le Canada bat la France 1-0[35].

Carrière d'entraîneur[modifier | modifier le code]

Entraîneur adjointe des Patriotes en 2006-2007, Marie-Ève Nault obtient son brevet d'entraîneur début de 2008, elle débute comme entraîneur de l'équipe de soccer féminin des Patriotes de l'Université du Québec à Trois-Rivières[36]. Les Patriotes sont membres de la Ligue universitaire de soccer du Québec. Un camp d'entraînement de pré-saison a lieu en France à l'automne 2009[37]. La connaissance du soccer et les qualités de communicatrice de Marie-Ève Nault permettent la construction d'une jeune équipe de soccer universitaire (2e niveau féminin au Canada). De plus elle s'implique dans le programme sport-études pour les jeunes de la région de la Mauricie.

Statistiques[modifier | modifier le code]

En équipe nationale[modifier | modifier le code]

Marie-Ève Nault totalise 53 capes avec l'équipe du Canada et n'a marqué aucun but (joueuse avec un rôle essentiellement défensif dans l'équipe nationale). Appelé en équipe nationale à partir de 2004, elle est une des grandes artisanes de la victoire de son pays en finale de la Gold Cup en 2010. La même année elle remporte la Coupe de Chypre, qu'elle remporte également en 2011 avant de participer à l'aventure malheureuse de son équipe à la Coupe du monde féminine de 2011.

Liste des matchs en sélection de Marie-Ève Nault[note 1]
Date Adversaire Score Compétition Lieu Commentaires
26 juin 2011 Drapeau : Allemagne Allemagne 1-2 Mondial Stade olympique, Berlin, Allemagne Titulaire (remplacée à la 46e minute)[38]
5 juillet 2011 Drapeau : Nigeria Nigeria 0-1 Mondial Glücksgas-Stadion, Dresde, Allemagne Titulaire[39]

En club[modifier | modifier le code]

Statistiques de Marie-Ève Nault au 11 mai 2012[40],[41],[42],[43],[44],[45],[46],[47]
Saison Club Championnat Coupe(s) nationale(s) Total
Division M B Pd M B Pd M B Pd
2000 Drapeau des États-Unis Université du Tennessee NCAA 17 6 1 - - - 17 6 1
2001 Drapeau des États-Unis Université du Tennessee NCAA 18 2 3 - - - 18 2 3
2002 Drapeau des États-Unis Université du Tennessee NCAA 25 1 3 - - - 25 1 3
2003 Drapeau du Canada Fury d'Ottawa W-League  ?  ?  ? - - -  ?  ?  ?
2004 Drapeau du Canada Xtreme de Montréal W-League 12 2 2 - - - 12 2 2
2005 Drapeau de la France RC Saint-Étienne Division 2 2 0 0 - - - 2 0 0
2006 Drapeau du Canada Fury d'Ottawa W-League 9 0 0 - - - 9 0 0
2007 Drapeau du Canada Fury d'Ottawa W-League 11 1 1 - - - 11 1 1
2008 Drapeau des États-Unis FC Indiana W-League 14 0 0 - - - 14 0 0
2009 Drapeau des États-Unis Chicago Red Eleven W-League 10 1 1 - - - 10 1 1
2010 Drapeau du Canada Fury d'Ottawa W-League 9 0 0 - - - 9 0 0
2011 Pays inconnu Sans Club - - - - - - - - -
2012 Pays inconnu Sans Club - - - - - - - - -
Total sur la carrière 127 13 11 - - - 127 13 11

Palmarès[modifier | modifier le code]

En équipe nationale[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

Fury d'Ottawa[modifier | modifier le code]

  • Finaliste au Championnat de la W-League: 2006, 2007
  • Participation au Final Four de la W-League : 2003, 2006, 2007
  • Championnat de conférence : 2006
  • Championnat de division : 2006, 2007,2010

FC Indiana[modifier | modifier le code]

  • Finaliste au Final Four de la W-League: 2008
  • Championnat de conférence : 2008
  • Championnat de division : 2008

Chicago Red Eleven[modifier | modifier le code]

  • Championnat de conférence : 2009
  • Championnat de division : 2009

Honneurs et distinctions personnelles[modifier | modifier le code]

  • Élue à quatre reprises sur l'équipe des étoiles de la W-League (2006, 2007, 2008 et 2010)
  • Élue meilleure défenseure de la W-League en 2008 (All conference defender)
  • Élue dans the squad's Defensive Most Valuable Player (NCAA) en 2002
  • Nommée membre de l'équipe d'étoiles U-18 du Canada (1999)
  • Sélectionnée dans le All-Canadian Junior College team (1999)
  • Récipiendaire du prix de la meilleure athlète féminine par la Fédération de soccer du Québec (1998)
  • Nommée joueuse MVP dans la Ligue de soccer élite du Québec (1996 et 1997)
  • Élue joueuse MVP de son club jeunesse les Gazelles de l'ATS pendant 6 saisons consécutives.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ce tableau n'est pas complet, votre aide est la bienvenue.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Tennessee Lady Vols Soccer Player Biography - 2000 », sur utladyvols.com (consulté le 29 avril 2012)
  2. a et b (en) « Player Bio: Marie-Eve Nault University of Tennessee Athletics », sur utladyvols.com (consulté le 29 avril 2012)
  3. (en) « Nault's first goal of the season helps no. 13 Lady Vols advance past Georgia, 1-0 », sur utladyvols.com,‎ 7 novembre 2002 (consulté le 29 avril 2012)
  4. Robert Martin, « Encore une chance de s'aligner chez les pros », sur cyberpresse.ca, Le Nouvelliste,‎ 10 juillet 2009 (consulté le 4 mai 2012)
  5. uslsoccer.com, « Chicago Red Eleven Official Roster »,‎ 2009 (consulté le 4 mai 2012)
  6. Serge L'Heureux, « Marie-Ève Nault: «On réalise que ça s'en vient» », sur cyberpresse.ca, Le Droit,‎ 7 juin 2011 (consulté le 4 mai 2012)
  7. Olivier Bossé, « Soccer: l'Amiral recrute des Tunisiennes », sur cyberpresse.ca, Le Soleil,‎ 14 avril 2012 (consulté le 5 mai 2012)
  8. Martin Comtois, « La rédemption de Nault avec l'équipe canadienne de soccer féminin », sur cyberpresse.ca, Le Droit,‎ 28 octobre 2010 (consulté le 5 mai 2012)
  9. Marc Tougas, « Marie-Ève Nault vivra une première Coupe du monde », sur cyberpresse.ca, La Presse canadienne,‎ 21 juin 2011 (consulté le 5 mai 2012)
  10. Robert Martin, « Marie-Ève Nault en Floride », sur cyberpresse.ca, Le Nouvelliste,‎ 3 novembre 2009 (consulté le 5 mai 2012)
  11. Robert Martin, « Marie-Ève Nault avec l'équipe nationale de soccer », sur cyberpresse.ca, Le Nouvelliste,‎ 6 février 2009 (consulté le 5 mai 2012)
  12. « Marie-Ève Nault en Chine », sur cyberpresse.ca, Le Nouvelliste,‎ 16 avril 2010 (consulté le 5 mai 2012)
  13. « Marie-Ève Nault prend de l'assurance », Le Nouvelliste,‎ 9 mars 2010 (consulté le 5 mai 2012)
  14. Louis Ménard, « Marie-Ève Nault à nouveau à la Cyprus Cup », sur cyberpresse.ca, Le Nouvelliste,‎ 5 février 2010 (consulté le 5 mai 2012)
  15. Marc Thibodeau, « Coupe du monde de soccer: une Trifluvienne à Berlin », sur cyberpresse.ca, la Presse,‎ 25 juin 2011 (consulté le 5 mai 2012)
  16. Serge L'Heureux, « Marie-Ève Nault: «Je pense pas que ça aurait pu être pire!» », sur cyberpresse.ca, Le Nouvelliste,‎ 3 décembre 2010 (consulté le 5 mai 2012)
  17. a et b Serge L'Heureux, « De bons et de... moins bons souvenirs pour Marie-Ève Nault », sur cyberpresse.ca, Le Nouvelliste,‎ 8 juillet 2011 (consulté le 5 mai 2012)
  18. Robert Martin, « Marie-Ève Nault se fracture une cheville », sur cyberpresse.ca, Le Nouvelliste,‎ 9 août 2011 (consulté le 5 ai 2012)
  19. Serge L'Heureux, « Marie-Ève Nault proche d'un retour au jeu », sur cyberpresse.ca, Le Nouvelliste,‎ 27 octobre 2011 (consulté le 5 mai 2012)
  20. Serge L'Heureux, « Marie-Ève Nault: «Je veux retrouver ma place dans l'équipe» », sur cyberpresse.ca, Le Nouvelliste,‎ 31 janvier 2012 (consulté le 5 mai 2012)
  21. Louis-Simon Gauthier, « Soccer: Marie-Ève Nault déjà de retour », sur cyberpresse.ca, Le Nouvelliste,‎ 29 février 2012 (consulté le 5 mai 2012)
  22. Louis-Simon Gauthier, « Soccer: Marie-Ève Nault s'entraîne avec l'équipe canadienne », sur cyberpresse.ca, Le Nouvelliste,‎ 20 avril 2012 (consulté le 5 mai 2012)
  23. Louis-Simon Gauthier, « Marie-Ève Nault toujours dans le cou », sur cyberpresse.ca, Le Nouvelliste,‎ 30 mai 2012
  24. « Marie-Ève Nault parmi les substituts », sur lapresse.ca,‎ 26 juin 2012 (consulté le 26 juin 2012)
  25. Serge L'Heureux, « Mince consolation pour Marie-Ève Nault », sur cyberpresse.ca, Le Nouvelliste,‎ 27 juin 2012 (consulté le 27 juin 2012)
  26. George Johnson, « Injuries force changes to Canada’s Olympic soccer lineup », sur National Post,‎ 30 juillet 2012 (consulté le 31 juillet 2012)
  27. Chris Clay, « Injured Gayle likely to miss Olympic soccer match », sur Mississauga.com,‎ 30 juillet 2012 (consulté le 31 juillet 2012)
  28. « Suède et Canada se qualifient ensemble (2:2) », sur FIFA.com,‎ 31 juillet 2012 (consulté le 31 juillet 2012)
  29. « Les Canadiennes en demi-finales », sur radio-canada.ca,‎ 13 aout 2012 (consulté le 4 aout 2012)
  30. [1]
  31. [2]
  32. [3]
  33. [4]
  34. Marie-Eve Nault : la gloire après le bronzeOlympiques
  35. Marie-Ève Nault remporte le bronze
  36. Sport interuniversitaire canadien, « Marie-Eve Nault, nouvel entraîneur des Patriotes »,‎ 8 janvier 2008 (consulté le 4 mai 2012)
  37. Patriotes de l'UQTR, « Soccer féminin » (consulté le 4 mai 2012)
  38. Allemagne 2-1 Canada, le 26 juin 2011, sur fifa.com
  39. Canada 0-1 Nigeria, le 5 juillet 2011, sur fifa.com
  40. (en) Statistique de Marie-Ève Nault en NCAA, sur utladyvols.com
  41. uslsoccer.com, « Montreal Xtreme »,‎ 2004 (consulté le 11 mai 2012)
  42. uslsoccer.com, « Ottawa Fury »,‎ 2006 (consulté le 11 mai 2012)
  43. uslsoccer.com, « Ottawa Fury »,‎ 2007 (consulté le 11 mai 2012)
  44. uslsoccer.com, « FC Indiana Lionnessses »,‎ 2008 (consulté le 11 mai 2012)
  45. uslsoccer.com, « Chicago Red Eleven 2009 Statistics »,‎ 2009 (consulté le 11 mai 2012)
  46. uslsoccer.com, « Ottawa Fury 2010 Statistics »,‎ 2010 (consulté le 11 mai 2012)
  47. statsfootofeminin.fr, « Statistiques de Marie-Ève Nault en France »,‎ 2005 (consulté le 11 mai 2012)
  48. «Les dieux du soccer étaient avec nous»
  49. Médaille de Marie-Ève Nault: «Quel feu d'artifice!»

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]