Marici (bouddhisme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marici (homonymie).
Représentation de la déesse Marici

Dans le bouddhisme mahāyāna et vajrayāna, Marīcī est la déesse du paradis, de la lumière et du soleil. Elle est connue sous le nom de Molizhitian Pusa (摩利支天菩萨) en Chine et Marishi-ten (摩利支天) au Japon.

Iconographie[modifier | modifier le code]

Marīcī est souvent représentée comme une belle femme. On la trouve souvent assise dans une fleur de lotus. Le lotus étant lui-même parfois porté par sept cochons. Certains artistes la représentent comme une divinité féroce, perchée sur le dos d'un sanglier ou encore conduisant un chariot tiré par sept sangliers, ou sept cochons. On la trouve aussi parfois armée de multiples armes, comme des lances ou encore des arcs.

Origines[modifier | modifier le code]

Ses origines sont obscures et mal connues. En effet, elle apparaît comme une sorte d'amalgame des croyances hindoues et iraniennes.

En Chine[modifier | modifier le code]

La déesse Marici dans un temple bouddhiste, à Hong Kong.

En Chine, Marīcī est à la fois honorée dans la religion taoïste et dans la tradition bouddhiste. Le plus souvent, on la représente avec trois yeux sur chacun de ses quatre visages, avec quatre bras de chaque côté de son corps. Deux de ses mains jointes, tandis que les six autres portent le soleil, la lune, l'arc et la hallebarde. Elle est également juchée sur un cochon ou une fleur de lotus. Elle est célébrée le neuvième jour du neuvième mois lunaire[1].

Au Japon[modifier | modifier le code]

Marīcī entre dans la culture japonaise au VIIIe siècle. Elle est liée à la philosophie Zen. Son rôle étant d'aider les guerriers à dépasser la notion d'intérêt, et à les détacher ainsi des choses matérielles, de la victoire ou de la défaite et même de leur propre existence[2]. Durant la période Edo, elle fut aussi considérée comme la déesse de la prospérité et du commerce, par la classe marchande.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Hall Avalon David, Marishiten: Buddhism and the warrior Goddess, Ann Arbor: University microfilms, 1990
  • Hall Avalon David, Martial Aspects of the Buddhist Mārīcī in Sixth Century China, in Annual of The Institute for Comprehensive Studies of Buddhism, Taisho University, n°13 (mars 1991), pp. 182-199
  • Hall Avalon David, Marishiten: Buddhist Influences on Combative Behavior, in Koryu Bujutsu: Classical Warrior Traditions of Japan, Koryu Books, 1997, pp. 87-119

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. STEVENS Keith, Chinese Gods: The Unseen World of Spirits and Demons, Colins and Brown, 1997, 105 pages, ISBN 1-85028-409-1.
  2. http://www.onmarkproductions.com/html/kankiten-idaten-other-tenbu.html#marishiten Le culte de Marīcī au Japon

Liens externes[modifier | modifier le code]