Marib

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour la rivière d'Éthiopie, voir Mareb (rivière).
Marib
Ruines de l'ancienne Marib
Ruines de l'ancienne Marib
Administration
Pays Drapeau du Yémen Yémen
Gouvernorat Gouvernorat de Ma'rib
Démographie
Population 16 794 hab. (2005)
Géographie
Coordonnées 15° 27′ 41″ N 45° 19′ 26″ E / 15.461291, 45.32392515° 27′ 41″ Nord 45° 19′ 26″ Est / 15.461291, 45.323925  
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Yémen (administrative)

Voir sur la carte Yémen administrative
City locator 14.svg
Marib

Ma'rib (en arabe : مأرب) ou Marib est la capitale du gouvernorat de Ma'rib au Yémen. Elle fut la capitale du royaume de Saba (probablement le royaume biblique de la reine de Saba). La ville de Marib se situe à 120 km à l'est de la capitale yéménite Sana'a. Elle est le point de départ de l'oléoduc Marib-Ra's Isa[1]. Elle est peuplée de 16 794 habitants.

Histoire[modifier | modifier le code]

À Marib a été construit, aux environs de 1500 av. J.‑C., un barrage, situé à moins de 10 km au sud-ouest de la ville moderne, et qui n'a pas d'équivalent à ce jour ; il irriguait une surface de terre pouvant subvenir aux besoins de 50 000 personnes. Une digue de 650 m de long protégeait des crues la zone cultivée. Un barrage moderne a été construit 3 km à l'ouest de ce barrage initial.

Ruines du Mahram Bilqis ou temple d'Awam

Des fouilles menées au sud de la ville ont permis d'exhumer un temple vieux de 3 000 ans, nommé Mahram Bilqis. Selon les archéologues, il s'agit d'un site sacré utilisé par les pèlerins entre 1200 av. J.‑C. et 550. « Bilqis » étant l'un des noms qui est attribué à la reine de Saba par les sources islamiques, cette découverte pourrait constituer une preuve de l'existence de la mythique reine et confirmer l'ancienne ville de Marib comme la capitale de son royaume.

Les Romains entrent en contact avec Marib (latin Mariba) lors d'une expédition d'exploration menée sous Auguste par Caius Aelius Gallus[2]. C'est le point le plus méridional jamais atteint par les Romains[3]. Les Sabéens étaient en contact avec tout le monde méditerranéen avant même que Rome soit bâtie.

À cette époque, le peuple sabéen était considéré comme étant le plus riche de la terre. Marib comportait alors environ 20 000 habitants et était plus étendue que Jérusalem qui faisait à cette époque 4 km2 environ.

Traité du 12 juin 2000[modifier | modifier le code]

Ce traité concerne la redéfinition de la frontière entre l'Arabie saoudite et le Yémen, accordant la souveraineté de différentes zones, assez proches de Sanaa, au seul Yémen.

Attentat en 2007[modifier | modifier le code]

Un attentat-suicide à la voiture piégée a été commis le contre un groupe de touristes qui visitaient le temple de la reine de Saba. L'explosion causa la mort de huit touristes espagnols et de deux guides yéménites[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Cartes des pipelines dans le monde (Oléoducs, gazoducs et produits dérivés), « Pipelines au Moyen Orient », Geomondiale.fr (consulté le 29 avril 2013)
  2. Auguste, Res Gestae, 26, 5 : in Arabiam usque in fines Sabaeorum... ad oppidum Mariba (« en Arabie jusqu'au territoire des Sabéens... à la ville de Mariba ».
  3. Claude Nicolet, L'Inventaire du monde. Géographie et politique aux origines de l'Empire romain, Paris, Fayard, 1988, p. 255 n. 4.
  4. « L'activité terroriste est croissante au Yémen », sur http://www.lefigaro.fr/,‎ (consulté le 5 janvier 2015)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]