Marianne Grunberg-Manago

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Grunberg.

Marianne Grunberg-Manago, née le 6 janvier 1921 à Saint-Pétersbourg, est une biologiste française. Elle est décédée le 3 janvier 2013 à Paris[1], trois jours avant son 92e anniversaire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Descendante du pédagogue de Johann Heinrich Pestalozzielle émigre en France alors qu'elle a neuf mois.

Elle fait des études de biologie physico-chimique, commence dans la recherche au laboratoire de biologie marine de Roscoff, part en stage aux États-Unis, rejoint le laboratoire de biologie moléculaire de Severo Ochoa en 1954, ce qui l'amènera à découvrir la polyribonucléotide nucléotidyltransférase, une enzyme qui va bouleverser la recherche sur l'hérédité en permettant une meilleure compréhension des mécanismes de réplication de l'acide désoxyribonucléique. Cette découverte vaudra le Prix Nobel de physiologie ou médecine à son directeur de laboratoire Severo Ochoa.

Première femme à diriger l'Union internationale de biochimie, elle a également présidé l'Académie française des sciences où elle a été élue en 1982. En 1990, elle a été élue à la National Academy of Sciences américaine.

Décorée de la Légion d'honneur, elle a été élevée à la dignité de Grand Officier le 30 janvier 2008. Elle est également commandeur de l'ordre national du mérite.

Références[modifier | modifier le code]