Mariah Carey (album)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Mariah Carey

Album par Mariah Carey
Sortie 12 juin 1990 (États-Unis)
Enregistré décembre 1988–mars 1990
Skyline Studios, New York, Cove City Studios, Glen Cove, Tarpan Studios, San Rafael
Durée 46:41
Genre Pop, R&B, soul
Producteur Mariah Carey, Rhett Lawrence, Ric Wake, Narada Michael Walden, Ben Margulies, Walter Afanasieff, Tommy Mottola
Label Columbia Records

Albums par Mariah Carey

Singles

1. Vision of Love (sortie : 15 mai 1990)
2. Love Takes Time (sortie : 9 septembre 1990)
3. Someday (sortie : 21 décembre 1990)
4. I Don't Wanna Cry (sortie : 25 avril 1991)
5. There's Got to Be a Way (sortie : 6 mai 1991)

Mariah Carey est le premier album de l'artiste américaine Mariah Carey. Il sort le 12 juin 1990 sous le label Columbia Records. L'album contient une variété de styles contemporains et les chansons sont un mélange chansons dance et ballades. Carey écrit d'abord quatre chansons avec Ben Margulies et les enregistre sur une démo. Alors qu'ils revisitent les chansons après avoir signé un contrat avec Columbia, elles sont toutes incluses dans l'album. À part Margulies, Carey collabore avec une gamme d'auteurs professionnels et des producteurs, qui sont choisis par Tommy Mottola de Columbia. Mariah Carey a été produit principalement par Rhett Lawrence, Ric Wake et Narada Michael Walden, tous considérés comme de bons producteurs à l'époque. Avec Carey, ils préparent l'album et le restructurent depuis les démos.

Depuis sa sortie, l'album reçoit des critiques positives qui complimentent la technique vocale de Carey et le contenu de celui-ci. Il connaît le succès. Si les ventes sont faibles au départ, il devient numéro un dans le Billboard 200 après l'apparition de Carey à la 33e cérémonie des Grammy Awards, et y reste pendant onze semaines. Mariah Carey est certifié neuf fois disque de platine par la Recording Industry Association of America (RIAA) pour la vente de neuf millions d'exemplaires. L'album rencontre un succès similaire au Canada, où il est numéro un et certifié sept fois disque de platine. Mariah Carey marche un peu moins dans les autres pays mais atteint le top 10 en Australie, Norvège, Nouvelle-Zélande, Royaume-Uni et Suède. L'album s'est vendu à quinze millions d'exemplaires dans le monde.

Cinq singles accompagnent la sortie de l'album dont quatre qui deviennent des numéros un dans le Hot 100. Vision of Love est choisie comme le premier single et est numéro un au Canada, Nouvelle-Zélande et États-Unis. La chanson est acclamée par les critiques et considérée comme l'une des meilleures entrées d'artistes. Elle est aussi créditée comme l'une des influences majeures de l'utilisation du mélisme. Le second single, Love Takes Time, est aussi numéro un au Canada et aux États-Unis. Avec les deux singles suivants, Someday et I Don't Wanna Cry, numéros un aux États-Unis, Carey devient la première artiste depuis The Jackson Five à avoir quatre numéros un issus d'un premier album.

Genèse[modifier | modifier le code]

En 1988, Mariah Carey, jeune fille de 18 ans, part de la maison de sa mère à Long Island et achète un petit appartement à Manhattan[a 1]. Elle a fait une démo avec quatre chansons qu'elle a écrites à l'université avec Ben Margulies[a 1]. À la fin de l'année, Carey, sans contrat, peine à attirer les producteurs de New York. Alors qu'elle vit de petits boulots, elle écrit toujours des chansons avec Margulies et changent les démos[a 2]. Après plusieurs mois difficiles, Carey rencontre la chanteuse Brenda K. Starr et devient l'une de ses choristes[a 2]. Starr commence à entendre la voix de Carey tout au long des sessions et trouve qu'elle a du talent[a 3]. Elle réalise que Carey est capable d'avoir du succès mais a besoin d'aide pour être intégrée dans la musique moderne[a 3].

« Je n'avais vraiment pas envie de le faire, mais je me suis que cela serait mieux que ce que je fais maintenant. Donc je suis venu aux auditions, et Brend a été géniale ».


—Carey, à propos de sa position de choriste de Starr[a 2].

Un soir, Starr emmène Carey à un gala dans l'espoir de convaincre un label d'écouter ses démos[a 4]. Jerry L. Greenberg, président de Atlantic Records la remarque[a 4]. Alors qu'il s'approche de Carey, Tommy Mottola se jette sur l'occasion et lui dit qu'il veut faire un contrat avec « le projet[a 4] ». Alors que Mottola saute dans sa limousine, il écoute les cassettes et réalise l'ampleur du talent qu'il a découvert. Il retourne à la soirée mais Carey est déjà partie[a 4].

« À cette époque, elle est ma priorité numéro un. Nous n'avons pas vu une artiste dance-pop. Nous avons vu un produit ».


—Don Ienner, président de Columbia Records, sur ses projets de collaboration avec Carey[a 5].

Après une semaine de recherches auprès du management de Starr, Mottola retrouve Carey et l'amène à Columbia Records[a 4]. Après avoir rencontré Carey et sa mère Patricia pour la première fois, il dit : « Quand j'ai entendu et vu Mariah, il n'y avait aucun doute qu'elle était destinée à devenir une grande star ». Après un bref rendez-vous, Carey signe le contrat en décembre 1988[a 4].

Mottola était alors le dirigeant de Sony, le label parent de Columbia, et change le mode de fonctionnement de la compagnie[a 4]. Il estime qu'il est très important pour le succès du label de faire découvrir une jeune artiste qui pourrait rivaliser avec Whitney Houston de Arista Records et Madonna de Sire Records[a 4]. Il trouve que Carey représente les deux. Mottola s'implique dans le travail de Carey et elle se fait assister par des musiciens plus connus pour créer de nouvelles chansons comme Ric Wake, Narada Michael Walden[a 4].

Enregistrement et structure musicale[modifier | modifier le code]

Carey et Ben Margulies ont déjà commencé à écrire des chansons avant que Carey ait signé le contrat, et ont composé quatorze chansons dont sept seront incluses dans l'album[a 1]. Au début, Carey et Margulies prévoient de produire entièrement l'album mais son label ne l'a pas permis[a 1]. Sur l'album, Carey travaille avec des auteurs et des producteurs, Ben Margulies, Rhett Lawrence, Narada Michael Walden, Ric Wake et Walter Afanasieff. Ce dernier a continué à collaborer avec Carey sur ses projets futurs[a 1].

« La voix la plus incroyable que vous n'avez jamais entendue. J'ai eu littéralement la chair de poule après l'avoir entendue chanter. Je n'arrivais pas à croire en la puissance et la maturité de sa voix ».


—Lawrence, après avoir entendu la voix de Carey pour la première fois[a 6].

Pour commencer l'album, Carey travaille avec Walden à New York et produisent I Don't Wanna Cry. Alors qu'il décrit Carey comme une fille « très timide », il remarque aussi qu'elle est très professionnelle pour son âge[a 6]. De plus, Carey écrit There's Got to Be a Way durant la première session avec Wake[a 7]. Lors des sessions, ils écrivent quatre chansons, mais ne produisent qua la dernière de l'album. Après avoir volé jusqu'à New York et collaboré avec Carey, Walden est impressionné par sa voix[a 7]. Ensemble, ils modifient les démos pour les rendre commerciales dans les studios Tarpan Studios à San Rafael en Californie[a 8]. Pour travailler avec Lawrence, elle doit retourner à New York. Au studio, elle lui présente la démo de Vision of Love qu'elle a écrite avec Margulies quelques années auparavant. Lawrence voit le « potentiel » de la chanson mais n'en tient pas compte pendant les premières sessions[a 8]. Il décrit la chanson comme une « sorte de marche traînante des années 1950[a 8] ». Selon Lawrence, Carey a besoin d'un son plus contemporain donc ils rencontrent Margulies et le producteur Chris Toland. Ils ajoutent un nouvel arrangement à la progression d'accords tandis que Carey change la mélodie et la tonalité. Après quoi, Margulies ajoute quelques notes à l'arrangement, une guitare et une basse[a 8].

« J'utilisais mon plus haut registre... ce qui s'est passé à la fin, c'est que j'ai fait ces chiquenaudes vocales. Quand j'ai fait cela, ma voix s'est fissurée et est entrée en harmonie. Si vous entendez, ça se fissure. J'ai dit : « Débarrassez-moi de cela » et ils m'ont répondu : « Pas question, nous gardons ça » ».


—Carey s'exprimant sur les notes aiguës qu'elle atteint avec sa voix dans le studio[a 9].

Lorsque Carey travaille avec Walden sur I Don't Wanna Cry, ils travaillent sur plusieurs autres chansons[a 8]. Ils décident de « ralentir le tempo » et de créer « un type pleurard de ballades » qui selon lui montre l'inspiration du gospel[a 8]. Après avoir terminé la chanson, il remarque que Carey est perfectionniste. Il dit qu'après avoir fini la chanson, elle est retournée au studio la semaine suivante, pour corriger « une parole » qui la troublait[a 8]. Parmi les quatre chansons qu'elle a donné à Mottola, Someday, est la favorite de Wake depuis le début. « J'aimais cette chanson depuis le début... Puis Carey m'a appelé et m'a dit : « J'aimerais faire cette chanson si tu veux la faire ». C'était génial, j'étais si heureux qu'elle m'ait appelé[a 10] ». Durant l'enregistrement, Carey révèle comment la chanson a été créée. Elle a travaillé sur la démo avec Margulies dans son studio[a 10]. Alors qu'il commence à jouer des notes, Carey lui fait changer les accords, fait le refrain, les paroles et la mélodie[a 10]. Dans la chanson All in Your Mind, Carey fait une remarquable performance vocale en faisant des piqués jusqu'au fa6[1]. Selon la chanteuse, sa voix a craqué à un moment dans les vocalises. Alors qu'elle voulait les enlever de la chanson, Wake et Walden sont très impressionnés et lui disent que cela fera très bien l'affaire[a 9].

Accueil[modifier | modifier le code]

Critique[modifier | modifier le code]

Notation des critiques

Compilation des critiques
Périodique Note
About.com 3.5/5 stars[2]
Allmusic 3.5/5 stars[3]
Billboard (Positive)[4]
Q 4/5 stars[5]
Robert Christgau (C)[6]
Rolling Stone (Positive)[7]

L'album reçoit généralement des critiques positives. Bill Lamb d'About.com complimente sa gamme vocale de cinq octaves et la considère comme un « nouveau plaisir de la musique pop[2] ». De plus, il estime que Vision of Love est l'une de ses meilleures chansons, et à côté de ce qui est décrit comme des « chansons banales », il pense que Mariah Carey est un « premier album puissant ». Il conclut sa critique en écrivant : « C'est simplement l'un des plus magnifiques premiers albums jamais eu chez une artiste pop[2] ». Ashley S. Battel de Allmusic trouve l'album « extrêmement impressionnant » et les chansons de l'album comme « des ballades douces et des chansons dance/R&B réjouissantes[3] ». Battel conclut sa critique en disant : « Avec cette collection de chansons jouant un tremplin pour les succès futurs, Carey établit un gros standard en comparaison avec les percées des autres artistes du même genre[3] ». Beaucoup de critiques disent que Mariah Carey est l'un des débuts les plus impressionnants de l'année, saluent les chansons, les paroles, la voix de Carey et l'écriture.

Billboard donne une bonne critique à l'album et le considère comme un « début impressionnant » et écrit : « Carey saisit avec beaucoup d'opportunités pour montrer son incroyable gamme vocale sur quelques pistes populaires mémorables comme Vision of Love[4] ». Rolling Stone salue l'album en écrivant : « Carey débute avec un album de ballades réjouissantes R&B et dance pop, chaque composition cocrédité à Carey et à toutes les occasions pour montrer sa grande gamme vocale[7] ». Le critique Robert Christgau donne un avis mitigé : « Elle est trop politicienne dans son courage, sa jeunesse et son attaque idéaliste de « la guerre, la misère et la douleur » : « Ne pouvons-nous pas nous accepter chacun l'autre/Ne pouvons-nous pas être nous mêmes conscients ». Elle tâtonne ce qu'elle ne connaît pas—l'amour[6] ». Tandis qu'il donne une critique positive, Bill Lamb dit que quelques pistes de l'album sont banales : « Quelques chansons rabaissent l'album[2] ». Les autres points faibles montrés par Lamb sont « les mélanges convenus de pistes rythmées et de ballades » qui font perdre un peu d'authenticité à l'album selon lui[2]. Mariah Carey est nommé pour le Grammy Award de l'album de l'année en 1991. Carey gagne de la « Meilleure nouvelle artiste[a 3] ».

Commercial[modifier | modifier le code]

Mariah Carey entre à la 80e place du Billboard 200 et atteint le top 20 au bout de quatre semaines. L'album devient numéro un après 43 semaines, grâce à l'apparition de Carey à la 33e cérémonie des Grammy Awards, et y reste onze semaines ; à ce jour c'est le plus long numéro un de Carey[a 11]. Il reste dans le top 20 pendant 65 semaines et dans le classement pendant 113 semaines[a 11]. Mariah Carey est certifié neuf fois disque de platine par la Recording Industry Association of America (RIAA) le 15 décembre 1999. L'album s'est vendu à 4 854 000 aux États-Unis selon Nielsen SoundScan, qui a commencé à comptabiliser les ventes en mars 1991[8]. Il devient l'album le plus vendu de l'année 1991 aux États-Unis[9].

Au Canada, l'album devient numéro un dans la semaine du 20 avril 1991[10]. À ce jour, Mariah Carey est certifié sept fois disque de platine par la Canadian Recording Industry Association (CRIA) pour la vente de 700 000 exemplaires[11]. En Australie, il arrive en sixième position et est certifié double disque de platine par l'Australian Recording Industry Association (ARIA) puis finit sixième dans le classement annuel de 1991[a 12],[12]. Durant la semaine du 15 septembre 1990, Mariah Carey entre à la sixième place du UK Albums Chart[13]. Après avoir passé quarante semaines dans le hit-parade, l'album est certifié disque de platine par la British Phonographic Industry (BPI) pour la vente de 300 000 exemplaires[14]. En 2008, l'album s'était vendu à quinze millions d'exemplaires[15].

Singles[modifier | modifier le code]

Vision of Love est le premier single de l'album et l'un des mieux critiqués de la carrière de Carey[a 1]. Elle est créditée comme une influence majeure de l'utilisation du mélisme et inspira d'autres artistes. Vision of Love reçoit trois nominations aux Grammy Awards de 1993 : « Meilleure performance vocale pop féminine », « Disque de l'année » et « Chanson de l'année[16] ». La chanson reçoit un Soul Train Music Award dans la catégorie « Meilleur single R&B/Soul, féminin » et un autre prix aux BMI Pop Awards[16]. Elle devient numéro un aux États-Unis le 2 août 1990 et le reste pendant quatre semaines[a 13]. La chanson est aussi numéro un au Canada[17] et en Nouvelle-Zélande[18] et atteint le top 10 en Australie[19], Irlande[20], Pays-Bas[21] et Royaume-Uni[22]. À côté de son succès, elle est acclamée par les critiques. Lors d'une critique de l'album en 2005, Entertainment Weekly trouve la chanson « inspirée » et complimente l'utilisation de la voix de sifflet dans la chanson[23]. De plus, Rolling Stone dit que « les notes virevoltantes de la chanson qui décorent les chansons comme Vision of Love a inspiré toute la gamme d'American Idol, pour le meilleur et pour le pire, et presque toutes les autres chanteuses R'n'B pop[24] ». Bill Lamb d'About.com dit que « Vision of Love est l'une des meilleures chansons que Mariah a enregistré durant sa carrière [...] C'est simplement l'une des meilleures entrées d'artiste jamais eu parmi les artistes pop[25] ».

Love Takes Time est le second single. Elle est la seconde chanson de Carey à devenir numéro un aux États-Unis et la troisième au Canada[26],[27]. Tandis que la chanson a du succès dans son pays d'origine, Love Takes Time atteint le top 10 en Nouvelle-Zélande[28] et le top 40 en Allemagne[29], Pays-Bas[30] et Royaume-Uni[31]. Someday, le troisième single, rencontre le même succès que Love Takes Time et est numéro un aux États-Unis et au Canada[32],[33]. En Australie, elle est en dehors du top 40 et atteint la 38e place en France et au Royaume-Uni[34],[35],[36]. I Don't Wanna Cry, le dernier single aux États-Unis, est aussi numéro un aux États-Unis[37]. Il devient le quatrième numéro un de Carey et finit à la 25e place du classement annuel. La chanson culmine à la seconde position au Canada et la 49e en Australie[38],[39]. Carey devient la première artiste dont les cinq premiers singles sont devenus numéro un dont quatre issus de Mariah Carey[2]. Un cinquième single, There's Got to Be a Way, sort uniquement au Royaume-Uni et atteint la 54e position[a 11].

Promotion[modifier | modifier le code]

À côté de la forte promotion de Sony Music, Carey participe à plusieurs émissions télévisées et cérémonies à travers le monde. La première apparition télévisée de Carey remonte aux Playoffs NBA 1990 où elle chante America the Beautiful[a 11]. Quelque temps après, elle interprète Vision of Love à The Arsenio Hall Show et The Tonight Show[a 11]. En septembre 1990, Carey apparaît à Good Morning America où elle interprète une version a capella de Vision of Love avec Billy T. Scott Ensemble[a 11]. Vision of Love est reprise lors de nombreuses apparitions comme les Grammy Awards de 1991 et The Oprah Winfrey Show en Amérique et The Veronica Countdown (Pays-Bas) et Wogan Show (Royaume-Uni). Carey interprète Vision of Love dans toutes ses tournées sauf la dernière, Angels Advocate Tour[a 11].

La promotion de l'album continue avec les singles suivants. Carey interprète Love Takes Time à The Arsenio Hall Show et The Tattoo Club[a 11]. Le troisième single de Mariah Carey, Someday, est interprété lors des American Music Awards de 1991, ce qui l'aide à devenir numéro un. Le quatrième single, I Don't Wanna Cry est devenu numéro un sans aucune promotion immédiate et Carey n'interprète pas la chanson avant le Music Box Tour en 1993[a 11]. Alors que la promotion de Mariah Carey se termine, Sony sort There's Got to Be a Way en cinquième single au Royaume-Uni. La plupart de ces chansons sont reprises lors du Music Box Tour. Vision of Love et I Don't Wanna Cry font partie du Daydream World Tour[a 11].

Liste des titres[modifier | modifier le code]

No Titre Auteur(s) Producteur Durée
1. Vision of Love Mariah Carey, Ben Margulies Rhett Lawrence, Narada Michael Walden 3:28
2. There's Got to Be a Way Mariah Carey, Ric Wake Ric Wake, Narada Michael Walden 4:53
3. I Don't Wanna Cry Mariah Carey, Narada Michael Walden Narada Michael Walden 4:47
4. Someday Mariah Carey, Ben Margulies Ric Wake 4:06
5. Vanishing Mariah Carey, Ben Margulies Mariah Carey 4:11
6. All in Your Mind Mariah Carey, Ben Margulies Ben Margulies, Ric Wake 4:43
7. Alone in Love Mariah Carey, Ben Margulies Rhett Lawrence 4:11
8. You Need Me Mariah Carey, Rhett Lawrence Rhett Lawrence 3:51
9. Sent from Up Above Mariah Carey, Rhett Lawrence Rhett Lawrence 4:05
10. Prisoner Mariah Carey, Ben Margulies Ric Wake 4:22
11. Love Takes Time Mariah Carey, Ben Margulies Walter Afanasieff 3:48
46:41

Crédits[modifier | modifier le code]

Personnel
  • Mariah Carey – chant, chœurs
  • Ben Margulies – batteries, claviers, programmation
  • Narada Michael Walden – batteries
  • Ren Klyce – batteries, Fairlight CMI
  • Joe Franco – batteries, percussions, programmation
  • Ric Wake – programmation
  • Omar Hakim – batteries
  • Jimmy Rip – guitares
  • Chris Camozzi – guitares acoustiques, guitares électriques
  • David Williams – guitares
  • Michael Landau – guitares
  • Vernon Reid – guitares
  • Nile Rodgers – guitares
  • Rhett Lawrence – claviers
  • Louis Biancaniello – claviers, basse, programmation
  • Richard Tee – piano
  • Marcus Miller – basse
  • Walter Afanasieff – cors, claviers, synthétiseurs, basse
  • Billy T. Scott – chœurs
  • The Billy T. Scott Ensemble – chœurs
  • Fonzie Thornton – chœurs
Production
  • Mariah Carey – arrangement, arrangements vocaux
  • Ben Margulies – arrangement
  • Chris Toland – arrangement, ingénieur
  • Walter Afanasieff – arrangement
  • Narada Michael Walden – arrangement, production
  • Ric Wake – arrangement
  • Rich Tancredi – arrangement
  • Patrick Dillet – ingénieur, enregistrement, mixage
  • Bob Cadway – ingénieur, enregistrement, mixage
  • Rhett Lawrence – enregistrement, mixage, arrangement
  • Dana Jon Chapelle – ingénieur, mixage
  • Manny LaCarrubba – ingénieur
  • Larry Alexander – mixage
  • Bob Ludwig – mastering, Masterdisk
  • Howie Weisburg – mastering, Masterdisk
  • Tommy Mottola – producteur exécutif

Classements et certifications[modifier | modifier le code]

Classement par pays
Pays Position Certification
Drapeau de l'Australie Australie[a 12] 6 Disque de platine 2 × Platine[a 12]
Drapeau du Canada Canada[10] 1 7x Disque de platine Platine[11]
Drapeau de l'Espagne Espagne[a 14] 35 Disque d'or Or[a 14]
Drapeau du Japon Japon[40] 48
Drapeau de la Norvège Norvège[41] 4
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande[42] 4 4x Disque de platine Platine[a 15]
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas[43] 6 Disque de platine Platine[44]
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni[13] 6 Disque de platine Platine[14]
Drapeau de la Suède Suède[45] 8 Disque de platine Platine[46]
Drapeau de la Suisse Suisse[47] 15 Disque d'or Or[48]
Drapeau des États-Unis États-Unis Billboard 200[49] 1 9x Disque de platine Platine[50]
Drapeau des États-Unis États-Unis Billboard Top R&B/Hip-Hop Albums[51] 3
Classement décennal
Pays Position Année Période
Drapeau des États-Unis États-Unis[52] 27 1999 1990-1999

Classements des singles[modifier | modifier le code]

Année Singles Meilleure position Certifications
ÉU
[53]
É.U. R&B
[54]
ALL
[29]
AUS
[55]
CAN
[56]
FR[57] NL[58] NZ[59] RU
[60]
SUI
[61]
1990 Vision of Love 1 1 17 9 1 25 8 1 9 24
Love Takes Time 1 1 57 14 1 24 9 37
Someday 1 3 44 5 38 29 14 38
1991 I Don't Wanna Cry 1 2 49 7 13
There's Got to Be a Way 54
"–" Aucune entrée/certification.

Compléments[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.divalegacy.com/php/main_pages.php?CategoryID=3&AuthorID=3&ID=18
  2. a, b, c, d, e et f (en) Bill Lamb, « About.com: Top 40/Pop », sur About.com,‎ 1990 (consulté en 12 août 2011)
  3. a, b et c (en) Stephen Thomas Erlewine, « Mariah Carey », sur Allmusic,‎ 11 août 1990 (consulté en 12 août 2011)
  4. a et b (en) « Mariah Carey – Mariah Carey », sur Billboard (consulté en 12 août 2011)
  5. (en) Jonathan Ross, « Mariah Carey: Mariah Carey review », Q magazine,‎ juillet 2001, p. 131 (ISSN 4858679)
  6. a et b (en) « Robert Christgau CG/ Mariah Carey », sur Robert Christgau (consulté en 12 août 2011)
  7. a et b (en) Don Shewey, « Mariah Carey: Music Reviews », sur Rolling Stone,‎ 29 septembre 1990 (consulté en 12 août 2011)
  8. (en) Gary Trust, « Ask Billboard: Madonna vs. Whitney ... vs. Mariah », sur Billboard,‎ 21 août 2009 (consulté en 9 août 2011)
  9. (en) « The Billboard 200 - Year-End Charts - 1991 », sur Billboard (consulté en 9 août 2011)
  10. a et b (en) « Top Albums/CDs - Volume 53, No. 20, April 20 1991 », sur RPM (consulté en 10 août 2011)
  11. a et b (en) « Gold & Platinum Certification », sur Canadian Recording Industry Association (consulté en 10 août 2011)
  12. (en) « ARIA Charts - End Of Year Charts - Top 50 Albums 1991 », sur Australian Recording Industry Association (consulté en 10 août 2011)
  13. a et b (en) « Chart Stats - Mariah Carey - Mariah Carey », sur Official Charts Company (consulté en 10 août 2011)
  14. a et b (en) « Certified Awards Search », sur British Phonographic Industry (consulté en 10 août 2011)
  15. (en) « BET Exclusive: Mariah Celebrates 20 Years; Thanks Fans », sur Black Entertainment Television (consulté en 10 août 2011)
  16. a et b (en) « Mariah Carey Career Achievement Awards 2010 Career Awards », sur Mariah Carey (consulté en 11 août 2011)
  17. (en) « Top Singles - Volume 52, No. 15, August 25 1990 », sur RPM (consulté en 8 août 2011)
  18. (en) « Mariah Carey - Vision of Love (song) », sur Recording Industry Association of New Zealand (consulté en 8 août 2011)
  19. (en) « Mariah Carey - Vision of Love (song) », sur Australian Recording Industry Association (consulté en 8 août 2011)
  20. (en) « The Irish Charts - All there is to know », sur Irish Recorded Music Association (consulté en 8 août 2011)
  21. (nl) « Mariah Carey - Vision of Love (nummer) », sur Dutch Top 40 (consulté en 8 août 2011)
  22. (en) « Top 40 Official UK Singles Archive », sur Official Charts Company (consulté en 8 août 2011)
  23. (en) Michael Slezak, « Gem Carey », sur Entertainment Weekly,‎ 16 décembre 2005 (consulté en 7 août 2011)
  24. (en) Jann Wenner, « 100 Greatest Singers: Mariah Carey », sur Rolling Stone,‎ 12 novembre 2008 (consulté en 6 août 2011)
  25. (en) Bill Lamb, « Mariah Carey », sur About.com (consulté en 7 août 2011)
  26. (en) « The Billboard Hot 100: Week Ending of November 10, 1990 », sur Billboard (consulté en 12 août 2011)
  27. (en) « Top Singles - Volume 53, No. 1, November 24 1990 », sur RPM (consulté en 12 août 2011)
  28. (en) « Mariah Carey - Love Takes Time (song) », sur Recording Industry Association of New Zealand (consulté en 12 août 2011)
  29. a et b (de) « Chartverfolgung > Mariah Carey > Single », sur Media Control Charts (consulté le 6 juin 2011)
  30. (nl) « Mariah Carey - Love Takes Time (nummer) », sur Dutch Top 40 (consulté en 12 août 2011)
  31. (en) « Top 40 Official UK Singles Archive », sur Official Charts Company (consulté en 12 août 2011)
  32. (en) « The Billboard Hot 100: Week Ending of March 09, 1991 », sur Billboard (consulté en 12 août 2011)
  33. (en) « Top Singles - Volume 53, No. 15, March 16 1991 », sur RPM (consulté en 12 août 2011)
  34. (en) « Mariah Carey - Someday (song) », sur Australian Recording Industry Association (consulté en 12 août 2011)
  35. (fr) « Mariah Carey - Someday (chanson) », sur Syndicat national de l'édition phonographique (consulté en 12 août 2011)
  36. (en) « Top 40 Official UK Singles Archive », sur Official Charts Company (consulté en 12 août 2011)
  37. (en) « The Billboard Hot 100: Week Ending of May 25, 1991 », sur Billboard (consulté en 12 août 2011)
  38. (en) « Top Singles - Volume 54, No. 3, June 22 1991 », sur RPM (consulté en 12 août 2011)
  39. (en) « Mariah Carey - I Don't Wanna Cry (song) », sur Australian Recording Industry Association (consulté en 12 août 2011)
  40. (ja) « Profil de Mariah Carey », sur Oricon (consulté en 10 août 2011)
  41. (en) « Mariah Carey - Mariah Carey (album) », sur VG-lista (consulté en 10 août 2011)
  42. (en) « Mariah Carey - Mariah Carey (album) », sur Recording Industry Association of New Zealand (consulté en 10 août 2011)
  43. (nl) « Mariah Carey - Mariah Carey (album) », sur Dutch Top 40 (consulté en 10 août 2011)
  44. (nl) «  », sur Nederlandse Vereniging van Producenten en Importeurs van beeld- en geluidsdragers (consulté en 10 août 2011)
  45. (en) « Mariah Carey - Mariah Carey (album) », sur Sverigetopplistan (consulté en 10 août 2011)
  46. (sv) [PDF] « Certifications 1987-1998 », sur International Federation of the Phonographic Industry (consulté en 10 août 2011)
  47. (de) « Mariah Carey - Mariah Carey (album) », sur Classements musicaux en Suisse (consulté en 10 août 2011)
  48. (de) « Awards », sur Classements musicaux en Suisse (consulté en 10 août 2011)
  49. (en) « Billboard Top 200 Albums », sur Billboard (consulté en 10 août 2011)
  50. a, b, c, d et e (en) « Gold & Platinum: Searchable Database », sur Recording Industry Association of America (consulté en 10 août 2011)
  51. (en) « Top R&B/Hip-Hop Albums: Week Ending October 20, 1990 », sur Billboard (consulté en 10 août 2011)
  52. (en) « 1999 The Year in Music », Billboard, vol. 111, no 52,‎ 25 décembre 1999 (ISSN 0006-2510, lire en ligne)
  53. (en) « Mariah Carey Albums & Songs Chart History: Hot 100 », sur Billboard (consulté le 19 avril 2011)
  54. (en) « Mariah Carey Album & Song Chart History: Hot R&B/Hip-Hop Songs », sur Billboard (consulté le 19 avril 2011)
  55. (en) « Discographie de Mariah Carey », sur Australian Recording Industry Association (consulté le 19 avril 2011)
  56. (en) « Discographie de Mariah Carey Singles », sur RPM (consulté le 19 avril 2011)
  57. (fr) « Discographie de Mariah Carey Singles », sur Syndicat national de l'édition phonographique (consulté le 19 avril 2011)
  58. (nl) « Discographie de Mariah Carey Singles », sur Dutch Top 40 (consulté le 19 avril 2011)
  59. (en) « Discographie de Mariah Carey Singles », sur Recording Industry Association of New Zealand (consulté le 19 avril 2011)
  60. (en) « Discographie de Mariah Carey », sur Official Charts Company (consulté le 19 avril 2011)
  61. (de) « Discographie de Mariah Carey Singles », sur Classements musicaux en Suisse (consulté le 19 avril 2011)
  62. (en) « Mariah Carey Official Top 20 Best Selling Singles », sur MTV (consulté en 10 août 2011)

Références bibliographiques

  1. a, b, c, d, e et f Chris Nickson 1998, p. 20
  2. a, b et c Chris Nickson 1998, p. 22
  3. a, b et c Chris Nickson 1998, p. 23
  4. a, b, c, d, e, f, g, h et i Chris Nickson 1998, p. 25-26
  5. Chris Nickson 1998, p. 27
  6. a et b Chris Nickson 1998, p. 28
  7. a et b Chris Nickson 1998, p. 29
  8. a, b, c, d, e, f et g Chris Nickson 1998, p. 30
  9. a et b Chris Nickson 1998, p. 32
  10. a, b et c Chris Nickson 1998, p. 31
  11. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Chris Nickson 1998, p. 35-38
  12. a, b, c et d (en) David Kent, Australian Chart Book 1970–1992, St Ives, Australian Chart Book,‎ 2003 (ISBN 978-0-646-11917-5, OCLC 38338297)
  13. Fred Bronson 2003, p. 762
  14. a et b (es) Fernando Salaverri, Sólo éxitos: año a año, 1959–2002, Madrid, Fundación Autor-SGAE,‎ 2005, 1e éd. (ISBN 978-84-8048-639-2, OCLC 63697296)
  15. a et b (en) Dean Scapolo, The Complete New Zealand Music Charts 1966–2006, Wellington, Maurienne House,‎ 2007, 1e éd., poche (ISBN 978-1-877443-00-8, LCCN 2007532800)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) Chris Nickson, Mariah Carey revisited: her story, ST. Martin's Press,‎ 1998 (ISBN 0-312-19512-5) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) Marc Shapiro, Mariah Carey: The Unauthorized Biography, ECW Press,‎ 2001 (ISBN 1-550-22444-1) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) Fred Bronson, The Billboard Book of Number 1 Hits, Billboard Books,‎ 2003 (ISBN 0-823-07677-6) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article

Voir aussi[modifier | modifier le code]