Mariage Frères

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mariage (homonymie).

Mariage Frères

alt=Description de l'image Logo seul.jpg.
Dates clés 1854 : Fondation par Henri et Edouard Mariage
Forme juridique société anonyme
Siège social Drapeau de France Paris (France)
Activité Maison de thé, commerce de thé
Produits Thés, accessoires de thé et épicerie fine à base de thé
Site web mariagefreres.com

Mariage Frères est une maison de thé fondée à Paris en 1854 et une marque de luxe dans le monde du thé.

Distribuée aujourd’hui dans plus de 60 pays chez plus de 1 000 revendeurs sélectionnés dans de nombreuses villes du monde, on retrouve aussi sa gamme de thé dans de grands palaces, tels le Ritz à Paris, le Claridge’s de Londres, la Mamounia de Marrakech, et, depuis 2003, à l'Oriental Hotel de Bangkok[1] — ou encore sur les menus de la 1re classe de Japan Airlines[2].

Mariage Frères possède six maisons de thé à Paris et quatre au Japon : à Tokyo (Ginza et Shinjuku), Kyoto et Kobe. Mariage Frères propose « au comptoir » des thés en vrac ou en mousselines, des créations à base de thé et des objets du thé.

Leurs salons de thé-restaurants proposent une cuisine à base de thé avec notamment des pâtisseries et des viennoiseries au thé, mais, différents des restaurants traditionnels, ne servent ni vin ni d'alcool.

La carte des thés de Mariage Frères regroupe 650 références de 36 pays producteurs et toutes les familles de thés (thé blanc, thé jaune, thé vert, thé bleu, thé noir, Pu-erh, thé compressé, thé façonné, thé rouge parfumé, thé parfumé).

Histoire[modifier | modifier le code]

Deux membres de la famille Mariage, Auguste et Aimé, originaires de Lille, s'établissent dès 1830 dans le quartier du Marais pour y travailler dans le commerce des denrées "coloniales" et dans la raffinerie de sucre[3]. Les deux derniers fils d'Aimé Mariage, Henri et Édouard, se mettent à leur compte et fondent Mariage Frères, une maison importatrice de thés et de vanilles, le 1er juin 1854.

Rachetée en 1984 par Kitti Cha Sangmanee et Richard Bueno[4], la maison qui ne se consacrait qu'au négoce du thé décide alors de commercialiser ses thés et ses mélanges sous sa propre marque. Elle lance une politique de diversification qui débouche sur l'ouverture d'une première maison de thé pour le grand public près du Centre Georges Pompidou, transférée en 1985 dans les bureaux historiques du 30, rue du Bourg-Tibourg, dans le quartier du Marais.

En 1988 Mariage Frères offre un théier provenant de la province de Shizuoka (Japon) au Jardin des Plantes de Paris[5].

Le large choix de thés, de produits dérivés (biscuits, pâtisseries, chocolats, accessoires) et de services (salon de thé et gastronomie au thé) assure le succès, qui conduit à l'ouverture de nouvelles boutiques à Paris : Rive Gauche en 1990, située au 13 rue des Grands-Augustins ; rue du Faubourg-Saint-Honoré en 1997 ; un tea emporium au 17 place de la Madeleine en 2009[6] ; au carrousel du Louvre au niveau de la pyramide inversée début 2010, et enfin, début 2014, un tea emporium au 90 rue Montorgueil. Un magasin spécialisé dans les thés français est ouvert en 1999, rue du Bourg-Tibourg, en face de la maison mère, complété par des comptoirs commerciaux dans les grands magasins (au Lafayette Maison[7], au Printemps Haussmann et au Bon Marché notamment). La filiale créée au Japon en 1990 permet l'ouverture de quinze maisons, dont deux à Tokyo, une à Kobé, Kyoto et Osaka. En 2007, Mariage Frères a ouvert son premier comptoir allemand aux Galeries Lafayette de Berlin, puis en 2009 à l'Alsterhaus à Hambourg.

Les comptoirs partagent une même inspiration tirée des codes esthétiques de la maison d'origine, avec notamment l'usage de boiseries aux tons chauds, de chaises en rotin, de balances à plateaux pour peser le thé, d'une décoration florale recherchée. Ce goût des matières naturelles se retrouve dans les costumes du personnel : en lin beige pour les vendeurs et en coton blanc pour les serveurs. Quelques références varient avec les magasins : certains thés ne sont commercialisés que dans les établissements parisiens, notamment les thés millésimés, certains Darjeeling, ou de rares jardins de Chine ou du Népal.

La Maison Mariage Frères a été couronnée par le magazine américain Newsweek comme la meilleure adresse au monde pour la qualité des Darjeeling[8] et par le Magazine L'express comme la plus prestigieuse maison de thé au monde[9]. Elle est fournisseur de thé de l'Elysée[10].

Depuis 2000, Mariage Frères propose sur internet les produits de son catalogue en versions française, anglaise et japonaise[9].

Début 2010, les principaux concurrents de Mariage Frères au niveau mondial sont Betjeman and Barton, Dammann Frères, Fauchon, Fortnum & Mason, Harrods, Hédiard, Kusmi Tea, Compagnie Coloniale et Le Palais des Thés.

En 2011, Mariage Frères a ouvert une boutique à l'aéroport de Paris-Orly[11].

En 2012, Mariage Frères a ouvert son premier comptoir en Grande-Bretagne à Selfridges de Londres[12].

Depuis 2012, Mariage Frères propose des ateliers de découverte et de dégustation de thés[13] permettant d'initier le public à l’art du thé[14] .

En décembre 2013, la Ville de Paris s'est associée avec Mariage Frères[15], pour créer trois nouveaux thés (Matin Parisien, Paris-Marais, Pleine Lune) à l'occasion du lancement de la boutique en ligne de la ville de Paris[16]. Ces thés ont été offerts par la Maire de Paris Anne Hidalgo à la reine d'Angleterre Elizabeth II le 7 juin 2014 dans le cadre d'un échange de cadeaux lors de la visite officielle de la reine d'Angleterre à l'Hôtel de ville de Paris à l'occasion de sa visite d'État en France[17].

En janvier 2014, l'entreprise retire la référence Exposition coloniale de son catalogue à la suite d'une polémique sur la promotion du produit[18].

Musée du thé[modifier | modifier le code]

Au premier étage de sa première maison de thé, dans le quartier du Marais, rue du Bourg-Tibourg, un petit musée dédié à l'histoire du thé et de son art de vivre est ouvert depuis 1987. On y trouve des services à thé du 19e et 20e siècles, des boites à thé domestiques, des illustrations originales, d'anciennes caisses à thé[19] originaires de Chine datées du 18e siècle, similaires à celles qui marquèrent l'histoire des États-Unis lors de la Boston Tea Party et dont l'unique exemplaire rescapé des eaux se trouve au Boston Tea Party museum. Dans le musée de la maison Rive Gauche (1990), est exposée l'affiche originale "Thés de la Porte Chinoise" de l'illustrateur tchèque Luděk Marold. Les musées sont accessibles gratuitement et ouverts tous les jours.

Références dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Dans l’épisode 11, saison 3 de Gossip Girl, la mère de Blair, Eleanor, rentre d'un voyage à Paris. Lorsque Blair demande à sa mère d'ouvrir une enveloppe que cette dernière vient de recevoir, sa mère répond : « Mais d'abord le thé ! J'ai apporté un absolument merveilleux Lapsang Souchong de Mariage Frères. »

Durant l'étape 3 de la série télévisée américaine The Amazing Race 1 diffusé le 26 septembre 2011, les équipes ont eu comme mission de trouver un magasin Mariage Frères à Paris et demander un thé spécifique afin de recevoir une récompense qui permet d'éviter les autres tâches de l'épisode.

Les thés de Mariage Frères sont mentionnés plusieurs fois dans le roman Le Livre perdu des sortilèges de Deborah Harkness.

Sa notoriété lui doit d'être citée comme la marque emblématique du thé dans plusieurs ouvrages de littérature à grand tirage :

Le célèbre parfumeur Jean-Claude Ellena s'est inspiré de la carte de thé de Mariage Frères pour créer le parfum Eau Parfumée au Thé Vert de Bulgari[20],[21].

Publications[modifier | modifier le code]

  • (fr) (en) L'Art du thé, 1992 (ISBN 2-9502851-4-7)
  • (fr) Eloge de la cuisine au thé , Hachette, 2002 (ISBN 2012367372)
  • (fr) (en) (it) (ja) L'Art Français du Thé, 2006
  • (fr) (en) Le Thé, Abécédaire
  • (fr) Le Thé: les carnets gourmands - ouvrage sur la gastronomie au thé
  • (fr) La Route du thé, le Triangle d'or
  • (fr) (en) La cuisine au thé
  • (fr) Le Voyage du thé
  • (fr) (en) Thé Français
  • (fr) (en) La route du thé et des chevaux, 2014

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Menu de l'Oriental
  2. (en) « Japan Airlines - First class menu sample », sur www.jal.co.jp (consulté le 16 juillet 2014)
  3. Alain Stella, Thé Français, Flammarion,‎ 2009 (ISBN 9782080110725)
  4. (fr) Article de Barbara Oudiz
  5. Galerie du Crédit communal (Bruxelles), Tea for 2 : les rituels du thé dans le monde, Belgique, Crédit communal de Belgique,‎ 1999, 270 p. (ISBN 2-87193-265-4), p. 260
  6. « Mariage Frères profite de la mode du thé », sur La Tribune.fr,‎ 30 mars 2009
  7. « Mariage Frères: le thé par excellence », sur www.galerieslafayette.com/ (consulté le 16 juillet 2014)
  8. (en) Article de John Barry, Newsweek 2005
  9. a et b Patricia Salentey, « Mariage Frères, une histoire d'amour couleur thé », sur lexpress.fr,‎ 30 avril 2008
  10. Voir VSD http://www.boucheries-nivernaises.com/imgs/cont_accueil/elysee.pdf
  11. « Mariage Frères s'installe à Paris-Orly », sur aeroportsdeparis.fr,‎ 6 octobre 2011 (consulté le 3 mars 2014)
  12. (en) « Mariage Frères Opens First UK Concession at Selfridges London », sur Style.selfridges.com,‎ 1 octobre 2012 (consulté le 16 juillet 2014)
  13. « Mariage Frères Tea Club : les ateliers de découverte et de dégustation de thé », sur mariagefreres.com (consulté le 17 juillet 2014)
  14. Delphine Solanet, « Mariage Frères: petite leçon de dégustation de thés », sur gala.fr,‎ 4 août 2012
  15. Gabriel Oihana, « La Mairie de Paris lance une e-boutique de produits parisiens », sur 20minutes.fr,‎ 4 décembre 2013 (consulté le 25 février 2014)
  16. Arthur Oeuvrard, « La ville de Paris lance son E-shop : Nos coups de cœur », sur Elle.fr,‎ 4 décembre 2013 (consulté le 25 février 2014)
  17. « Les coulisses de la visite de la Reine Elizabeth II à l'Hôtel de Ville », sur Paris.fr,‎ 10 juin 2014
  18. Philippe Triay, « Petit rappel sur les expositions coloniales à l’intention de Mariage Frères », sur Réseau Outre-Mer première,‎ 2014-01-31
  19. l'ABCdaire du Thé, Paris, Flammarion,‎ 2005 (ISBN 2-08-012480-3)
  20. (en) Chandler Burr, The Perfect Scent: A Year Inside the Perfume Industry in Paris and New York, Picador,‎ 2009, 336 p. (ISBN 0312425775), p. 102
  21. (en) Chandler Burr, « Scent Notes: Eau Parfumée au Thé Vert by Bulgari », sur nytimes.com,‎ 6 novembre 2008 (consulté le 17 juillet 2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]