Maria Ouspenskaïa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ouspenskaïa.
Maria Ouspenskaïa

Maria Ouspenskaïa est une actrice russe née le à Toula (Russie), décédée le à Los Angeles (Californie).

Biographie[modifier | modifier le code]

Maria Alekseyevna Ouspenskaya a étudié le chant à Varsovie et le théâtre à Moscou puis devient un membre fondateur du fameux Théâtre d'art de Moscou où elle travaille avec Constantin Stanislavski[1].

Avec le Théâtre d'art de Moscou, Ouspenskaïa voyage à travers l'Europe, puis arrive à New York en 1922. Comme Olga Baclanova, Ouspenskaïa décide de rester. Elle se produit à Broadway pendant toute la décennie suivante et enseigne au American Laboratory Theatre[2]. En 1929, elle fonde avec son collègue du Théâtre d'art de Moscou Richard Boleslawski, l'école d'Art Dramatique de New York[2]. Elle reçoit parmi ses étudiants à cette époque Anne Baxter adolescente.

Malgré ses courts métrages en Europe, Ouspenskaïa se tient éloignée de Hollywood jusqu'à ce que les problèmes financiers de son école la dirigent vers le cinéma. Selon le magazine Popular Song, elle ouvre aussi dans les années 1930 la "Maria Ouspenskaya School of Dance" sur Vine Street à Los Angeles. Là, une de ses fameuses élèves sera Marge Champion (modèle de Blanche-Neige pour Disney)[3].

Malgré son anglais marqué par un accent yiddish, Ouspenskaïa incarne à Hollywood des personnages européens d'origines variées. Son premier rôle à Hollywood, dans Dodsworth (1936, William Wyler et Sinclair Lewis), lui vaut une première nomination aux Oscars (second rôle féminin)[4]. Elle est nommée une seconde fois en 1939 pour Love Affair[5].

Pendant treize années, la grande actrice ("Mme. Maria Ouspenskaya" dans certains génériques) assiste à la ronde des reines de l'écran : Ruth Chatterton, Greta Garbo, Irene Dunne, Myrna Loy, Vivien Leigh, Joan Bennett, Maureen O'Hara, Maria Montez, Ilona Massey, qui laissent des gages à Charles Boyer, Tyrone Power ou Robert Taylor. Elle figure dans quelques classiques : The Mortal Storm (1940) de Frank Borzage (qu'elle retrouvera en 1946) et The Shanghai Gesture de Josef von Sternberg. Elle travaille aussi avec Edward Sutherland, ex mari de Louise Brooks. Elle passe de Vicki Baum à Edgar Poe, tourne des scénarios de Curt Siodmak et joue la reine des Amazones pour Kurt Neumann. Son dernier film est une comédie de Delmer Daves.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Benedetti (1999, 210).
  2. a et b (en) Ronald L. Smith, Horror Stars on Radio: The Broadcast Histories of 29 Chilling Hollywood Voices, McFarland & Company,‎ 2010 (ISBN 978-0-7864-4525-7, lire en ligne)
  3. (en) Susan King, « Marge Champion still has the dance moves », The Los Angeles Times,‎ September 30, 2009 (lire en ligne)
  4. Robinson (2007, 81).
  5. (en) « Academy list its selections », The Palm Beach Post,‎ 1940-02-12, p. 9 (lire en ligne)

Lien externe[modifier | modifier le code]