Maria Butyrskaya

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Maria Butyrskaya
Бутырская Мария.jpg
Biographie
Nom complet Maria Viktorovna Butyrskaya
Nationalité Drapeau de l’URSS soviétique → Drapeau de la Russie russe
Date de naissance (41 ans)
Lieu de naissance Moscou, RSFS de Russie
Drapeau de l’URSS Union soviétique,
Taille 1,6 m (5 3)
Parcours
Club actuel Dynamo Moskva oblast
Entraineur Elena Tchaikovskaya
Vladimir Kotin
Retraite 2002

Maria Butyrskaya (en russe : Мария Викторовна Бутырская, Maria Viktorovna Boutyrskaïa) (née le 28 juin 1972 à Moscou en RSFS de Russie (Union soviétique), est une patineuse artistique russe. Elle a été six fois championne de Russie (1993-1995-1996-1997-1998-1999), trois fois championne d'Europe (1998-1999-2002) et championne du monde en 1999.

Carrière[modifier | modifier le code]

Maria Butyrskaya a d'abord représenté l'Union soviétique jusqu'en 1992, puis a patiné pour la Russie. Elle a été entraîné par Elena Tchaikovskaya et Vladimir Kotin.

Maria est montée sur de multiples podiums au cours de sa carrière amateur. Elle a été sextuple championne de Russie, ce qui constitue encore aujourd'hui un record inégalée. Aux championnats d'Europe, elle est montée sur six podiums dont trois sur la plus haute marche en 1998 à Milan, en 1999 à Prague et en 2002 à Lausanne. Aux mondiaux elle a réussi à faire trois podiums dont celui des championnats du monde de 1999 à Helsinki en battant l'américaine Michelle Kwan, championne du monde en titre. Elle est ainsi devenue la patineuse la plus âgée à remporter le titre mondial, et la première patineuse russe à devenir un championne du monde. Elle a également représenté son pays à deux olympiades lors des jeux olympiques de 1998 à Nagano et aux jeux olympiques de 2002 à Salt Lake City, où elle s'est classée respectivement 4e et 6e.

Maria Butyrskaya a souvent participé à la chorégraphie de ses programmes, ainsi qu'à la conception de ses costumes. Ses programmes ont gagné en féminité d'années en années, surtout vers la fin de sa carrière en comparaison avec ses concurrentes qui étaient plus jeunes qu'elle. Elle-même décrit son style de patinage comme "une femme sur la glace". En 2000, le New York Times a décrit son programme court (Sarah Brightman's Scene d'Amour) comme "fluide, patinage lyrique ... un spectacle d'une rare élégance et de beauté." Toutefois, elle patinait mieux lors des entraînements que pendant les compétitions à cause de sa tension nerveuse. Il est à signaler que sa voiture a été explosée par la mafia russe en décembre 1999, juste avant les championnats de Russie 2000 qu'elle a perdu.

Elle a décidé d'arrêter sa carrière amateur après son abandon aux qualifications des championnats du monde de 2002 à Nagano.

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Maria Butyrskaya a choisi de commencer une carrière d'entraîneur. Elle travaille actuellement à l'École de patinage de réserve olympique à Moscou.

Le 11 août 2006, elle épouse un joueur de hockey-sur-glace, Vadim Khomitski, qui était à l'époque membre de l'équipe des Stars de Dallas jouant dans la Ligue nationale de hockey. Ils ont deux enfants : Vladislav (né le 16 avril 2007) et Alexandra (née le 3 juin 2009).

Palmarès[modifier | modifier le code]

Compétition/Saison 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002
Jeux olympiques d'hiver 4e 6e
Championnats du monde 29e 4e 5e 3e 1re 3e 4e A
Championnats d'Europe 5e 4e 7e 3e 4e 1re 1re 2e 2e 1re
Championnats d'Union soviétique 3e
Championnats de Russie 1re 2e 1re 1re 1re 1re 1re 2e 3e 2e
Grand Prix ISU[1] 1991/92 1992/93 1993/94 1994/95 1995/96 1996/97 1997/98 1998/99 1999/00 2000/01 2001/02
Finale du Grand Prix 7e 4e 3e 2e 3e 4e 4e
Skate America 10e 1re
Skate Canada 1re 2e
Coupe des Nations[2] 7e 6e 8e 2e 1re 1re 1re
Trophée Lalique[3] 5e 2e 1re 1re 1re 1re
Coupe de Russie
Trophée NHK 5e 5e 1re 2e 1re 2e
Légende : A= Abandon

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Grand Prix ISU a débuté en 1995.
  2. À partir de 2003, cette compétition se déroule en Chine sous le nom de Coupe de Chine.
  3. Depuis 2004, cette compétition s'appelle le Trophée Éric Bompard.

Liens externes[modifier | modifier le code]