Marguerite d'York

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Marguerite d'York au Musée du Louvre
Couronne de Marguerite d´York, Trésor de la Cathédrale d'Aix-la-Chapelle

Marguerite d'York ou Margaret Plantagenêt ou Marguerite de Bourgogne ou Marguerite d'Angleterre (3 mai 1446 - 23 novembre 1503), fille du 3e duc d'York Richard Plantagenêt et de Cécile Neville. Sœur des rois Édouard IV et Richard III d'Angleterre, elle est la troisième et dernière épouse du duc de Bourgogne Charles le Téméraire (le duché de Bourgogne / État bourguignon ayant alors, tant par ses nombreuses possessions que par leurs richesses, les dimensions d'un royaume). En son siècle, elle passe pour la duchesse la plus élégante, la plus riche et la plus puissante d'Europe.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle naît le 3 mai 1446 au château de Fotheringhay dans le Northamptonshire en Angleterre. Fille du 3e duc d'York Richard Plantagenêt (qui s'apprête alors à revendiquer le trône d'Angleterre) et de Cécile Neville.

Le 3 juillet 1468, elle épouse Charles de Valois-Bourgogne, dit Charles le Téméraire, duc de Bourgogne à Damme en Flandre dans les Pays-Bas bourguignons, alors possession du duché de Bourgogne / État bourguignon. Bien que l'union soit restée sans descendance, elle scelle un pacte d'alliance entre l'Angleterre et la Bourgogne. On peut d'ailleurs noter que le duc Richard d'York et le duc de Bourgogne Charles le Téméraire ont un point commun : celui d'avoir essayé de destituer par la guerre les rois et suzerains de leurs pays respectifs (même si Charles de Bourgogne ne se reconnaissait plus comme prince français ni comme vassal de Louis XI de France).

Quand Marguerite d'York paraît à Bruges pour la première fois dans le décor peint pour ses noces par Hugo van der Goes, le cœur de l'Europe chavire. Dans le cortège des Dames flamandes au hennin sévère, elle se démarque par sa longue chevelure blonde tombant sur ses reins. Les fêtes et réjouissances qui suivent le mariage (surnommé le mariage du siècle) sont d'un luxe et faste encore jamais vus, une promotion éclatante de l'État bourguignon. Aujourd'hui, Bruges reconstitue et commémore ce fastueux mariage (et les fêtes auxquelles il a donné lieu) une fois tous les cinq ans, ce qui provoque un afflux de touristes de tous les pays avoisinants.

Marguerite d'York n'a pas d'enfant. Elle reporte toute son affection maternelle sur la fille du précédent mariage du Téméraire, la duchesse Marie de Bourgogne qu'elle élève comme sa fille.

Devenue veuve de Charles le Téméraire en 1477, elle s'instaure protectrice de sa belle-fille la duchesse Marie de Bourgogne et lui fait épouser le futur empereur germanique Maximilien Ier du Saint-Empire, de la dynastie des Habsbourg.

À la mort de la duchesse Marie de Bourgogne âgée de 25 ans en 1482 (décédée des suites d'une chute de cheval accidentelle pendant une partie de chasse), Marguerite d'York s'occupe personnellement des deux enfants de cette dernière, Philippe Ier de Castille et Marguerite d'Autriche. Elle tente également d'influencer la fin de la guerre des Deux-Roses, en prêtant assistance (en vain) à son neveu John de la Pole contre Henri VII d'Angleterre, en 1486.

Elle décède le 23 novembre 1503 à Malines, aux Pays-Bas bourguignons, à l'âge de 57 ans.

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :