Margo Guryan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Margo Guryan est une pianiste auteur compositeur américain. Chanteuse de la fin des années 1960, elle est reconnue aux États-Unis comme étant un artiste complet.

Origine[modifier | modifier le code]

Née à Far Rockaway, dans le Queens, c'est-à-dire dans la banlieue de New York. Initié dès ses 6 ans au piano, elle composa dès sa plus jeune enfance des poèmes très aboutis. Après avoir suivi des études à l'Université de Boston, elle finit par se tourner vers le Jazz. À partir de 1959, elle passa deux ans à étudier le Jazz à l'école de Lenox.

En 1961, elle travaille au sein du label Verve, connu pour produire des artiste de Jazz comme Astrud Gilberto (qui reprendra d'ailleurs des titres de Margo Guryan.) Mariée un temps à Bob Brookmeyer, célèbre tromboniste de jazz, elle finit néanmoins par être très influencée par les artiste pop de l'époque, notamment The Beach Boys. C'est ainsi qu'en écoutant l'album Pet Sounds, elle décide de se lancer dans l'écriture.

Début 1967, elle est une pianiste confirmée, faisant partie de la mouvance beatnik et compose pour Chris Connor, Julie London et Anita O'Day quelques chansons.

Take a picture culte[modifier | modifier le code]

Dotée d'un réel talent d'écriture, elle finit enfin par enregistrer pour son compte en 1968 l'album Take a Picture (le seul de sa carrière). Sa première composition intégrée est "Think of Rain" (qu'elle aurait écrite en écoutant une chanson triste de Beach Boys). Viennent s'ajouter des mélodies pop, teintées de Bossa nova très ciselées. Au final l'album est très riche, rarement répétitif malgré son côté "fleur bleue".

Entièrement composé par l'artiste, et interprété totalement par elle-même, "Take a picture" reste un véritable chef-d'œuvre de pop mélancolique très soignée. Il faut citer des chansons comme "Love song", "Can you tell" ou bien encore "Sun" ; alternant le folk, la bossa nova, la ritournelle mélancolique ou bien encore la mélodie funky. Au moment de la commercialisation de l'album, les critiques sont admiratives et ne doutent pas du succès du disque ; car, chose rare dans le monde de la musique féminine, Margo Guryan compose, chante et dirige la réalisation de son disque.

Or contre toute attente, elle décide de ne pas en faire la promotion et même de na pas interpréter en public ses compositions. Margo Guryan expliquera plus tard qu'elle n'avait enregistré ces chansons que dans l'espoir que d'autres artistes les enregistrent plus sérieusement. Elle maintiendra d'ailleurs longtemps ne pas être interprète, mais juste un simple compositeur de musique.

L'album va ainsi rester, malgré sa qualité, très confidentiel. Or le bouche à oreille et les nombreuses reprises par d'autres artistes de ces chansons, vont finir par faire de "Take a picture" un véritable album culte. Cela va finir par engendrer, au fil des années une véritable légion de fans inconditionnel. Cela va pousser la maison de disques à exploiter le "filon" en sortant des démos et des inédits. (à titre d'exemple, la sortie en 2000 de "25 Demos" et de "Toughts").

L'après sixties[modifier | modifier le code]

Margo Guryan s'est ensuite tournée vers l'enseignement de la musique en Californie. La plupart des chansons de l'unique album de Guryan ont été reprise par plusieurs artiste tel que Mama Cass, Glen Campbell, Harry Nilsson, Astrud Gilberto ou bien encore Claudine Longet. Dernièrement sur ebay, une série de l'album "Take a picture" comprenant plusieurs vinyles se sont vendus plus de 190$ l'unité.

En 2007, Margo Guryan toujours très engagée, retourne enfin en studio et enregistre 16 words, un single avec seulement seize mots: "The British government has learned that Saddam Hussein recently sought significant quantities of Uranium from Africa."

Discographie[modifier | modifier le code]