Margaret Sullavan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Margaret Sullavan

Description de cette image, également commentée ci-après

Margaret Sullavan en 1940

Naissance
Norfolk, Virginie, États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Décès (à 50 ans)
New Haven (Connecticut)
Profession Actrice

Margaret Sullavan est une actrice américaine née le à Norfolk, Virginie. Elle s'est suicidée le à New Haven (Connecticut).

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Margaret Sullavan est née à Norfolk en Virginie, de Cornelius Sullavan, riche agent de change et sa femme Garland, née Brooke. Elle fut pensionnaire à l'institut Chatham Episcopal, où elle était présidente du corps étudiant. Elle déménagea pour Boston où elle vécut avec sa demi-sœur, Weedie, et où elle s'impliqua dans le club théâtral d'Harvard, dont faisait également partie Henry Fonda. Elle débute dans Close Up en 1929. Charlie Leatherbee et Josh Logan étaient dans le public et l'invitèrent à les rejoindre à Falmouth, dans le Massachusetts, une troupe universitaire. Elle joue dans leur première production, The Devil in the Cheese, ses débuts sur la scène professionnelle. Finalement elle est repérée par Lee Shubert pour sa première pièce à Broadway, A Modern Virgin (1931).

Carrière[modifier | modifier le code]

Margaret arrive à Hollywood le 16 mai 1933, à son 22e anniversaire. Elle débute dans Only Yesterday. En 1938, elle est nommée à l'Oscar de la meilleure actrice pour son rôle dans Trois camarades. Elle partage quatre fois l'affiche avec James Stewart, (avec lequel elle et Henry Fonda avaient créé une société anonyme avant d'être célèbres) : Next Time We Love (1936), L'Ange impur (The Shopworn Angel) (1938), La Tempête qui tue et The Shop Around the Corner ( 1940). Ses autres films importants de cette époque étant : Et demain ? (1934), The Good Fairy (1935, réalisé par Wyler), L'Ensorceleuse (1938, avec Joan Crawford), So Ends Our Night, Back Street, Appointment for Love (tous en 1941) et Cry 'Havoc' (1943).

Sa dernière prestation à l'écran date de 1950 avec le film No Sad Songs for Me réalisé par Rudolph Maté, écrit par Howard Koch. Elle sort de sa retraite en 1952 pour le drame The Deep Blue Sea de Terence Rattigan monté à Broadway, suivi l'année suivante par la comédie Sabrina Fair de Samuel Taylor.
Elle apparaît également à la télévision dans Chevrolet Tele-Theater, Studio One, Magnavox Theater, et Schlitz Playhouse of Stars.

Elle a une étoile sur le Hollywood Walk of Fame au 1751 Vine Street.

Mariages[modifier | modifier le code]

Margaret s'est mariée quatre fois:

  • elle épouse Henry Fonda le 25 décembre 1931. Le mariage ne dure qu'un an, même si Sullavan et "Hank" sont restés des amis leur vie durant.
  • son deuxième mariage avec le réalisateur William Wyler, fut aussi bref,
  • son troisième mariage à l'agent et producteur Leland Hayward, dura onze ans. Ils eurent trois enfants : Brooke, né le 5 juillet 1937; Bridget, né en 1939; et William Leland, né en 1941. Margaret et Hayward divorcent en 1947,
  • trois ans plus tard, elle épouse Kenneth Wagg, jusqu'à sa mort.

Mort[modifier | modifier le code]

Margaret souffrait de dépression et d'une défaillance auditive congénitale de l'oreille gauche, l'otospongiose, qui empira avec l'âge la rendant de plus en plus sourde. Le , elle est trouvée morte dans une chambre d'hotel à New Haven (Connecticut), d'une overdose de barbituriques. Elle avait 50 ans - l'une de ses filles, Bridget Hayward, meurt neuf mois plus tard d'une overdose.

Sa fille, l'actrice Brooke Hayward, a écrit Haywire, à propos de sa famille[1]. Un livre qui a été adapté pour la télévision avec Lee Remick.

Liens familiaux[modifier | modifier le code]

Sa fille Brooke s'est mariée deux fois :

Enfant, l'ami de la famille Peter Fonda avait le béguin pour sa fille Bridget. Après le suicide de celle-ci, il demanda de prénommer ainsi sa fille en son hommage.

Citations[modifier | modifier le code]

« Perhaps I'll get used to this bizarre place called Hollywood, but I doubt it[2]. »

Références[modifier | modifier le code]

  1. Hayward, Brooke, Haywire, A.Knopf (1977)
  2. Peut-être m'habituerais-je un jour à cet endroit bizarre qu'on appelle Hollywood, mais j'en doute (http://www.imdb.com/name/nm0837925/bio)

Filmographie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]