Margaret Mahler

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mahler (homonymie).

Margaret Schoenberger Mahler, psychiatre et psychanalyste américaine, née à Sopron (Hongrie) en 1897 et décédée à New York en 1985.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études médicales en pédiatrie en Allemagne, elle s'installe à Vienne où elle se fait analyser par Helene Deutsch. Avec Anna Freud, elle crée un centre de traitement pour enfants à Vienne (premier centre de guidance infantile) et travaille aussi avec August Aichhorn et Dorothy Burlingham.

La thèse de Mahler repose sur la théorie freudienne des pulsions et des stades du développement libidinal ; elle y intègre les apports de l’ego-psychology, notamment le concept du "moi autonome primitif". La phase de séparation-individuation : deux « lignes de développement » (Anna Freud) marquent cette phase en suivant les tendances de la maturation : la séparation, comme prise de distance et détachement d’avec la mère, et l’individuation, comme évolution des fonctions autonomes (mémoire, perceptions, capacités cognitives). Là encore, les interactions mère/enfant jouent un rôle capital.

La montée du nazisme va la forcer à s'exiler aux États-Unis où elle poursuivra des travaux sur les psychoses infantiles en étant particulièrement attentive à la question de l'individuation, distinguant deux types de psychoses infantiles, les psychose autistiques et les symbiotiques qu'elle met en parallèle avec des stades normaux de développement du nourrisson.

Par la suite, Mme Mahler publiera en 1975 Symbiose (psychanalyse) humaine et individuation : la naissance psychologique de l'être humain. Dans cette œuvre issue de recherches empiriques et d'observations soigneusement consignées sur des grilles de cotation, Mahler élabore une série de stades du développement de l'être humain vu sous l'angle de la distance relationnelle entre l'enfant et sa mère. Ses vues ont eu beaucoup de succès même si on peut considérer qu'elles relèvent plus de la psychologie que de la psychanalyse proprement dite.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Psychose infantile, Paris, Payot, coll. "Petite Bibliothèque Payot", 2001 (1ère éd. 1973) (ISBN 2228894575)
  • La Naissance psychologique de l'être humain, Paris, Payot, coll. "Petite Bibliothèque Payot", 2010 (1ère éd. 1980)