Margad Ragnaldson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Margad Ragnaldson (forme scandinave du nom gaélique Echmarcach mac Ragnaill) était roi du Dublin (de 1036 à 1038 et de 1046 à 1052), de l'île de Man et des Hébrides et d'une bonne partie du Galloway.

Origine[modifier | modifier le code]

Ragnall le père de Margad est parfois identifié avec Ragnall mac Raghnaill meic Imuir le roi Viking de Waterford tué en 1031/1035 à Dublin[1] ou avec Ragnald Godfredsson, aussi dénommé, en gaélique, Ragnall mac Gothraidh [2]

Biographie[modifier | modifier le code]

Sa carrière a été émaillée de triomphes et d'échecs cinglants. En 1036[3], il entame son règne sur le royaume de Dublin. Après en avoir été chassé par Ivarr III Haraldsson (irlandais Imar mac Arailt) en 1038[4], il reconquiert la cité irlandaise en 1046[5]. A l'apogée de son règne, ses possessions s'étendent sur une partie de l'Irlande, l'île de Man, les Hébrides et au moins les Rhinns du Galloway, péninsule située à l'extrémité sud-ouest de la région du même nom. En 1052, Echmarcach est expulsé de Dublin[6], et en 1061 de l'Ile de Man par Murchad mac Diarmata mac Maíl na mBó[7]

Il est communément admis que Echmarcach est aussi Iehmarc, un des trois rois du Nord-Ouest (un des trois autres étant Máel Coluim II d'Écosse), qui, selon la Chronique Anglo-Saxonne, se soumirent à Canut le Grand, roi du Danemark et d'Angleterre[8].

Selon la Heimskringla, Echmarcach pilla le Pays de Galles avec son ami viking Guttorm Gunnhildsson[9]. Tous deux se disputèrent au sujet du butin et se livrèrent bataille au Menai. Guttorm l'emporta en invoquant saint Olaf et Echmarcach fut tué[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Annales de Tigernach: AT 1031
  2. Benjamin T. Hudson Vikings pirates and chritian princes' Table 4 « Haraldsons  », Oxford University Press, 2005 ,p. 130.
  3. Annales de Tigernach T1036.8
  4. Annales de Tigernach T1038.1
  5. Annales d'Ulster U1046.8
  6. Annales d'Ulster U1052.8
  7. Annales de Tigernach T1061.3
  8. Chronique Anglo-Saxonne A.D.1031
  9. Heimskringla; Saga de Haraldr Hardradi §55
  10. Annales de Loch Cé LC1064.7

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Mike Ashley, The Mammoth Book of British Kings & Queens (England, Scotland and Wales), Robinson (Londres 1998) (ISBN 1841190969) « Margald Ragnallson » p. 425.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]