Mareuil (Dordogne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mareuil.
Page d’aide sur l’homonymie Mareuil-sur-Belle redirige ici.
Mareuil
Le château de Mareuil.
Le château de Mareuil.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Nontron
Canton Mareuil (chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes Dronne et Belle
Maire
Mandat
Alain Ouiste
2014-2020
Code postal 24340
Code commune 24253
Démographie
Gentilé Mareuillais
Population
municipale
1 112 hab. (2011)
Densité 44 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 27′ 05″ N 0° 27′ 11″ E / 45.4513888889, 0.453055555556 ()45° 27′ 05″ Nord 0° 27′ 11″ Est / 45.4513888889, 0.453055555556 ()  
Altitude Min. 105 m – Max. 207 m
Superficie 25,13 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de Dordogne
City locator 14.svg
Mareuil

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de Dordogne
City locator 14.svg
Mareuil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mareuil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mareuil

Mareuil (nom officiel), appelée localement Mareuil-sur-Belle, est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Aquitaine.

C'est le siège de l'une des quatre anciennes baronnies du Périgord. La commune est le chef-lieu du canton de Mareuil.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située sur la route départementale 939 (l'ancienne route nationale 139), à environ 35 kilomètres au nord-ouest de Périgueux et autant au sud-est d'Angoulême, la commune de Mareuil est arrosée par la Belle.

Après avoir fait partie dès 1998 du Parc naturel régional Périgord-Limousin, Mareuil n'a pas adhéré à sa charte lors du renouvellement de celle-ci, par décret n° 2011-998 du 24 août 2011[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Mareuil
Puyrenier Saint-Sulpice-de-Mareuil
Sainte-Croix-de-Mareuil Mareuil Vieux-Mareuil
Gout-Rossignol La Chapelle-Montabourlet

Toponymie[modifier | modifier le code]

En occitan, la commune porte le nom de Maruelh[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Les vieux Seigneurs de Mareuil, toujours Barons, sont mentionnés pour la première fois au XIe siècle, dans une chronique en latin, qui cite Guillaume Ier de Mareuil ; il était témoin en 1099 pour un charte de Raimond, évêque de Périgueux. Un peu plus tard, on trouve un Hélie de Mareuil, diacre de Périgueux. Le grand livre de l'historien Richard[3] fait mention de Hervé de Mareuil, un grand personnage dans l'histoire du Poitou, ami du prince anglais qui deviendra le futur roi, au temps de Vulgrin Taillefer. Hervé est désigné comme « un des plus importants barons de Poitou », et témoin pour Eléanor en Angleterre. En décembre 1202, il était témoin pour le traité de paix entre Jean sans Terre et le comte de Thouars.

Un autre haut personnage fut Raymond de Mareuil, évêque de Bordeaux en 1142. Il s'agit de Raymond III, fils d'Aldebert III, donc six générations plus tard.

À la bataille de Bouvines, en 1214, on retrouve Hugues et Jean de Mareuil qui capturent le Comte de Flandres. Hugues et Jean avec une bannière de 10 chevaux, reçoivent de Philippe Auguste la baronnie de Villebois, et la famille devient alors baron de Villebois-Mareuil. Plus tard, un Raymond de Mareuil est mentionné dans les chroniques de Froissart, Seigneur de Mareuil, de Villebois et de Montmoreau (1356-1393), marié à Jovide de Montchaude, Dame de Vibrac et d'Angeac.

Puis un autre grand seigneur fut Guy II de Mareuil (1466-1519), seigneur de Mareuil, baron de Villebois, seigneur d'Angeac, Vibrac, Bourzac et Pranzac, de Dompierre, Longayves et Saint-Christophe, sénéchal d'Angoumois. Marié à

  1. Philippe Paynel de Hombie, Dame d'Olonde-sur-mer (1473), et
  2. Catherine de Clermont (1513).

Il est mentionné comme un des ancêtres du Prince Charles d'Angleterre[4]. Pendant longtemps, ils préféraient être désignés seulement par le vieux nom de Mareuil.

Cette famille, avec depuis 1518 ses deux branches de Mareuil et de Villebois, doit être éteinte en France ; plus tard le nom fut formellement rétabli comme "De Villebois-Mareuil" avec titre de comte (barons d'empire 1810, et arrêt du 11 février 1873). Un descendant des Villebois, Maître Louis de Villebois à Paris, receveur et payeur général des Présidiaux de Champagne (1611), se retrouve aux Pays-Bas espagnols, au château des Comtes d'Egmonts, de qui descend la branche hollandaise. Un descendant, le Dr. Pierre Joseph, après l'armée du Rhin, se marie avec une héritière d'une vieille famille de noblesse hollandaise, Van der Does, et plus tard le nom devint Van der Does de Willebois.

Fusion de communes[modifier | modifier le code]

En 1827, les anciennes communes de Saint-Pardoux-de-Mareuil et Saint-Priest-de-Mareuil ont fusionné avec Mareuil.

La Résistance[modifier | modifier le code]

Il faut attendre 1942, pour que la résistance s'organise sous l'impulsion de Dominique Vives, Mareuillais de souche. C'est à partir du hameau du Repaire, qu'il commande à un groupe d'une quarantaine de volontaires. La rue des Martyrs et une stèle, qui s'y trouve, commémorent ces hommes, des Mareuillais (voir "Personnalités liées à la commune").

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Mareuil Blason De gueules au chef d'argent au lion d'azur armé, lampassé et couronné d'or brochant sur le tout.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1959 1977 André Marchaps    
1977 1983 Michel Petit    
1983 1995 Gérard Tura PS Directeur d'hôpital
1995 janvier 2005 Yves Bernard    
janvier 2005[5] (réélu en mars 2014[6]) en cours Alain Ouiste SE Cadre technique retraité

Jumelages[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués à Mareuil depuis 1793.

Jusqu'en 1827, les communes de Saint-Pardoux-de-Mareuil et de Saint-Priest-de-Mareuil étaient indépendantes, avant de fusionner avec Mareuil.

En 2011, Mareuil comptait 1 112 habitants. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (2007, 2012, 2017, etc. pour Mareuil[8]). Depuis 2006, les autres dates correspondent à des estimations légales.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
696 755 784 841 1 624 1 661 1 765 1 828 1 837
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 779 1 676 1 624 1 565 1 543 1 603 1 616 1 604 1 483
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 392 1 404 1 341 1 302 1 209 1 195 1 283 1 228 1 167
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
1 137 1 103 1 209 1 210 1 194 1 112 1 127 1 130 1 112
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2004[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (38,4 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (30,4 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (54,8 %) est supérieur de plus de deux points au taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 45,2 % d’hommes (0 à 14 ans = 12,5 %, 15 à 29 ans = 11,4 %, 30 à 44 ans = 17,6 %, 45 à 59 ans = 23,7 %, plus de 60 ans = 34,9 %) ;
  • 54,8 % de femmes (0 à 14 ans = 12,1 %, 15 à 29 ans = 9,5 %, 30 à 44 ans = 14,5 %, 45 à 59 ans = 22,5 %, plus de 60 ans = 41,3 %).
Pyramide des âges à Mareuil en 2007 en pourcentage[11]
Hommes Classe d’âge Femmes
2,2 
90 ans ou +
4,0 
13,9 
75 à 89 ans
21,6 
18,8 
60 à 74 ans
15,7 
23,7 
45 à 59 ans
22,5 
17,6 
30 à 44 ans
14,5 
11,4 
15 à 29 ans
9,5 
12,5 
0 à 14 ans
12,1 
Pyramide des âges du département de la Dordogne en 2007 en pourcentage[12]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,6 
90 ans ou +
1,7 
9,7 
75 à 89 ans
13,5 
17,4 
60 à 74 ans
17,7 
22,6 
45 à 59 ans
21,6 
18,8 
30 à 44 ans
18,1 
14,7 
15 à 29 ans
13,1 
16,2 
0 à 14 ans
14,3 

Économie[modifier | modifier le code]

En ce début du XXIe siècle la vie économique du chef-lieu de canton a beaucoup changé. Dans les années 1950, des journées commerciales de quatre jours sont organisées avec le soutien des édiles du moment. Les 28 de chaque mois sont des rendez-vous à ne pas manquer. Ce dynamisme local entraîne un commerce florissant, un artisanat de proximité et le fonctionnement de plusieurs manufactures, dans lesquelles la population locale peut se projeter. En 1962, La SELP (Société Européennes des Laminées Plastiques) se crée à l'initiative d'un enfant du pays audacieux, courageux et ayant un sens aigu de l'intérêt collectif de la commune. Il nous raconte ses convictions exemplaires pour les jeunes dans un recueil de souvenirs intitulé "Max...une fantastique odyssée dans le plastique" paru en mars 2010.

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

Associations[modifier | modifier le code]

Depuis 1921, l'Espérance mareuillaise œuvre au niveau du canton. Au fil des décennies, elle s'est étoffée des sections fanfare, judo, boules, danse et randonnées pédestres. Le club de football « les Chardons » encadre les jeunes sur le terrain municipal.

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'une école maternelle, d'une école primaire et d'un collège, le « collège Arnault de Mareuil »[13].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • actes de la Bibliothèque Nationale
  • Archives de France
  • Histoire généalogique de la Maison De Villebois-Mareuil, Angers 1909, de Godefroy, baron de Villebois-Mareuil, et sa traduction hollandaise, corrigée et augmentée, de 2003.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Décret n° 2011-998 du 24 août 2011 sur Legifrance, consulté le 27 août 2011.
  2. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 10 mars 2014.
  3. Alfred Richard, Histoire des Comtes de Poitou, 1903, tome II
  4. Lineage and Ancestry of HRH Prince Charles, Prince of Wales
  5. Union départementale des maires de la Dordogne, consultée le 21 août 2014.
  6. À Mareuil-sur-Belle, Sud Ouest édition Périgueux du 1er avril 2014, p. 22b.
  7. Patricia Négrier, Le jumelage est désormais officiel, Sud Ouest édition Périgueux du 21 novembre 2012.
  8. « Calendrier de recensement », sur Insee (consulté le 10 mars 2014)
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  11. « Évolution et structure de la population à Mareuil en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 6 août 2010)
  12. « Résultats du recensement de la population de la Dordogne en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 6 août 2010)
  13. Site du Collège Arnault de Mareuil, consulté le 24 mai 2011.
  14. Max Marchaps, Max... une véritable odyssée dans le plastique, 2009, (ISBN 978-2-9524117-9-0)