Marco Perrin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Perrin.

Marco Perrin

alt=Description de l'image Defaut.svg.
Nom de naissance Jean Marco Markovitch
Naissance 16 mai 1927
Aix-en-Provence, France
Nationalité Drapeau de France Français
Décès 17 février 2014 (à 86 ans)
Issy-les-Moulineaux, Hauts-de-Seine
Profession Acteur
Films notables Adieu Philippine
Monnaie de singe
Les Valseuses
La Soupe aux choux

Marco Perrin (né Jean Marco Markovitch le 16 mai 1927 à Aix-en-Provence, mort le 17 février 2014 à Issy-les-Moulineaux[1]) est un acteur français d'origine serbe. Il repose au cimetière d'Auriol dans le département des Bouches-du-Rhône.

Second rôle célèbre des années 1970, il est reconnaissable à sa moustache et à son accent méridional. Sa carrière, étalée sur trois décennies, prend fin en 1983, lorsqu'il est frappé d'hémiplégie.

Carrière[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Marco Perrin commence sa carrière de comédien en 1952 dans "Les Barbes nobles" d'André Roussin au théâtre du Grand Guignol, à Paris. Il ne restera pas dans le répertoire horrifique, marque de fabrique du théâtre de la rue Chaptal. Il apparaît par la suite dans des comédies[2]. Il devient ainsi un des piliers de l'émission "Au théâtre ce soir", tournée au Théâtre Marigny dans les années 1960-1970, apparaissant dans des mises en scène de Jean Le Poulain, Michel Roux et Jacques Fabbri entre-autres et dont il donne la réplique. Il est également de "La Cage aux folles" aux côtés de Jean Poiret et Michel Serrault[2].

Cinéma[modifier | modifier le code]

En 1955, Il fait ses débuts au cinéma comme figurant dans La Tour de Nesle d'Abel Gance et même dans Les Vikings de Richard Fleischer avec Kirk Douglas. Par la suite, il obtient des rôles plus importants mais jamais en tête de distribution dans Adieu Philippine de Jacques Rozier qui traîte de la Guerre d'Algérie, Monnaie de singe en 1965 d' Yves Robert, L'Armée des ombres de Jean-Pierre Melville et même dans une adaptation de Justine du Marquis de Sade de Claude Pierson en 1970. Il alterne les rôles dramatiques et comiques, ainsi que la scène aux plateaux de cinéma. En 1971, Pierre Richard le dirige dans Les Malheurs d'Alfred, son deuxième film. Jean-Claude Brialy fait appel à lui trois fois dans Églantine en 1972, Les Volets clos en 1973 et L'Oiseau rare en 1973. La même année sort sur les écrans le surréaliste J'irai comme un cheval fou de Fernando Arrabal, une curiosité dans la carrière de Marco Perrin. En 1974, il fait une apparition dans Les Valseuses avec Gérard Depardieu et Buffet froid de Bernard Blier en 1979.

Sa carrière comprend quelques inévitables nanars comme les films de Max Pécas, On est venu là pour s'éclater en 1979, Belles, blondes et bronzées en 1981 et On n'est pas sorti de l'auberge en 1982, où encore Prends ta rolls et va pointer avec Jean Lefebvre, champion de la catégorie.

Marco Perrin est également apparu à la télévision dans deux épisodes de Thierry la Fronde dans "Les Cinq dernières minutes" : La Demoiselle d'Avignon et La Dame Monsoreau ou Arsène Lupin joue et perd, feuilleton d'Alexandre Astruc. Il est aussi Cocardasse dans la fameuse version de "Lagardère" avec Jean Piat en 1967.

Il joue au côté de Louis de Funès dans Le Gendarme et les Extra-terrestres en 1978 et La Soupe aux choux. En 1983, le jour de la mort de Louis De Funès, Marco Perrin tombe dans le coma après un AVC, reste hémiplégique et doit renoncer à sa carrière.

Fin 2010, il accepte de tourner dans un documentaire de Jérémy Kaplan, retraçant ses souvenirs de comédien. C'est sa dernière apparition publique.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Au théâtre ce soir[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]