Marco Girolamo Vida

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Marco Gerolamo Vida

alt=Description de l'image MarcoGerolamoVida.jpg.
Activités Poète
Naissance Crémone en 1485
Décès Alba
27 septembre 1566
Mouvement Humanisme

Marco Girolamo Vida ou Marcus Hieronymus Vida, né à Crémone en 1485 et mort à Alba le 27 septembre 1566, est un écrivain, un poète et un humaniste italien de la Renaissance.

Biographie[modifier | modifier le code]

Entré dans les ordres, Marco Girolamo Vida appartint à la congrégation des chanoines réguliers de Saint-Marc à Mantoue, puis alla à Rome et devint chanoine de Saint-Jean de Latran. Le talent qu’il montra dans ses premiers poèmes latins lui valut les faveurs de Léon X auquel il fut présenté par son dataire, l'humaniste Gianmatteo Ghiberti. Vida fut bientôt pourvu du prieuré de Saint-Sylvestre à Frascati. Il fut également protégé par Clément VII, qui le nomma à l’évêché d’Albe[1].

Les travaux poétiques de Vida ne l’empêchèrent pas de se montrer excellent évêque et savant théologien ; mais c’est à ses vers latins que son nom a dû de survivre. Rival de Sannazaro et de Fracastoro, il a manié avec une merveilleuse habileté la forme virgilienne, répandant sur les sujets qui s’y prêtaient le moins l’élégance et l’harmonie. On remarque chez lui une perpétuelle antilogie entre le langage ancien et les idées modernes, par l’application des métaphores mythologiques aux objets de la foi chrétienne. L’abus de la paraphrase et de la périphrase lui ont également été reprochés : « Jamais, dit Saint-Marc Girardin, qui trouve son élégance vieille et morte, jamais l’horreur du mot propre et l’effort pour trouver le prétendu mot élégant n’ont été poussés plus loin. »

Vida est l’auteur d’une quantité considérable de poésie latine, séculaire et sacrée, sur le modèle classique dans le style de Virgile. Parmi ses œuvres plus connues, on compte le poème didactique en trois volumes, De arte poetica (Sur l’art de la poésie) (1527), en partie inspiré par Horace, et De Ludo scacchiorum (le Jeu des échecs) (1527), traduit en de nombreuses langues au cours des siècles. Ces deux poésies ont été éditées la première fois en 1527. De Bombyce (des Vers à soie), Hymni de rebus divinis (Hymnes sacrés), Carminum liber (Poésies diverses), élégies, odes, bucoliques, épîtres, épigrammes. Les trois premiers poèmes avec 37 hymnes ont formé un premier recueil publié par l’auteur (Rome, 1527, in-4°. Son grand œuvre est l’épopée latine Christiados libri sex (la Christiade, Crémone, 1535, 6 vol. in-4°), dans le style et une grande partie de la langue de Virgile.

Ces divers ouvrages ont été traduits dans les langues modernes, et plusieurs fois en français, tant en vers qu’en prose, par Des Masures, Levée, Alliey, l’abbé Batteux, Barrau, Valant, Gaussein, Crignon, l’abbé Souquet de la Tour, etc. On cite en outre de Vida : des harangues, des dialogues latins, etc.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marcus Hieronymus Vida, Poeticorum libri tres, ed. Agnieszka Paulina Lew, série XV, vol. 99, Klassische Sprachen und Literaturen, Peter Lang Verlag, Frankfurt am Main 2011, ISBN 9783631580820

Notes[modifier | modifier le code]

  1. William Roscoe, Vie et pontificat de Léon X, trad. P.F. Henry, Paris, Gide et fils, 1813, pp. 300-302.