Marche ou crève (roman)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marche ou crève.
Marche ou crève
Auteur Stephen King
Genre Roman
Anticipation
Thriller psychologique
Version originale
Titre original The Long Walk
Éditeur original New American Library
Langue originale Anglais américain
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Lieu de parution original New York
Date de parution originale 3 juillet 1979
ISBN original 978-0451087546
Version française
Traducteur France-Marie Watkins
Lieu de parution Paris
Éditeur Albin Michel
Collection Blême
Date de parution 1er octobre 1989
Type de média Livre papier
Nombre de pages 320
ISBN 978-2226038708

Marche ou crève (titre original : The Long Walk) est un roman d'anticipation dystopique de Stephen King paru sous le pseudonyme de Richard Bachman en 1979. L'American Library Association l'a cité dans sa liste des 100 meilleurs livres pour adolescents publiés entre 1966 et 2000[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Résumé[modifier | modifier le code]

Comme tous les ans se tient la Longue Marche : cent jeunes volontaires âgé de moins de 18 ans entament une marche vers le sud à travers les États-Unis, devenus un pays totalitaire, en partant de la frontière canadienne, dans l'état du Maine. Sous l'autorité du « Commandant » et encadrés par des militaires chargés de les surveiller, et d'assurer leur sécurité et leur approvisionnement en vivres et en eau, les concurrents doivent marcher jour et nuit, sans interruption pour quelque motif que ce soit ; l'interdiction de s'arrêter est formelle, sous peine d'être « éliminé » de la Marche, c'est-à-dire être exécuté au bout de trois avertissements. Le dernier debout est déclaré vainqueur et reçoit une très importante somme d'argent ainsi que le « prix », qui peut être tout ce qu'il souhaite.

Résumé détaillé[modifier | modifier le code]

Ray Garraty, âgé de 16 ans et originaire du Maine, est le protagoniste principal de l'histoire. Il noue très vite des liens avec deux autres marcheurs, Art Baker et surtout Peter McVries, et est très intrigué par l'énigmatique Stebbins, un solitaire qui reste toujours en queue de peloton, seul Garraty venant lui parler de temps à autre. La marche commence dans une ambiance détendue mais les premières « éliminations » ramènent vite les concurrents à la réalité. L'un d'eux, Barkovitch, se fait rapidement détester par la majorité des marcheurs par son attitude provocatrice et surtout quand celle-ci provoque directement la mort d'un autre concurrent. À l'issue de l'éprouvante première nuit de marche, alors qu'il reste encore un peu plus de 70 marcheurs, Garraty sauve McVries de l'élimination en le ramenant juste à temps à la raison alors que McVries s'était arrêté pour insulter les soldats.

Plus tard, c'est McVries qui sauve Garraty alors que celui-ci était atteint d'une crise de fou rire. Les conversations des marcheurs tournent de plus en plus autour de la mort et Garraty réalise qu'aucun n'avait de véritable raison de s'inscrire, seulement un désir inconscient de mourir. Garraty apprend avec stupéfaction que Scramm, le favori de la marche, est marié et que sa femme est enceinte. La foule se fait de plus en plus nombreuse sur le bord de la route et fascine les marcheurs. Une deuxième nuit passe, les concurrents sont désormais un peu plus de quarante, et Scramm, victime de pneumonie, s'arrête, tous les concurrents convenant que le vainqueur enverra de l'argent à sa veuve. Garraty, victime d'une crampe, passe une deuxième fois très près de l'élimination et McVries lui parle pour le distraire jusqu'à ce qu'un de ses avertissements soit levé. Le troisième soir, les marcheurs traversent Augusta. Dans la nuit, Barkovitch perd la raison et est exécuté et les marcheurs ne sont plus que vingt-six au lever du quatrième jour.

En arrivant dans sa ville d'origine, Garraty, incapable de se détacher de sa mère et de sa petite amie venues le voir passer, est encore sauvé par McVries. Les concurrents, désormais pour la plupart recrus de fatigue et certains dans un état second, dépassent Portland. L'un d'eux, Collie Parker, réussit à surprendre les soldats et à en tuer un avant de se faire abattre. Les concurrents, qui ont tous promis de ne plus s'aider entre eux, passent la frontière du New Hampshire et sont encore dix à l'aube du cinquième jour de marche. Stebbins avoue à Garraty et McVries qu'il est le fils naturel du Commandant. Sept survivants entrent dans le Massachusetts et il n'en reste bientôt plus que trois, Garraty, McVries et Stebbins, tous dans un état lamentable. McVries, terrassé par l'épuisement, s'arrête pour s'asseoir. Puis, Garraty est sur le point d'abandonner à son tour quand Stebbins tombe raide mort. Garraty croit voir une ombre devant lui qui lui fait signe et la prend pour un autre marcheur. Il continue à marcher vers elle et trouve même la force de courir quand une main touche son épaule.

Personnages[modifier | modifier le code]

  • Ray Garraty : originaire du Maine, il est en quelque sorte le champion local de cette édition de la Longue Marche. C'est aussi le principal protagoniste de l'histoire ; il porte le numéro 47.
  • Peter McVries : le marcheur avec qui Garraty va nouer le plus de liens d'amitié pendant la course, au point de se sauver la vie à tour de rôle au détriment de leurs chances de victoire.
  • Stebbins : un personnage mystérieux, qui semble en savoir étrangement long sur la Marche. D'apparence inépuisable, il se révèle être le fils naturel du Commandant.
  • Gary Barkovitch : un personnage brutal qui n'hésite pas à insulter tous les autres concurrents de la Longue Marche.
  • Scramm : sûr de lui, marié, Scramm est pendant longtemps le grand favori de la Marche.
  • Hank Olson : un personnage très enthousiaste au sujet de la Longue Marche. Très motivé pour ne pas « échouer ».
  • Arthur Baker : un personnage sympathique que l'on verra tout au long de l'histoire. Il se lie vite d'amitié avec Garraty et McVries.
  • Collie Parker : un personnage assez colérique qui se révèlera très courageux.
  • Le commandant : organisateur de la Longue Marche, le commandant est un personnage entouré de mystère et sur qui courent de nombreuses rumeurs. Pour le père de Garraty, il s'agit d'un des plus grands criminels jamais vus, « un sociopathe entretenu par la société ».

La Longue Marche[modifier | modifier le code]

Principe[modifier | modifier le code]

L'action du roman a pour cadre une épreuve « sportive », la Longue Marche, et se déroule dans un futur proche indéterminé. La Marche a lieu une fois par an, le 1er mai, et son fonctionnement est très simple : cent adolescents doivent marcher sans interruption aucune, à un rythme minimal imposé, aussi longtemps que nécessaire pour dégager un vainqueur, à savoir le Marcheur qui pourra tenir plus longtemps que tous les autres.

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

La Longue Marche repose sur un principe d'élimination directe. À chaque infraction, par exemple marcher sous la vitesse minimale ou enfreindre une des règles de la marche, un marcheur pris en faute reçoit un avertissement. Après trois avertissements, le marcheur est éliminé. Une heure sans infraction permet d'effacer un avertissement. L'élimination est absolue : le groupe est suivi par un half-track dans lequel se trouvent des soldats armés ; en cas d'élimination, le marcheur est exécuté.

Les règles et suggestions[modifier | modifier le code]

Les règles et suggestions constituent le cadre réglementaire de la Longue Marche. Les règles sont des principes dont le non-respect entraîne un avertissement ; les suggestions sont des recommandations faites aux Marcheurs pour leur permettre d'optimiser leurs chances de victoire. Seules quelques-unes de ces règles et suggestions sont explicitement mentionnées dans le roman ; elles sont indiquées ci-dessous. D'autres sont évoquées indirectement, comme la suggestion no 12 qui recommande le port de chaussettes de tennis blanches.

  • Règle no 8 : « Pas de gestes malveillants envers vos camarades Marcheurs »
  • Suggestion no 3 : « Ne portez pas de baskets »
  • Suggestion no 6 : « Lentement et calmement »
  • Suggestion no 10 : « Économisez votre souffle. Si vous avez l'habitude de fumer, évitez de le faire durant la Longue Marche »
  • Suggestion no 13 : « Conservez précieusement votre énergie »

Liste des marcheurs éliminés[modifier | modifier le code]

Cette section recense l'ensemble des marcheurs par ordre chronologique d'élimination. La présence d'un astérisque en première colonne indique que la mort des différents marcheurs est signalée en même temps dans le livre, ce qui ne permet pas de connaître l'ordre exact de leurs décès. Un double astérisque indique que la mort du marcheur n’est pas explicitement citée dans le livre, l’auteur n’y faisant que référence de manière indirecte. La page permet de situer de manière approximative le moment du décès dans le déroulement du roman. Bien sûr, ces pages ne sont pas les mêmes pour toutes les éditions[2].

Ordre Nom Prénom Numéro Motif d’élimination Page
1 Curley Inconnu 7 Pris de crampes 35
2 Ewing Inconnu 9 Ampoules 44
3 Inconnu Inconnu Inconnu A trop ralenti 50
4 Zuck Inconnu 100 Hémorragie suite à une chute 56
5 Travin Inconnu Inconnu Pris de diarrhées 63
6 Fenter Inconnu 12 Pris de crampes 73
7 Larson Inconnu 60 S'assoit 82
8 Inconnu Inconnu Inconnu Inconnu 82
9 Toland Inconnu Inconnu Perd connaissance 83
10 Quincy / Quentin Inconnu Inconnu Inconnu 89
11 - 12 * Inconnus Inconnus Inconnus Inconnus 91
13 Baker James 4 Inconnu 93
14 Rank Inconnu Inconnu Bagarre avec Barkovitch 96
15 Inconnu Inconnu Inconnu Inconnu 104
16 Inconnu Percy Inconnu Tente de fuir 107
17 Inconnu Inconnu 45 Chute 111
18 - 24 * Inconnus Inconnus Inconnus Inconnus 113
25 Davidson Inconnu 8 Inconnu 114
26 Inconnu Inconnu Inconnu Inconnu 116
27 ** Inconnu Inconnu Inconnu Inconnu 120
28 Yannick Inconnu 98 Inconnu 127
29 Inconnu Inconnu Inconnu Pris de convulsions 140
30 Gribble Inconnu 48 Congestion de la prostate 143
31 Harkness Inconnu 49 Inconnu 145
32 Inconnu Percy 31 Tente de fuir 151
33 Inconnu Inconnu Inconnu Inconnu 155
34 Inconnu Inconnu Inconnu Inconnu 157
35 * Wayne Inconnu 94 Inconnu 164
36 * Inconnu Inconnu Inconnu Inconnu 164
37 Morgan Frank 64 Inconnu 169
38 Inconnu Inconnu Inconnu Inconnu 174
39 Inconnu Inconnu 38 Renversé par le half-track 178
40 Inconnu Inconnu Inconnu Inconnu 185
41 Tressler Inconnu 92 Insolation 190
42 Inconnu Inconnu Inconnu Convulsions 190
43 Aaronson Inconnu 1 Pris de crampes 190
44 Inconnu Inconnu Inconnu Insolation 190
45 Inconnu Inconnu Inconnu Inconnu 192
46 Inconnu Inconnu Inconnu Inconnu 202
47 Inconnu Inconnu Inconnu Inconnu 208
48 Jensen Inconnu Inconnu Pris de panique pendant un orage 212
49 Inconnu Inconnu Inconnu Evanouissement 214
50 Fenum Roger 13 Evanouissement 214
51 Inconnu Inconnu Inconnu Inconnu 221
52 Inconnu Inconnu Inconnu Inconnu 221
53 Olson Hank 70 Attaque les soldats 225 à 227
54 Inconnu Inconnu Inconnu Inconnu 231
55 Inconnu Inconnu Inconnu Inconnu 240
56 - 57 * Inconnus Inconnus Inconnus Inconnus 248
58 Inconnu Inconnu Inconnu Inconnu 253
59 * Scramm Inconnu 85 Abandonne suite à une pneumonie 258
60 * Inconnu Mike Inconnu Abandonne suite à des crampes intestinales 258
61 Inconnu Joe Inconnu Inconnu 270
62 Inconnu Inconnu Inconnu Inconnu 276
63 Gallant Inconnu Inconnu Inconnu 278
64 Milligan Inconnu Inconnu Malaise 283
65 ** Inconnu Inconnu Inconnu Inconnu 288
66 Inconnu Inconnu Inconnu Inconnu 289
67 Quince Harold Inconnu Inconnu 293
68 Barkovitch Gary 5 Perd la raison 294
69 - 73 * Inconnus Inconnus Inconnus Inconnus 296
74 * Pearson Inconnu Inconnu Inconnu 296
75 Field Charlie Inconnu Inconnu 299
76 ** Inconnu Inconnu Inconnu Inconnu 305
77 * Inconnu Inconnu Inconnu Inconnu 313
78 * Inconnu Inconnu Inconnu Inconnu 313
79 * Klingerman Inconnu 59 Crise d’appendicite 313
80 Tubbins Inconnu 93 Perd la raison 313 et 314
81 ** Inconnu Inconnu Inconnu Inconnu 317
82 Parker Collie Inconnu Attaque les soldats 319
83 Wyman Marty 97 Epuisement 323
84 Sledge Bobby Inconnu Tente de fuir 323
85 Inconnu Inconnu Inconnu Inconnu 325
86 Inconnu Inconnu Inconnu Epuisement 326
87 - 89 * Inconnus Inconnus Inconnus Inconnus 326
90 Abraham Inconnu 2 Epuisement 327
91 ** Inconnu Inconnu Inconnu Inconnu 329
92 ** Inconnu Inconnu Inconnu Inconnu 334
93 ** Pastor Bruce Inconnu Inconnu 334
94 Fielder George Inconnu Perd la raison 336
95 Hough Bill Inconnu Inconnu 337
96 Milligan Inconnu Inconnu Inconnu 337
97 Baker Arthur 3 Hémorragie interne 339
98 McVries Peter 61 Epuisement 344
99 Stebbins Inconnu 88 Tombe raide mort 345

Suite à la mort de Stebbins, c'est le numéro 47 et principal protagoniste de l'histoire, Ray Garraty, qui est le dernier marcheur vivant et donc le « gagnant » de la Longue Marche.

Genèse du roman[modifier | modifier le code]

Stephen King a écrit ce roman en 1966-1967 alors qu'il était étudiant à l'université du Maine. Il en a eu l'idée en faisant de l'auto-stop entre chez lui et l'université[3]. C'est le premier roman que l'écrivain a réussi à terminer. Il l'a présenté à un concours du premier roman organisé par Random House, qui l'a rapidement rejeté à la grande détresse de King[4]. Il a finalement été publié en 1979 sous le pseudonyme de Richard Bachman.

Analyse[modifier | modifier le code]

Selon l'universitaire Michael R. Collings, Marche ou crève représente un cap important dans la technique littéraire de Stephen King, que ce soit au niveau du rythme, de la complexité des personnages ou de l'atmosphère. Il commence dans une ambiance légère avant de se transformer progressivement en « descente inévitable dans les ténèbres ». La marche est racontée du point de vue de Ray Garraty, dont l'esprit, « de plus en plus détaché de la réalité », est poussé aux limites « des motivations humaines, de la frustration, de la peur, de la solitude, de la terreur, de l'épuisement et, finalement, de la compassion, du désespoir et des profondeurs ultimes de la folie ». Dans ce « compte à rebours vers l'obsession et la folie », le temps joue un rôle important. Il est « étroitement surveillé » au début de la marche car il constitue « le souci principal des marcheurs » mais, avec l'épuisement physique et mental des concurrents, il forme de plus en plus « une masse indissociable », alors même que « l'identité des garçons se fond en une seule entité »[5].

King apprend avec ce roman à créer des personnages marquants en quelques lignes et la psychologie des principaux marcheurs s'ouvre de plus en plus au lecteur alors qu'ils mettent leur âme à nu, parlant « de la vie, de la mort et l'amour, de l'espoir et du vide ». Parmi les personnages autres que les marcheurs, le Commandant représente la « figure paternelle qui semble absente » chez tous les concurrents et le genre « d'autorité vague, rarement présente et jamais comprise » que King critiquera fréquemment par la suite. Quant à la silhouette sombre que Garraty aperçoit à la fin et qui lui fait signe « pour qu'il vienne jouer le jeu », jeu qui n'est « que folie et mort », elle est pour Collings la première incarnation de Randall Flagg[5].

Projet d'adaptation[modifier | modifier le code]

Frank Darabont, qui a déjà réalisé trois films adaptés de romans de Stephen King, Les Évadés, La Ligne verte et The Mist, a acquis les droits d'adaptation de Marche ou crève. Dans une interview datant de 2007, il annonce qu'il compte bien réaliser dans le futur une adaptation de ce roman mais il ne donne aucune date approximative pour ce projet. Pour Darabont, le livre est une métaphore existentielle de l'obsession des êtres humains pour la guerre (des jeunes garçons que l'on envoie mourir sans raison particulière) et son projet est de faire un film à petit budget qui se concentre sur les personnages, une sorte de huis clos sur la route[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « 100 Best Books for Teens », sur American Library Association (consulté le 8 août 2012)
  2. Les numéros de page sont basés sur l’édition de poche du roman (ISBN 2-277-23203-3) parue chez J’ai Lu, dans la collection polar, no 3203
  3. George Beahm, Stephen King de A à Z, Vents d'Ouest,‎ 2000 (ISBN 2-8696-7903-3), p. 154-155
  4. (en) Stephen Spignesi, The Essential Stephen King, Career Press,‎ 2001 (ISBN 1564144852), p. 109-111
  5. a et b George Beahm, Tout sur Stephen King, Lefrancq,‎ 1996 (ISBN 2-87153-337-7), p. 299-302
  6. (en) « Interview Frank Darabont », sur Lilja's Library (consulté le 16 janvier 2012)