Marchandisation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Marchandisation du monde)
Aller à : navigation, rechercher

La marchandisation (à ne pas confondre avec le merchandising, une technique propre aux magasins en libre-service) évoque l'extension des domaines économiques librement accessibles aux marchés. Elle est souvent opposée à la notion de "collectivisation" pouvant être appliquée aux biens publics et services publics.

Définition du concept[modifier | modifier le code]

La marchandisation est un terme polémique qui concerne l'extension supposée des domaines de ce qu'on peut acheter et vendre sur les marchés. Le processus consisterait à transformer tous les échanges non marchands (santé[1], culture, etc) en marchandise classique. Les utilisateurs de ce terme péjoratif attribuent ainsi l'expression marchandisation du monde aux effets de la mondialisation qu'ils considèrent comme un méfait de la pensée néo-libérale.

La marchandisation des services publics, c'est-à-dire l'application des règles du marché aux services publics, est le principe de base de la nouvelle gestion publique dont le postulat de base considère que les marchés sont plus efficients que la planification.


On trouve beaucoup de mouvements altermondialistes qui s'opposent à ce qu'ils considèrent comme la marchandisation de telle ou telle chose.

Les domaines où régnerait la marchandisation[modifier | modifier le code]

Ces opposants rangent par exemple dans cette notion :

Ces adversaires s'en prennent notamment à l'OMC et aux accords de commerce internationaux comme l'AGCS, qui promeuvent une plus grande extension des domaines des marchés.

Phénomènes inverses[modifier | modifier le code]

Le développement

montre que le monde, système dynamique complexe en perpétuelle recherche d'équilibre lorsque règne la liberté d'adaptation, évolue, dans de nombreux domaines, de façon tout à fait inverse.

Bref historique[modifier | modifier le code]

Cette notion reprend en partie l'idée de fétichisme de la marchandise, concept développé par Karl Marx dans Le Capital, où l'auteur évoque la disparition des interactions humaines dans le processus de production désincarnée du capitalisme.

Ce concept fut repris et développé par György Lukács. Il fut étendu par Guy Debord à l'ensemble des activités humaines, dans sa théorie de La société du spectacle.

Filmographie[modifier | modifier le code]

De nombreux films documentaires traitant de la mondialisation économique ont pour sujet des secteur économique dans lesquels se développe la marchandisation : catégorie « Film traitant de la mondialisation »

Références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « Guy Fischer « La logique reste la marchandisation de la santé » », L'Humanité,‎ 12 Mai 2009 (consulté le 14 janvier 2013)
  2. Gleizes J (2012) De 1992 à 2012, les sommets de la Terre à Rio ou l'extension de la marchandisation du monde. Mouvements, (2), 99-106.
  3. Chabran F & Napoléone C (2013) Les conditions du développement des banques d’actifs naturels en France. Analyse du régime institutionnel de la première Réserve d’Actifs Naturels française. Développement durable et territoires. Économie, géographie, politique, droit, sociologie, 3(1).
  4. La culture au rythme du marché, Politique, revue de débats, Bruxelles, n°70, mai-juin 2011]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]