Marcelle Meyer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Meyer.

Marcelle Meyer

Description de cette image, également commentée ci-après

Marcelle Meyer au milieu du Groupe des Six

Naissance 22 mai 1897
Lille, Drapeau de la France France
Décès 17 novembre 1958 (à 61 ans)
Paris, Drapeau de la France France
Activité principale Pianiste

Marcelle Meyer, née à Lille le 22 mai 1897 et morte à Paris le 17 novembre 1958, est une pianiste classique française.

Elle a mis son talent au service de la musique française de l'entre-deux-guerres, notamment du Groupe des Six (Francis Poulenc, Darius Milhaud, Georges Auric), et d'Erik Satie ainsi que ses amis d'Arcueil : Henri Sauguet, Roger Désormière. Elle comptait parmi ses amis les plus proches Maurice Ravel, Igor Stravinski et Jean Cocteau. Jacques-Émile Blanche l'a peinte en 1922 en compagnie du Groupe des Six et de Cocteau[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Années de formation[modifier | modifier le code]

Elle prend ses premières leçons de piano à 5 ans, données par sa sœur Germaine, son aînée de 9 ans. Elle entre au Conservatoire national supérieur de musique de Paris en 1911, dans la classe de Marguerite Long, puis, peu de temps après, dans celle d'Alfred Cortot, qui l'amène aux premiers prix du Conservatoire dès 1913 : à la fin de son interprétation du concerto de Saint-Saëns, Cortot se précipite sur la scène et l'embrasse. C'est sous le patronage de Ricardo Viñes qu'elle découvre Maurice Ravel.

Défense et créations de la musique pianistique contemporaine[modifier | modifier le code]

Fichier audio
Invention à 2 voix de Jean-Sébastien Bach BWV 772 en do majeur par Marcelle Meyer (info)

Des difficultés  pour  écouter le fichier ? Des problèmes pour écouter le fichier ?

En 1917, elle épouse le comédien Pierre Bertin, qui fréquente aussi bien les cercles contemporains de la musique que ceux du théâtre. Il présente la pièce d'Erik Satie, Piège de Méduse. Bertin introduit sa jeune épouse auprès de Satie, dont, à 20 ans, elle devient l'interprète préférée. Peu avant le décès de Debussy, elle travaille avec lui sur ses Préludes, qu'elle crée salle Gaveau lors du premier récital entièrement dédié au compositeur.

En dehors de la musique de compositeurs contemporains, elle est aussi une des pionnières en France de la redécouverte des partitions de Jean-Sébastien Bach, Jean-Philippe Rameau, François Couperin ou encore Domenico Scarlatti, qu'elle grave pour les Discophiles français, disparaissant l'année même où cette maison de disques cesse son activité. André Tubeuf la présente comme « celle des grandes pianistes françaises du XXe siècle qui fut le plus formidablement versatile, et aussi le plus exemplairement et constamment française dans cette versatilité même »[2].

Influences contemporaines[modifier | modifier le code]

Alexandre Tharaud a dit son admiration pour elle : « Marcelle Meyer, c'était avant tout un jeu qui ne ressemblait à aucun autre, un piano solide, charpenté, mis au service d'un chant d'une constante fluidité. [...] à mon sens la plus grande pianiste française »[3], et a enregistré comme elle Jean-Philippe Rameau ou Maurice Ravel au piano.

Discographie 78 tours[modifier | modifier le code]

  • Jean-Sébastien Bach Concerto italien, Fantaisie en Do mineur, toccate en Re mineur, Les Discophiles français, Album 13, 4 disques (60-63)
  • Rameau Onze pièces pour clavier, Les Discophiles français, Album 14, 4 disques (64-67)
  • Domenico Scarlatti Les sonates pour clavier, Les Discophiles français, Album 15, 4 disques (68-71)
  • François Couperin Neuf pièces pour clavier, Les Discophiles français, Album 16, 4 disques (72-75)
  • Jean-Sébastien Bach Fantaisie en la mineur, Toccatas en Do mineur et Ré majeur Les Discophiles français, Album 17, 4 disques (76-79)
  • Jean-Sébastien Bach Partitas en la mineur et si bémol, Les Discophiles français, Album 18, 4 disques (80-83)
  • Claude Debussy Images et préludes, Les Discophiles français, Album 21, 4 disques (92-95)
  • Jean-Sébastien Bach Fantaisie chromatique et fugue en Ré mineur, Partita en do mineur, Les Discophiles français, Album 22, 4 disques (96-99)
  • Jean-Sébastien Bach Partita en mi mineur, Les Discophiles français, Album 23, 4 disques (100-103)
  • Maurice Ravel Valses nobles et sentimentales, Gaspard de la nuit, Les Discophiles français, Album 25, 4 disques (108-111)
  • Jean-Sébastien Bach Inventions à 2 et 3 voix, Les Discophiles français, Album 27, 6 disques (116-121)
  • Franz Schubert Danses allemandes, Op. 33, Ländler, Op. 171, Ländler Op. Post, Valses nobles, Valses sentimentales, Les Discophiles français, Album 31, 6 disques (134-138)
  • Wolfgang Amadeus Mozart Sonate K. 310, Adagio, K. 540, Menuet, K. 355 et Gigue, K. 574, Les Discophiles français, Album 37, 4 disques
  • Jean-Sébastien Bach Suite Anglaise en Fa majeur et Toccata en Fa dièse mineur, Les Discophiles français, Album 38, 4 disques

Discographie vinyle, 33 tours[modifier | modifier le code]

Discographie CD[modifier | modifier le code]

L'intégrale: Ses enregistrements 1925 - 1957 : Chabrier, Ravel, Debussy, Couperin, Bach, Rameau, Domenico Scarlatti, Stravinski, Mozart, Rossini, Haydn, Schubert, Milhaud, Poulenc, Manuel de Falla, Albéniz, EMI, 17 CD, 2007, ASIN B000KRMWLS

Lien externe[modifier | modifier le code]

(en) Biographie de Marcelle Meyer

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ces informations et les éléments de biographie qui suivent sont issus d'un article de Glenn Armstrong, consulté le 8 mai 2008.
  2. "Marcelle Meyer, Paris qui joue du piano", présentation de ses enregistrements 1925-1957, coffret 17 CD EMI classics.
  3. Alexandre Tharaud