Marcel Serret

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Officier général francais 2 etoiles.svg Marcel Serret
Image illustrative de l'article Marcel Serret

Naissance 25 novembre 1867
Bléneau, France
Décès 6 janvier 1916 (à 48 ans)
Moosch, France
Mort au combat
Origine Drapeau de France Français
Allégeance Drapeau de la France France
Arme Infanterie
Chasseurs à pied
Grade Général de brigade
Années de service 18851916
Conflits Première Guerre mondiale
Commandement 66e division d'infanterie
Faits d'armes Bataille de Metzeral
Bataille du Hartmannswillerkopf
Distinctions Commandeur de la Légion d'honneur Commandeur de la Légion d'honneur


Marcel Serret (Bléneau25 novembre 1867Moosch6 janvier 1916), est un officier général français.
C'est l'un des 42 généraux français morts au combat durant la Première Guerre mondiale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né aux Luneaux (commune de Bléneau) dans l'Yonne, il est le fils d'un agriculteur, Emile Jean-Baptiste et de Marie Louise Dieudonné.

Il intègre l'École spéciale militaire de Saint-Cyr en 1885 (promotion de l'Annam)[1]. En 1887, il sort 29e et choisit les chasseurs à pied. Promu sous-lieutenant le 1er octobre 1887 puis lieutenant le 15 avril 1891. Il est breveté de l’École de Guerre (1892-1894), puis officier d'ordonnance du ministère de la Guerre. En 1912, il est attaché militaire à Berlin. À la déclaration de guerre, il prend le commandement d'un groupe de bataillons de chasseurs, comme lieutenant-colonel puis colonel.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Monument élevé à la mémoire du général Serret à l'endroit où il fut mortellement blessé[2].

Durant la Première Guerre mondiale, Serret, alors général de brigade, commande par intérim la 66e division d'infanterie de montagne qui se bat à l'Hartmannswillerkopf, dans les Vosges.

« Le 28 décembre [1915], il se produit une grande attaque sur l'Hartmannswillerkopf et le jour suivant l'ambulance[3] accueille le général Serret blessé au genou. Un chirurgien de l'ambulance pratique l'amputation mais celle-ci ne semble pas faite assez haut car la gangrène continue à progresser. Il faudrait réopérer mais il est déjà trop tard et le Général décédera le 6 janvier 1916. »

— Dr Paul Georges, Mémoires de jeunesse et de guerre.

Il est inhumé à la Nécropole nationale de Moosch parmi 592 soldats tués dans les combats des Vosges.

Chevalier de la Légion d’honneur depuis 1910, il est nommé commandeur de l’ordre le 26 janvier 1916[4].

Postérité[modifier | modifier le code]

En 1919, la caserne Serret de Metz est rebaptisé en son honneur.
L'ancien tribunal cantonal de Saint-Amarin, transformé en ambulance militaire durant la Première Guerre mondiale, est devenu le musée Serret.

Décorations[modifier | modifier le code]

Décorations françaises[modifier | modifier le code]

Commandeur de la Légion d'honneur Commandeur de la Légion d'honneur (arrêté du 26 janvier 1916).

Croix de guerre 1914-1918 Croix de guerre 1914-1918 (2 citations à l'ordre de l’armée).

Décorations étrangères[modifier | modifier le code]

Ufficiale SSML Regno BAR.svg Officier de l'ordre des Saints-Maurice-et-Lazare (Italie, 1909).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Boÿ, « Historique de la 70e promotion de l’École spéciale militaire de Saint-Cyr (1885-1887), promotion de l'Annam » [PDF], sur www.saint-cyr.org, Association des élèves et anciens élèves de l’École spéciale militaire de Saint-Cyr (Saint-Cyrienne),‎ 14 mars 2011 (consulté le 23 octobre 2014), p. 4 et 5.
  2. 47° 51′ 16″ N 7° 09′ 31″ E / 47.8543383, 7.1584819
  3. Ambulance 3/58 à Moosch
  4. « Marcel Serret », base Léonore, ministère français de la Culture.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henry Bordeaux, Vie et mort du général Serret, Paris, Plon,‎ 1927, 277 p. (notice BnF no FRBNF34181992).
  • Gérard Géhin et Jean-Pierre Lucas, Dictionnaire des généraux et amiraux français de la Grande Guerre (1914-1918), vol. L-Z, t. 2, Paris, Archives & Culture,‎ 2008, 699 p. (ISBN 978-2-35077-070-3, notice BnF no FRBNF41384629).

Liens externes[modifier | modifier le code]