Marcel Moyse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Marcel (Joseph) Moyse (né le à Saint-Amour et mort le à Brattleboro dans le Vermont, aux États-Unis), est un flûtiste français et professeur renommé, qui a formé parmi les plus grands flûtistes du XXe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Marcel naît d'une mère célibataire qui meurt neuf jours plus tard. Son père refuse de le reconnaître. L'enfant prend donc le nom de sa mère[1]. Il est adopté par la sage-femme, madame Perretier, où il vit avec ses deux filles pendant sept ans, jusqu'à ses grands-parents maternels le réclament[1].

Âgé de quinze ans, il s'installe à Paris chez son oncle, violoncelliste professionnel[1]. Marcel Moyse étudie avec Philippe Gaubert, Adolphe Hennebains et Paul Taffanel au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris, dont il sort diplômé en 1906[2] à 16 ans. Il interprète pour le concours, Nocturne et allegro scherzando de Gaubert. Il suit la classe de musique de chambre de Lucien Capet[2].

Il se rend pour la première fois aux États-Unis en 1913, pour jouer avec la cantatrice Nellie Melba. De 1913 à 1938, il est des membres de l'orchestre de l'opéra-Comique. En 1918 il est flûte solo aux Concerts Pasdeloup[2], des Concerts Straram (1922‑38)[2], puis des Concerts du conservatoire jusqu'en 1938. Il joue avec les plus grands chefs du moments, notamment avec Furtwängler, Walter, Toscanini, Mengelberg, Klemperer, Strauss[2], Piero Coppola, Walther Straram et Adolf Busch. C'est avec ce dernier qu'il enregistre Bach[2] (1935–36).

En 1933, il fonde un trio avec son fils Louis à la seconde flûte et sa bru, Blanche Honegger-Moyse, au violon ou à l'alto.

En 1934, Moyse joue la première du Concerto pour flûte (1933) de Jacques Ibert, que lui dédie le musicien.

Il est fait Chevalier de la Légion d'Honneur en 1938[1].

Il est professeur de flûte au Conservatoire, succédant à Philippe Gaubert, de 1932 à 1948, et professeur de 1948 à 1949 au Conservatoire de Genève, puis émigre aux États-Unis. C'est avec Busch et Rudolf Serkin qu'il participe à la fondation du collège musical de Marlboro dans le Vermont, où il enseigne. Dès la première année, il s'y presse quelques 200 étudiants. Il donne des master classes de 1960 à 1970, chaque été à Boswil (près de Lucerne) en Suisse, aux États-Unis, au Royaume-Uni et au Japon.

Parmi ses nombreux élèves figurent William Bennett, Jean-Pierre Eustache, Sir James Galway, Henri Lebon, Roger Bourdin et Trevor Wye. Wye est l'auteur d'un livre Marcel Moyse: an Extraordinary Man (1993), traduit en français en 2004.

Son fils Louis est également un flûtiste et professeur célèbre.

Les archives Moyse sont conservées à la New York Public Library, après un don en 1995, de l'association Marcel Moyse[1].

Écrits pédagogiques[modifier | modifier le code]

Moyse est l'auteur de nombreuses publications, dont 37 volumes de méthodes de flûte :

  • Le Débutant Flûtiste (Leduc)
  • 10 Études flûte d'après Kessler
  • 24 Petites Études Mélodiques
  • 48 Études de virtuosité, 2 volumes
  • 25 Études mélodiques, avec variations pour flûte
  • 100 Études faciles et progressives d'après Cramer, 2 volumes
  • De la Sonorité, art et technique
  • Gammes et arpèges, 480 Exercices pour flûte
  • Bouquet des Tons de Furstenau, op.125
  • Six grandes études de furstenau
  • Comment j'ai pu maintenir ma forme (Schott 1974)

Hommages[modifier | modifier le code]

Enregistrements[modifier | modifier le code]

  • Flûte Fantastique - avec Louis Moyse (Pearl GEM 0206)
  • Cimarosa, Concerto pour deux flûtes - avec Louis Moyse ; Orchestre Lamoureux, Dir. Eugène Bigot (13 janvier 1949, Voix de son maître SL131-2)[3]
  • Debussy, Prélude à l'après-midi d'un faune - Orchestre des Concerts Straram, Dir. Walther Straram (24 février 1930, 78t Columbia LFX 30)[4]
  • Debussy, Syrinx (juin 1928, Columbia WL 853)[5]
  • Gaubert, Nocturne et Allegro Scherzando ()
  • Martinů, Sonate pour flûte, violon et piano - Blanche Honegger, violon ; Louis Moyse, piano (janvier 1938, Gramophone)
  • Mozart - Concerto pour flûte no 2 en majeur, K.314 - Dir. Piero Coppola (30–31 mars 1930, Gramophone CF 3111-3)
  • Roussel, Joueurs de flûte, op. 27 - Joseph Benvenuti, piano (février-mars 1935, Columbia)
  • Seghers, Souvenir de Gand, Grande Fantaisie pour flûte - pianiste non identifié (1933, Columbia)
  • Taffanel, Andante Pastoral et Scherzettino - Georges Truc, piano (juin 1928, Columbia WL 854)
  • Telemann, Sonate en trio - Blanche Honegger, violon ; Louis Moyse, piano (1938, L'Oiseau-Lyre)

Moyse participe aussi à des enregistrements, outre les célèbres Bach (avec son fils) et Busch, pour Aquarium et Volière du Carnaval des Animaux de Saint-Saëns en 1927, avec l'orchestre de Paris sous la direction de Georges Truc. Il a aussi dirigé à Marlboro : Octuor à vent, op. 103 de Beethoven (30 octobre 1957), et la Sérénade no 10 « Gran partita », K.361 de Mozart (26 juillet 1975).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e (en) « Marcel Moyse Papers, 1862-1989 » [PDF], sur www.nypl.org (consulté le 11 mai 2015)
  2. a, b, c, d, e et f Vignal 2005, p. 749
  3. http://charm.rhul.ac.uk/
  4. Prix Candide (1931). Il s'agit du premier disque primé dans l'histoire.
  5. Le 21 juillet 1947, Moyse réenregistrait l'œuvre à Londres, mais ne fut pas publié.