Marc Sautet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Marc Sautet, année 1994, Cafe des Phares
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sautet.

Marc Sautet (1947-1998) est un philosophe, enseignant, écrivain et traducteur français, fondateur des cafés-philo en France.

Marc Sautet a publié un essai, Nietzsche et la Commune, aux éditions le Sycomore, en 1981. Dans cet essai, l'auteur a voulu démontrer que le philologue et philosophe allemand était un observateur de son temps, qu'il suivait avec passion les évènements internationaux et particulièrement européens, et qu'il considérait bien son œuvre dans une logique médicale, afin de soigner et de guérir la civilisation européenne de la « décadence ».

En 1992, Marc Sautet a inauguré le premier « café philosophique » à Paris, au Café des Phares, place de la Bastille, alors qu'il ouvrait son Cabinet de Philosophie, rue Sévigné. Trois ans plus tard, il relatait ces expériences dans Un café pour Socrate. Dans cet ouvrage, il raconte l'aventure des cafés-philo, avant d'en venir à un exposé historique et philosophique, une histoire de la civilisation occidentale, parce qu'il explique craindre que le scénario athénien, connu et vécu par Socrate de l'intérieur, ne se reproduise, pour aboutir à une disparition des démocraties occidentales. Suite au succès de cet ouvrage, il est sollicité, en France et dans le monde entier, pour inaugurer des débats philo dans des cafés.

Marc Sautet portait un regard critique et inquiet sur le monde contemporain et il a su transmettre cela aux milliers de participants aux débats des cafés-philo qui adoptèrent cette pratique comme un moyen d'aiguiser leurs pensée critique à l'aide de la philosophie, dans un esprit de tolérance et d'ouverture mais avec le souci de la précision et de la rigueur philosophique. Il sera pourtant reproché à leur fondateur de se servir des cafés-philo comme d'un réservoir à clients pour son cabinet privé (et payant) de conseil philosophique[1].

Marc Sautet décède à Paris, en mars 1998, d'une tumeur au cerveau. L'idée des cafés-philo a continué sa route en se diffusant, d'abord en France et dans l'Europe francophone et par la suite dans toute l'Europe et dans le monde entier ; ils existent aujourd'hui en Amérique latine, en Amérique du Nord, et au Japon.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Par-delà le bien et le mal, 2000. Traduction et annotations.
  • À quoi sert la philosophie, 1998.
  • Les Femmes ? De leur émancipation, 1998.
  • Les Philosophes à la question, 1996
  • Un Café pour Socrate : comment la philosophie peut nous aider à comprendre le monde d'aujourd'hui, Paris : Robert Laffont, 1995.
  • Nietzsche pour débutants, 1986.
  • Nietzsche et la Commune, 1981.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  • Courouve, Claude, Un Café pour Sautet - La méthode, le café, la thèse, Paris : chez l’auteur, 1995, ISBN 2-86254-019-6 (2e édition 1997, ISBN 2-86254-021-8).
  • Courouve, Claude, « Démocratie et anarchie dans les cafés de philosophie », Esprit (revue), Paris, n° 239, janvier 1998, pages 200-205.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Marc Sautet, « promoteur des cafés philo », est mort, L'Humanité, 4 mars 1998. Consulté le 15 juillet 2009.