Mara Salvatrucha

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mara Salvatrucha
Image illustrative de l'article Mara Salvatrucha
Membre de la Mara Salvatrucha arborant un tatouage du gang

Date de fondation 1980
Lieu Los Angeles
Territoire Amérique du Nord, Amérique centrale, Amérique du Sud, Europe
Année active 1980-actuellement
Ethnies présentes Latino-américains (essentiellement)
Nombre de membres 70 000[1]
Activités criminelles
  • Blanchiment d'argent
  • Trafic d'armes
  • Trafic de drogue nnn
  • Prostitution
  • Agression sur les forces de l'ordre
  • Contrats d'assassinat
  • Meurtres
  • Immigration illégale
  • Etc.
Alliés Mexican Mafia
Cartel de Sinaloa
Cartel du Golfe
La Familia Michoacana
Los Zetas
Rivaux Cartel Beltrán-Leyva
Cartel de Juarez
Los Negros
Sombra Negra
Cartel de Tijuana
18th Street Gang
Trinitarios
Camorra

La Mara Salvatrucha (abrégé en MS-13, MS ou Mara) est un gang de plusieurs dizaines de milliers de membres impliqué dans des activités criminelles aux États-Unis, au Canada, au Mexique en Amérique centrale en Amérique du Sud aux Philippines ainsi qu'en Europe comme au Portugal ou en Espagne.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Mara est l'abréviation de marabunta. Ce mot désigne en Amérique hispanophone une migration massive et destructrice de fourmis légionnaires. Mara est également un mot signifiant « gang » en caliche, un argot salvadorien. Salva veut dire salvadorienne. L'origine du gang se trouvant au Salvador. Trucha est un mot argotique signifiant « à l'affut » ou « en garde ». En résumé, une traduction possible du nom du gang est « les fourmis gardiennes du Salvador ». Une autre traduction vraisemblable est : « l'invasion massive des Salvadoriens à l'affut ».

D'autres explications sur l'origine du nom circulent également. Pour certains[Qui ?], la Mara rappelle une rue éponyme de San Salvador et Salvatrucha, les guérilleros qui combattirent durant la sanglante guerre civile salvadorienne.

En outre, le numéro 13 provient de sa collaboration avec la mafia mexicaine[réf. nécessaire], « La Eme ». En effet, « M » est la treizième lettre de l'alphabet latin.

Histoire[modifier | modifier le code]

Répartition géographique de la Mara Salvatrucha

En 1980 éclate au Salvador une guerre civile qui durera 12 ans. Il en résultera la mort d'environ 100 000 personnes et le déplacement forcé d'un million de réfugiés salvadoriens vers les États-Unis. Ces réfugiés s'installèrent principalement dans le sud de la Californie et à Washington D.C.

Certains de ces réfugiés et immigrants avaient des liens avec La Mara, bande de rue violente du Salvador. D'autres avaient fait partie de groupes guerilleros durant la guerre civile, comme le Front Farabundo Martí de libération nationale (FMLN). Le FMLN était composé de paysans salvadoriens ayant reçu un entraînement de guérilleros. Nombre d'entre eux étaient rompus aux utilisations d'explosifs, d'armes à feu et de pièges.

La plupart des réfugiés salvadoriens se sont installés dans les quartiers hispaniques en place du secteur Rampart de Los Angeles. Toutefois, les Salvadoriens n'ont pas été immédiatement acceptés par la communauté hispanique de Los Angeles et ont souvent été victimes des bandes hispaniques locales, notamment des gangs mexicains. Par conséquent, le gang est né à Los Angeles vers la fin des années 1980, créé à l'origine par quelques réfugiés salvadoriens, certains membres de la Mara et enfin d'autres anciens membres du FMLN[1]. Le gang se fait appeler la bande de rue Mara Salvatrucha.

Comme nombre d'autres bandes de rue, la MS s'est initialement formée à des fins de protection, mais elle s'est rapidement taillée la réputation d'être très violente et très organisée. Les réfugiés issus de groupes comme le FMLN continuent d'accroître l'effectif de la MS.

Beaucoup de membres du MS 13, après avoir été condamnés pour crimes ou délits, ont ensuite été renvoyés au Salvador car illégaux sur le territoire américain. On estime aujourd'hui que ces renvois en masse ont permis au gang de s'implanter et de développer au Salvador puis dans d'autres pays d'Amérique centrale dans le courant des années 1990[2].

Effectifs[modifier | modifier le code]

Le chiffre de 15 000 membres du MS 13 est actuellement avancé pour le seul Salvador[2], mais cela semble peu probable. Le gang s'est aussi étendu sur au moins 33 États des États-Unis jusqu'à la côte est. Leur nombre serait déjà de 25 000 dans la banlieue de Washington[2]. Yvan Delorme, chef de la police de Montréal, a déclaré que les maras s'étaient implantés au Canada[3]. On retrouve de plus en plus de membres du MS 13 en Europe, notamment en Espagne et plus récemment en Italie, où elle fait maintenant concurrence directe à la Camorra. On peut en trouver quelques un au Portugal, En Espagne on estime le nombre à environ 5 000 membres.[pas clair]

Selon le rapport sur la menace des gangs en 2009[4], le gang est estimé avoir entre 30 000 et 50 000 membres dans le monde. Entre 8 000 et 10 000 membres résideraient aux États-Unis.

Rites et initiation[modifier | modifier le code]

Tatouage du MS-13

La violence est la première leçon que l'on apprend au MS13.

L'initiation des nouveaux membres consiste, pour les hommes, à encaisser un tabassage en règle pendant 13 longues secondes. Les femmes doivent, elles, subir un viol collectif de la part de six membres masculins du gang pendant plus d'une minute. L'âge ne compte pas dans la violence de l'initiation. On peut intégrer à tout âge. Certains membres font partie du gang depuis l'âge de quatre ans.

À l'origine, seuls les Salvadoriens pouvaient devenir membres de la Mara Salvatrucha. Toutefois, la MS compte maintenant des membres provenant de l'Équateur, du Guatemala, du Honduras et du Mexique. Bien que la MS ait supprimé les obstacles raciaux des conditions d'adhésion à la bande, la majorité des nouveaux membres sont choisis en fonction de leur héritage ethnique (centre-américain). Les membres de la bande MS sont âgés de 8 à 40 ans ou plus pour certains cas[pas clair].

Activités[modifier | modifier le code]

C'est l'un des gangs les plus puissants de Los Angeles. Selon le Washington Post, le MS 13 aurait aussi établi un important centre de contrebande à Mexico. Leurs activités vont du trafic de drogues, du racket, des cambriolages au proxénétisme.

Leur plus grand rival est le 18th Street Gang, qui est le plus important gang de Los Angeles et l'ennemi de la MS 13 dans tous les pays où il est implanté[5]. Extrêmement violents, ils n'hésitent pas à tuer les rivaux des gangs adverses par arme à feu mais aussi souvent par arme blanche, comme la plupart des gangs.

Distinction[modifier | modifier le code]

Membre couvert du tatouage du MS-13 et faisant le signe des cornes

La couleur de leur bandana (bandeau) est le bleu et le blanc inspiré de la couleur du drapeau du Salvador et d'autres pays d'Amérique centrale[6]. Les nombreux tatouages sont aussi des marques d'appartenance au gang. Beaucoup de membres sont couverts de tatouages comme MS, Mara Salvatrucha, des cornes du diable, le nom de leurs cliques ou d'autres symboles.

Leurs membres utilisent également un langage gestuel codé[réf. nécessaire]. Les membres du gang aiment faire le signe des cornes.

Documentaires[modifier | modifier le code]

  • 1993 : Always Running: La Vida Loca, Gang Days in L.A. lAlways Running (en) (ISBN 0-671-88231-7) de l'auteur américain d'origine mexicaine Luis J. Rodriguez.
  • 2008 : La Vida Loca, film documentaire de Christian Poveda sur les gangs du Salvador. Il a filmé pendant 4 ans la Dieciochero, la Dix-Huit (18th Street Gang), gang ennemi du MS 13. Début septembre 2009, Christian Poveda a été assassiné par balles sur une route au nord de San Salvador [7].
  • 2009 : Sin Nombre, film mexicain et américain de Cary Fukunaga. L'histoire d'un membre de la Mara Salvatrucha qui cherche à fuir le gang et rallier les États-Unis. Il fera route avec une famille d'émigrants qu'il rencontre sur le toit d'un train de clandestins qu'il détroussait avec des membres du MS 13. Le film a obtenu les prix de la meilleure réalisation et de la meilleure direction artistique dans la catégorie film dramatique au Festival du film de Sundance 2009 ainsi que le Prix du Jury au Festival du cinéma américain de Deauville en 2009.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b http://uk.askmen.com/top_10/entertainment/top-10-notorious-gangs_1.html
  2. a, b et c World's most dangerous gang (Ces gangs qui terrorisent l'Amérique), documentaire télévisé de Lisa Ling pour National Geographic Channel.
  3. Caroline Touzin, La Presse, 8 juin 2007
  4. Christophe Soullez et Olivier Gourdon, « Les gangs aux États-Unis aujourd’hui », sur INHESJ,‎ juillet 2009 (consulté le 19 septembre 2012)
  5. (en) Washington Times - Politics, Breaking News, US and World News - Al Qaeda seeks tie to local gangs
  6. Voir les drapeaux du Nicaragua, Guatemala, Honduras et Costa Rica
  7. Le réalisateur Christian Poveda abattu au Salvador, http://www.lexpress.fr, édition du 03.09.2009

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :