Marçon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marcon (homonymie).
Marçon
Le clocher de l'église Notre-Dame.
Le clocher de l'église Notre-Dame.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Sarthe
Arrondissement La Flèche
Canton La Chartre-sur-le-Loir
Intercommunalité Communauté de communes du Val du Loir
Maire
Mandat
Jean-Pierre Chéreau
2014-2020
Code postal 72340
Code commune 72183
Démographie
Gentilé Marçonnais
Population
municipale
1 020 hab. (2011)
Densité 34 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 42′ 37″ N 0° 30′ 47″ E / 47.7103, 0.5131 ()47° 42′ 37″ Nord 0° 30′ 47″ Est / 47.7103, 0.5131 ()  
Altitude Min. 47 m – Max. 133 m
Superficie 30,05 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Sarthe

Voir sur la carte administrative de Sarthe
City locator 14.svg
Marçon

Géolocalisation sur la carte : Sarthe

Voir sur la carte topographique de Sarthe
City locator 14.svg
Marçon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Marçon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Marçon

Marçon est une commune française, située dans le département de la Sarthe en région Pays de la Loire, peuplée de 1 020 habitants[Note 1] (les Marçonnais).

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune du sud de la Sarthe, Marçon est située dans la vallée du Loir, entre Château-du-Loir et La Chartre-sur-le-Loir, sur la route départementale no 305.

Communes limitrophes de Marçon[1]
Flée Chahaignes, Lhomme La Chartre-sur-le-Loir
Vouvray-sur-Loir Marçon[1] Villedieu-le-Château Loir-et-Cher, sur quelques dizaines de mètres,
Beaumont-sur-Dême
Dissay-sous-Courcillon Dissay-sous-Courcillon Beaumont-sur-Dême

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme est attesté sous la forme Marsonum en 1096 et serait issu de l'anthroponyme latin Martius[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1956 mars 2001 Armand de Malherbe   Publicitaire, arboriculteur, conseiller général (1986-2004)
mars 2001 mars 2014 Claude Cochonneau SE Agriculteur
mars 2014 en cours Jean-Pierre Chéreau[3] SE Artisan meunier
Les données manquantes sont à compléter.


Le conseil municipal est composé de quinze membres dont le maire et quatre adjoints.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 020 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3]. Marçon a compté jusqu'à 2 077 habitants en 1821.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 882 1 845 2 036 2 077 1 984 2 014 1 939 1 873 1 740
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 716 1 794 1 765 1 696 1 688 1 699 1 726 1 681 1 705
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 700 1 717 1 365 1 209 1 194 1 140 1 154 1 178 1 189
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
1 058 1 014 981 994 912 984 1 008 1 011 1 020
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Notre-Dame, elle a été consacrée le 25 avril 1500 par l'archevêque de Tours, Monseigneur de Bénéhard. Le clocher est surmonté d'une flèche recouverte d'ardoise qui est légèrement tordue, ce qui fait que cette église est répertoriée comme ayant un clocher tors. La flèche tourne de droite à gauche d'un seizième de tour. L'édifice est inscrit au titre des Monuments historiques depuis le 6 janvier 1927[6].
  • Le château de la Marcellière, inscrit au titre des Monuments historiques depuis le 19 décembre 1985[7].
  • La cantine scolaire « Le Corbusier » : en 1957, l'architecte contacté par le maire de l'époque, Armand de Malherbe, a dessiné avec son collaborateur André Wogenscky, les plans de la cantine scolaire. Elle ouvrit ses portes en 1960. Elle est inscrite au titre des Monuments historiques depuis le 19 septembre 2002[8].
  • Le lac des Varennes, espace de 50 hectares, aménagé en base de loisirs avec toboggan aquatique, plages, aire de pique-nique, jeux pour enfants, mini-golf, pêche, voile, pédalos, tir à l'arc.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

L'Amicale sportive de Marçon fait évoluer une équipe de football en division de district[9].

Manifestations[modifier | modifier le code]

  • En mai : fête du nautisme.
  • En août : concentration véhicules anciens et de prestige.

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2011.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  • Altitudes, superficie : répertoire géographique des communes[10].
  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  2. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse,‎ 1963
  3. « Les nouveaux maires et adjoints déjà élus en Sarthe », Le Maine libre,‎ 29 mars 2014 (consulté le 30 mars 2014).
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  6. « Église », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  7. « Château de la Marcellière », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  8. « Restaurant scolaire », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  9. « Site officiel de la Ligue du Maine – Am. S. Marçon » (consulté le 19 mai 2013)
  10. Site de l'IGN.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :