Manuel Sanchis Guarner

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sanchís.
Effets personnels de Manuel Sanchis Guarner.

Manuel Sanchis Guarner, né à Valence le et mort le , est un philologue, historien et écrivain espagnol de langue catalane.

Biographie[modifier | modifier le code]

Orphelin de père et de mère à respectivement 4 et 12 ans, il est ensuite élevé par son oncle José Sanchís Sivera, archéologue valencianiste. Il était également neveu du poète et érudit valencien Lluís Guarner. Après l'obtention du baccalauréat il obtient un licence en droit à l'université de Valence. Pendant ses études, il est l'un des fondateurs de la Fédération universitaire scolaire de Valence en 1928 et d'Acció Cultural Valenciana (1930). Il se spécialise plus tard en phonétique et dialectologie à l'université de Madrid.

Il participe à la guerre civile espagnole dans les rangs des loyalistes républicains. Il en subira des représailles durant le franquisme, en passant par le camp de concentration de prisonniers politiques de Salamanque, puis sera emprisonné à Madrid de 1939 à 1943[1]. Il reste exilé à Majorque entre 1943 et 1959, période au cours de laquelle il collabore avec Francesc de Borja Moll dans l'élaboration du Diccionari català-valencià-balear (Dictionnaire catalan-valencien-baléare)[1]. En 1959 il rentre à Valence en tant que professeur de français à l'Institut San Vicente Ferrer jusqu'à ce que, en 1960, il soit nommé professeur à l'université de Valence. Au début des années 1960 il intègre l'Institut d'Estudis Catalans et il est exclu de la société culturelle Lo Rat Penat pour sa défense de l'unité de la langue. En 1966 il intègre la Real Academia de la Historia.

En 1978 il est victime, comme Joan Fuster, d'un attentat à la bombe de la part des secteurs politiques blaveristes[2]. Les auteurs n'ont pas été arrêtés mais l'attentat fut revendiqué par le Grup d'Accio Valencianista dans le numéro d'octobre 2002 de sa revue Som, les faits étant alors prescrits[3].

Son fils, lui aussi nommé Manuel Sanchis Guarner est membre du Consell Valencià de Cultura de la Généralité valencienne.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Il est l'auteur d'une œuvre vaste, qui s'étend depuis des études de linguistique, de littérature, d'histoire, d'ethnographie et de culture populaire, centrées sur le Pays valencien mais aussi sur le reste de l'ancienne Couronne d'Aragon et la péninsule Ibérique.

Parmi ses principales œuvres on peut citer La llengua dels valencians, publiée en 1933 et qui a fait l'objet de multiples rééditions ; la Gramàtica valenciana ("grammaire valencienne") de 1950, Els pobles valencians parlen els uns dels altres ou Aproximació a la història de la llengua catalana (1980). Il a également collaboré à des œuvres capitales comme le Diccionari català-valencià-balear déjà cité, ou Història del País Valencià. En 1974 il reçoit le Prix d'honneur des lettres catalanes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (es) Ignacio Zafra, Un siglo de Sanchis Guarner, El País, 10/09/2011.
  2. (es) Un paquete con pólvora y metralla contra el lingüista Sanchís Guarner, El País, 06/12/1978
  3. (ca) Francesc Viadel, « No mos fareu catalans » : Història inacabada del blaverisme, Valence, Universitat de València,‎ 2009, 2e éd., 455 p. (ISBN 978-84-370-7414-6), p. 292

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (ca) Santi Vallés Casanoves, Manuel Sanchis Guarner, 1911-1981: una vida per al diàleg, Universitat de València, 2002

Liens externes[modifier | modifier le code]