Manuel Marín

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Manuel Marín
Manuel Marín le 9 février 2006
Manuel Marín le
Fonctions
7e président du Congrès des députés d'Espagne
Prédécesseur Luisa Fernanda Rudi
Successeur José Bono
Président de la Commission européenne
(intérim)

(&&&&&&&&&&&&01815 mois et 27 jours)
Prédécesseur Jacques Santer
Successeur Romano Prodi
Vice-président de la Commission européenne
Président Jacques Delors
Jacques Santer
Biographie
Nom de naissance Manuel Marín González
Date de naissance (64 ans)
Lieu de naissance Ciudad Real (Espagne)
Nationalité Espagnole
Parti politique PSOE
Diplômé de Université complutense de Madrid
Université de Nancy
Collège d'Europe
Profession Professeur d'université

Manuel Marín

Manuel Marín González, né à Ciudad Real le , est un homme politique espagnol et européen membre du Parti socialiste ouvrier espagnol.

Biographie[modifier | modifier le code]

Licencié en droit de l'Université complutense de Madrid, il se spécialise en droit européen à l'Université de Nancy et au Collège d'Europe de Bruges.

Il a également été professeur à l'Université Carlos III de Madrid.

Le , il devient Président de la Fondation Iberdrola.

Activité politique[modifier | modifier le code]

Les débuts en Espagne[modifier | modifier le code]

Lors de son passage en Belgique, Manuel Marín entre en contact avec des membres du Parti socialiste ouvrier espagnol, alors dans la clandestinité et auquel il adhère.

Après le retour de la démocratie, il est élu député pour Ciudad Real aux élections constituantes du . Réélu lors du scrutin suivant, le , puis au cours des législatives anticipées du , il est nommé secrétaire d'État pour les Relations avec les Communautés européennes. Il participe alors à la phase finale des négociations d'adhésion de l'Espagne, qui s'achèvent le par la signature du traité d'adhésion.

Il démissionne de son poste en octobre 1985 pour devenir membre de la Commission européenne.

En Europe[modifier | modifier le code]

Le , Manuel Marín devient officiellement vice-président et commissaire aux Affaires sociales, à l'Emploi, à l'Éducation et à la Formation de la première Commission de Jacques Delors.

Lors de la formation de la deuxième Commission Delors, le , il passe aux portefeuilles de la Coopération et du Développement et de la Pêche tout en conservant sa vice-présidence, qu'il garde également lorsqu'il devient commissaire aux Relations extérieures, chargé de la Méditerranée, de l'Amérique latine et du Proche-Orient dans la Commission de Jacques Santer, le . Deux ans plus tôt, il avait perdu le commissariat à la Pêche, quand Jacques Delors avait formé sa troisième Commission.

Du au , Manuel Marín occupe, par intérim, la présidence de la Commission européenne à la suite de la démission de Jacques Santer.

Le retour en Espagne[modifier | modifier le code]

Après la nomination de Romano Prodi à la tête de l'exécutif européen, Manuel Marín revient en Espagne et prend la tête de la liste socialiste pour les élections générales du dans la province de Ciudad Real.

Élu au Congrès des députés à l'occasion du scrutin, il est réélu au moment des législatives du , remportées par le PSOE. Le 2 avril suivant et à la suite d'un accord avec les partis minoritaires, il est élu Président du Congrès des députés. Il reste à ce jour le seul à avoir appliqué une mesure d'expulsion à l'encontre d'un autre député, en l'occurrence Vicente Martínez-Pujalte, du Parti populaire, qu'il avait rappelé à l'ordre par trois fois.

Le , Manuel Marín annonce qu'il se retire de la vie politique afin de se consacrer à la lutte contre le changement climatique.

Notes et références[modifier | modifier le code]