Manuel Álvarez Bravo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Álvarez.
Centre photographique « Manuel Álvarez Bravo » à Oaxaca

Manuel Álvarez Bravo (Mexico, - ) est un photographe mexicain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père, qui était professeur, se consacre, de temps à autres, à la peinture et à la photographie. Avant de se dédier à la photographie, Álvarez Bravo est fonctionnaire dans différents organismes gouvernementaux, après une formation de comptable. Il entame, dès 1915, son parcours artistique en s'inscrivant à l'Académie d'arts de San Carlos, à Mexico.

Malgré ces études, Álvarez Bravo est considéré comme autodidacte. Sa première influence importante dans l'univers des images a lieu en 1923 grâce à la rencontre du photographe allemand Hugo Brehme, qui le pousse à acheter son premier appareil photo. En 1925, Álvarez Bravo obtient le premier prix à un concours local dans la ville de Oaxaca. C'est ainsi que démarre l'histoire d'un de pères fondateurs de la photographie mexicaine.

Manuel Álvarez Bravo fut marié à Lola Álvarez Bravo (Dolores Martinez de Anda de son vrai nom, elle devient photographe également et adopte le nom de son époux après leur mariage en 1925).

Il a connu entre autres Tina Modotti, Diego Rivera et Pablo O'Higgins (en). Ces fréquentations l'ont influencé politiquement et idéologiquement, ce que l'on retrouve dans le charisme social qui distingue son œuvre : imprimer la culture et l'identité mexicaines, avec une vision au-delà d'un simple documentaire, en s'immisçant avec une grande imagination dans la vie urbaine et des villages, les zones rurales, la religion, les paysages et les traditions.

En 1930, Tina Modotti est expulsée du Mexique à cause de ses sympathies communistes ; Álvarez Bravo va alors continuer son travail de photographie des grands peintres de l'époque. À cette époque, il embrasse complètement la photographie et, en 1932, présente sa première exposition à la galerie Posada. Il expose aussi avec le photographe français Henri Cartier-Bresson dans les salles du Palais de beaux-arts de Mexico, où André Breton a été fasciné en le découvrant.

Il a participé à des expositions à Paris, entre autres, et vers les années 1940, s'est tourné aussi vers le cinéma.

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

Pendant sa longue carrière nationale comme internationale, Álvarez Bravo a cumulé expériences, prix et expositions. Une grande partie de son travail consistait à rassembler et diffuser d'importantes collections photographiques. Il est aussi à l'origine de la création du premier musée de la photographie au Mexique.

Expositions et collections[modifier | modifier le code]

- 1979, Rencontres d'Arles.

Publications[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (es) John Banville, Jean-Claude Lemagny et Carlos Fuentes, Manuel Álvarez Bravo (préface de Colette Álvarez Urbájtel), Lunwerg, Barcelone, 2008, 336 p. (ISBN 978-84-9785-492-4) (374 photographies reproduites en trichromie)
  • Amanda Hopkinson (trad. Muriel Caron), Manuel Alvarez Bravo, Paris, Phaïdon,‎ 2002, 125 p. (ISBN 0714893307)
  • Brigitte Ollier, Manuel Alvarez Bravo, Paris, Hazan,‎ 1999 (ISBN 2850256870), p. 116

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) L'Art du photographe : Hay Tiempo, réalisé par Églantine Charbonnier, Hibou production, 2004?, 53 min (DVD)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

  • Traduction de la fiche Wikipedia en espagnol.

Notes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]