Manning Johnson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Manning Johnson

alt=Description de l'image defaut.svg.
Naissance 1908
Décès 7 février 1959
Nationalité Flag of the United States.svg américaine
Profession

Manning Johnson, 1908-7 février 1959 était un militant communiste afro-américain qui quitta le Parti communiste des États-Unis d'Amérique, avant de devenir un militant anticommuniste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son engagement communiste le mena à occuper un siège au National Commmittee[1]. Il fut candidat au Political Bureau Bureau politique) du Parti (politburo en russe)[2]. Il témoigna en 1953, devant le House Un-American Activities Committee de la Chambre des représentants des États-Unis. Robert L. Kunzig, conseiller en chef du comité, demanda « Est-ce que la tromperie était une politique majeure de la propagande communiste ? »[trad 1]. Johnson répondit : « C'était le cas. Ils faisaient des gestes aimables et disaient aux fideles des paroles de miel, que l'on pourrait comparer aux fameux chants des sirènes menant des millions à la décadence morale, à la mort spirituelle et à l'esclavage spirituel... »[trad 2],[3],[4].

Son essai, Color, Communism, and Common sense, fut cité par G. Edward Griffin dans son film de 1969 More Deadly than War ... the Communist Revolution in America.

Thèses[modifier | modifier le code]

Membre de la commission du Parti communiste pour la promotion des droits des minorités afro-américaines, il observe et dénonce que les membres blancs de la commission la dirigent en sous-main par dessus les délégués noirs[2]. Il déclare que des militantes blanches sont utilisées comme prostituées par le Parti pour espionner les chefs noirs de cette commission et constituer un dossier sur eux pour pouvoir exercer un chantage en cas de besoin[2].

Analyse[modifier | modifier le code]

Son parcours est ressemblant de celui de deux autres militants communistes américains, Kenneth Goff et Bella Dodd.

Publication[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références
  1. Manning Johnson, Color, Communism, and Common Sense, 1958, Texte en ligne, p.2
  2. a, b et c Manning Johnson, Color, Communism, and Common Sense, 1958, Texte en ligne, p.3
  3. Treason in the Church: Trading Truth for a "Social Gospel" (www.crossroad.to).
  4. United States. Investigation of Communist Activities in the New York City Area ... Hearings Before the Committee on Un-American Activities, House of Representatives, Eighty-Third Congress, First Session. Washington: U.S. Govt. Print. Off, 1953. OCLC 34990883
Traductions de
  1. (en) « Was deceit a major policy of Communist propaganda and activity? »
  2. (en) « Yes, it was. They made fine gestures and honeyed words to the church people which could be well likened unto the song of the fabled sea nymphs luring millions to moral decay, spiritual death, and spiritual slavery... »

Liens externes[modifier | modifier le code]