Manifestation « Catalunya, nou estat d'Europa »

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Catalunya, nou estat d'Europa

Description de cette image, également commentée ci-après

Aperçu de la manifestation à Passeig de Gràcia en face des bâtiments La Unión et El Fénix.

Informations
Date 11 septembre 2012
Localisation Barcelone, Catalogne, Espagne
Caractéristiques
Organisateurs Assemblea Nacional Catalana
Nombre de participants Entre 1 et 1,5 million[1]

La manifestation Catalunya nou estat d'Europa, ce qui signifie en catalan « Catalogne, nouvel État d'Europe », est une manifestation qui s'est déroulée à Barcelone, la capitale de la Catalogne, pendant la fête nationale de la Catalogne le 11 septembre 2012. Elle a été organisée par l'Assemblea Nacional Catalana, dont la présidente, Carme Forcadell, a dit que « le 12 septembre, le Gouvernement [catalan] devra commencer à travailler pour l'indépendance de Catalogne[2] ».

L'affluence de manifestants a été massive, puisque les estimations varient de 1,5 million d'après la Guàrdia Urbana et le Département de l'Intérieur à 2 millions d'après les organisateurs. La délégation espagnole en Catalogne a baissé ce chiffre à 600 000 personnes. Les deux autres manifestations les plus massives de l'histoire de Catalogne ont été la manifestation pour l'Estatut en 1977 (1,2 millions de participants) et la manifestation sous la devise « Som una nació. Nosaltres decidim » (traduction au français : « Nous sommes une nation. C'est nous qui décidons ») en 2010 (1,1 million d'après la Guàrdia Urbana et 1,5 million d'après les organisateurs)[1].

Contexte[modifier | modifier le code]

Antécédents[modifier | modifier le code]

Début de la manifestation de 2010 dans le carrefour de Passeig de Gràcia et la rue Aragó. La multitude de manifestants qui occupait le pas au-delà du commencement a provoqué sa dissolution quelques mètres plus bas.

Le statut d'autonomie de la Catalogne de 2006 a été adopté en référendum par le peuple de Catalogne le 18 juin 2006 et il est en vigueur depuis le 9 août de la même année. Quelques mois après, plus de 50 députés du parti espagnol Partit Popular, le défenseur du peuple et les gouvernements de cinq communautés autonomes ont présenté des recours contre le projet d'indépendance de la Catalogne à la Cour constitutionnelle. Le 28 juin 2010, la Cour a prononcé la sentence et a publié le corps de la sentence le 9 juillet, un jour avant la manifestation, en tirant au clair que le préambule est "inefficace juridiquement", un préambule qui avait pour base le terme nation pour faire référence à Catalogne. Cependant, le verdict a maintenu la définition de Catalogne comme nation et a déclaré 14 articles inconstitutionnels (1 entièrement et 13 partiellement), et en a réinterprétés 27 en plus. Le changement le plus remarquable dressait le constat que le catalan n'est pas la langue préférentielle de l'administration ni celle du système éducatif.Il disait qu'il y avait seulement une nation, qui était l' Espagne. La Cour espagnole a aussi démantelé une grande partie des articles sur le pouvoir judiciaire catalan et a répété en 14 occasions l' "indissoluble unité de la Nation Espagnole".

En réponse, le 10 juillet 2010 Òmnium Cultural a organisé la manifestation "Som una nació. Nosaltres decidim" (aussi appelée 10-J) pour contrer la résolution du recours en inconstitutionnalité effectué par la Cour Constitutionnelle Espagnole sur le texte de l'Estatut de Catalogne. Elle a été la manifestation la plus massive de l'histoire de Catalogne. Elle a rassemblé entre 1,1 million de personnes d'après la Guàrdia Urbana et 1,5 d'après Òmnium Cultural.

Le jour suivant la manifestation, le Gouvernement espagnol a considéré que cet événement n'aurait aucun effet sur la sentence de la Cour constitutionnelle, et a aussi déclaré que la manifestation n'amènerait aucun "point d'inflexion" sur les relations entre la Catalogne et l'Espagne.

Changements de gouvernement[modifier | modifier le code]

Quelques analystes considèrent la manifestation du 10 juillet comme un point d'inflexion dans les relations entre la Catalogne et l'Espagne. Plus de trois mois après, le 28 novembre 2010, ont eu lieu les élections parlementaires en Catalogne, et Convergència i Unió, avec Artur Mas comme président, a été la force qui a rassemblé le plus grand nombre de suffrages.

L'année suivante, aux élections générales en Espagne, le Partit Popular a obtenu la majorité absolue, avec 187 sièges sur 350. Son candidat, Mariano Rajoy, a été investi président de la Xe Législature.

Réponse des citoyens[modifier | modifier le code]

En vert, les villes où le « Oui » a gagné aux référendums sur l'indépendance de la Catalogne.

Entre le 13 septembre 2009 et avril 2011, les Catalans ont participé à des consultations sur l'indépendance de la Catalogne partout dans le pays, avec des résultats clairement favorables.

Pendant les années 2011 et 2012 ont surgi des initiatives citadines en réponse aux agressions ou manquements de l'Espagne. Un exemple clair fut la campagne No vull pagar ( en français : Je ne veux pas payer) contre les péages amortis en territoire catalan. Cette campagne a commencé en avril 2012 en Catalogne, et un mois après, elle s'est étendue à la Communauté valencienne et aux Îles Baléares. Un autre collectif a dénoncé le déficit fiscal catalan avec la campagne Diem prou (en français : On dit ça suffit)[3].

Territoire adhéré à l'Associació de Municipis per la Independència en date de 29 août 2012.

En ce qui concerne les municipalités, quelques mairies de Catalogne ont créé l'Associació de Municipis per la Independència, une organisation constituée officiellement le 14 décembre 2011 à Vic, qui regroupe différentes collectivités locales pour défendre les droits nationaux de la Catalogne et ayant pour but de promouvoir le droit à l'autodétermination[4].

Le 10 mars 2012 a eu lieu l'assemblée constituante de l'Assemblea Nacional Catalana au Palau Sant Jordi de Barcelone et les statuts y ont été approuvés, ainsi que le règlement interne et le plan de route vers l'indépendance. Il s'agit d'une organisation populaire, unitaire, plurielle et démocratique avec le but de récupérer l'indépendance politique de la Catalogne moyennant la constitution d'un état de droit, démocratique et social. La marche s'est achevée le 11 septembre 2012 à Barcelone avec la manifestation "Catalunya nou estat d'Europa", après avoir réalisé plusieurs fêtes, symboliques et revendicatives partout dans le pays.

Support à l'indépendance[modifier | modifier le code]

En ce qui concerne l'évolution de l'indépendantisme catalan, on peut comparer les résultats d'une enquête du CIS en 1996 dans laquelle on demandait « Êtes-vous en faveur ou opposé à l'indépendance de la Catalogne ? » avec les enquêtes réalisées pendant 2011 et 2012; l'évolution sur les intentions de vote dans un hypothétique référendum pour l'indépendance de Catalogne y est montrée :

Centres d'études
Instititution Date Favorable (%) Défavorable (%) Abstention (%) Autres réponses (%) Ne se prononce pas (%) Ne répond pas (%)
Centre de recherches sociologiques 1996[5] 33,6 53,5 10,8 2,2
Institut de Ciències Polítiques i Socials 2011[6] 41,4 22,9 25,5 1,0 8,3 0,9
Centre d'Estudis d'Opinió Mars 2012 44,6 24,7 24,2 1,0 4,6 0,9
Centre d'Estudis d'Opinió Juin 2012[8] 51,1 21,1 21,1 1,0 4,7 1,1
Média
Journal Date Oui (%) Non (%) Autres réponses (%)
El Periódico de Catalunya Janvier 2012[9],[10] 53,6 32,0 -
Ara Juillet 2012[11] 50,4 23,8 25,7

Avant la manifestation[modifier | modifier le code]

Vidéo promotionnelle[modifier | modifier le code]

À la fin du mois d'août, Lluís Danés a dirigé une vidéo de promotion de la manifestation à Verges, où dix-sept personnalités apparaissent pour réciter un passage du poème XXXVIII de « La pell de brau » de Salvador Espriu. Le lancement du spot, intitulé « Els homes no poden ser si no són lliures » (traduit en français : Les hommes ne peuvent pas être s'ils ne sont pas libres) a eu lieu le 1er septembre à Arenys de Mar (Barcelone).

Dans la vidéo apparaissent les ex-présidents du Parlement de Catalogne: Joan Rigol et Ernest Benach, l'ex-président d'ERC, Jordi Carbonell, les journalistes Jordi Basté et Rita Marzoa, le célèbre auteur-interprète Lluís Llach, la présidente d'Òmnium Cultural Muriel Casals, les philosophes Josep Maria Terricabras et Xavier Rubert de Ventós, les actrices Montserrat Carulla, Sílvia Bel et Txe Arana, le dramaturge Josep Maria Benet i Jornet, les directeurs Oriol Broggi et Joel Joan, les musiciens Gerard Quintana et Joan Reig, le professeur d'université Ferran Requejo et la présidente de l'Assemblea Nacional Catalana Carme Forcadell. Toutes ces personnalités récitent un passage de l'œuvre « La pell de brau » (en français : La peau de taureau) du poète Salvador Espriu.

Polémiques[modifier | modifier le code]

Le 29 août 2012, le Gouvernement de Catalogne a souhaité accéder aux fonds de liquidité espagnols pour pouvoir faire face aux échéances de la dette, et il a prévenu Mariano Rajoy qu'il n'accepterait aucune condition politique. Face à ces événements, plusieurs politiciens espagnols ont fait des déclarations polémiques sur ce sujet. Un exemple: le président de La Rioja, Pedro Sanz a dit que « on doit être gonflé pour demander après télévisions et ambassades communes »[12]. La présidente de la Communauté de Madrid, Esperanza Aguirre, a déclaré que « la Catalogne reçoit plus d'argent que Madrid » et le président de la Junte de Galice, Alberto Núñez Feijóo, explique que « c'est aujourd'hui que la Galice paye et la Catalogne demande[13] ». Le 30 août, José Manuel Durão Barroso, président de la Commission européenne a admis que « dans l'hypothétique cas d'une sécession de la Catalogne, la solution devrait être trouvée et négociée dans le cadre légal international[14],[15]. »

Le 1er septembre, Albert Rivera, président du parti espagnol Citoyens - Parti de la Citoyenneté, a demandé la démission des maires de Gérone et Figueres pour leurs« idées sécessionistes », en invoquant « le coût total d'argent public pour la propagande, divulgation et financement des trains que les maires de Gérone et Figueres ont loués pour aller à la manifestation sécessioniste le prochain 11 septembre ». Il a aussi déploré que « les impôts des citoyens soient destinés à réaliser des actes qui peuvent casser la cohésion sociale, dynamiter le cadre constitutionnel et créer de la confrontation[16] ». Le 2 septembre des citoyens de toute la Catalogne ont changé le nom de plusieurs Places d'Espagne pour celui de Place de l'Indépendance et ceci dans 40 villes, dont Mataró, Torroella de Montgrí, Roda de Ter ou Tàrrega[17]. Le 3 septembre 2012, les municipalités de Sant Pere de Torelló et Calldetenes ont approuvé une motion en faveur de l'indépendance de la Catalogne, en se proclamant « Territoire libre catalan ». Le but de cet acte fut de faire pression sur le Gouvernement et le Parlement de Catalogne pour qu'ils assurent leur souveraineté nationale sur le territoire catalan[18]. Quelques jours auparavant, Francisco Alamán Castro, colonel de l'armée espagnole, a dit que « la base du nationalisme catalan est la haine vers l'Espagne » et a mis en garde: « on ne doit pas éveiller le lion, parce qu'il a déjà fait preuve de sa férocité ». À propos de l'acte de Sant Pere de Torelló, il a déclaré que: « il s'agirait d'un acte de trahison classé clairement dans le code pénal espagnol. Par conséquent si dans la séance plénière cette atrocité était approuvée, on devrait procéder à l'immédiate arrestation du maire et des conseillers qui votent en faveur de cette proposition[19]. » Dans la même interview, il a dit

« L'indépendance de la Catalogne ? Sur mon corps et sur ceux de beaucoup de gens. Nous les militaires, nous avons fait un serment sacré : accomplir l'ordonnance constitutionnelle qui consacre l'unité de l'Espagne comme un principe auquel on ne peut pas renoncer. Nous avons aussi juré de défendre l'intégrité territoriale, même en le payant de nos vies. Nous avons quelque chose que ces gens-là n'auront jamais : sens de l'honneur et sens du devoir[20]. »

Drapeau catalan sur le balcon des manifestants.

Le 6 septembre, Citoyens - Parti de la Citoyenneté a annoncé qu'ils convoqueraient un acte: le même Onze Septembre pour défendre l'unité de l'Espagne, sous la devise « Millor units » (en français : Ensemble, c'est meilleur), très semblable à celui du Gouvernement de Londres pour faire référence à l'indépendantisme écossais. Le rassemblement a été convoqué pour 11h30 au carrefour entre la rue Josep Tarradellas et Entença de Barcelona. Le parti d'extrême-droite Regeneración a annoncé le même jour qu'il voulait organiser une autre manifestation rendant hommage au colonel Alamán à Barcelone pour le soutenir face aux plaintes présentées par Solidaritat Catalana per la Independència au ministère public juridique et militaire de Barcelone[21]. Le 7 septembre le président de la Junte d'Estrémadure, José Antonio Monago, dans le discours officiel de la Journée d'Estrémadure, il s'est opposé au pacte fiscal catalan en confortant que « nous devons diriger la résistance contre cette iniciative non solidaire intitulée "pacte fiscal catalan", très facile à résumer aujourd'hui : la Catalogne demande, l'Estrémadure paye » ; et tenait que « les 5 023 millions d'euros sortent des poches de tous les Espagnols », il a aussi ajouté « en outre, la Catalogne ne peut pas penser seulement en catalan, comme l'Europe ne peut pas le faire non plus en allemand : l'Europe doit parler l'européen[22]. » Le 9 septembre, Pere Navarro, dirigeant du Parti socialiste catalan, a fait des déclarations pour nier que la marche de l'Onze Septembre est indépendantiste et il a raffermi que les socialistes y iraient pour freiner "ceux qui veulent diviser". Navarro a assuré que « l'Espagne deviendra fédérale ou ne sera pas[23]. » Le 10 septembre, la secrétaire générale du PP, María Dolores de Cospedal, a dit que la manifestation en faveur de l'indépendance qui allait être célébrée à Barcelone, se trouvait en opposition à la Constitution espagnole et de ce que tous les Espagnols et tous les Catalans ont décidé quand ils ont voté en faveur de la Grande Charte[24].

Actes précédents[modifier | modifier le code]

Le 10 septembre, dans le Parlement de Catalogne s'est célébrée la restitution du blason de la façade, il a remplacé celui de Philippe V d'Espagne par le Blason de Catalogne[25]. Ce même soir il y a eu lieu des "marches de flambeaux" à plus de 90 villes catalanes, parmi lesquelles peuvent être trouvées Lloret de Mar, Igualada, Camarles, Parets del Vallès, Masquefa, Riudoms, Sant Pol de Mar, Santa Perpètua de Mogoda, Santa Susanna, Sant Fruitós de Bages, Vilafranca del Penedès ou Blanes[26].

Manifestation[modifier | modifier le code]

La manifestation a été nommée « Catalunya, nou estat d'Europa » (traduction au français : « Catalogne, prochain état de l'Europe »). Cette devise a été auparavant proposée par l'Assemblea Nacional Catalana, même si la manifestation était également appelée « Marxa sobre Barcelona » (en français : « Marche sur Barcelone ») en allusion aux marches pacifiques de Mohandas Gandhi pour l'indépendance de l'Inde et de Martin Luther King pour les droits sociaux aux États-Unis d'Amérique[27].

Actes institutionnels préalables[modifier | modifier le code]

Monument de Rafael Casanova à Ronda Sant Pere, une heure et demie avant du début de la manifestation.

Le matin, comme chaque année, s'est célébrée un dépôt de gerbe au monument de Rafael Casanova à Ronda Sant Pere, à Barcelone. Plus tard un acte officiel a été réalisé au Parc de la Ciutadella où, selon des déclarations de Francesc Homs, porte-parole du Gouvernement de Catalogne, « on a promu la propre affirmation nationale » et surtout « la langue catalane, après les agressions qu'on a vécu récemment ». L'acte fut dirigé par le dramaturge Joan Ollé et conduit par la journaliste Mònica Terribas.

La ville de Capmany fait livraison de la Senyera au président Artur Mas.

L'acte institutionnel a commencé avec un défilé de la formation de fête des Mossos d'Esquadra. Ensuite, une ville de l'Empordà, Capmany (qui symbolise la lutte contre le feu) a fait livraison de la Senyera au président Artur Mas[28].

Lors de l'acte, poèmes et des passages d'auteurs catalans ont été lus, avec un mélange des pièces musicales interprétées par un recrutement d'artistes assez connus, comme le quatuor musical Las Migas, la mezzo-soprano Marisa Martins, les actrices Pepa López, Carme Sansa, Victòria Pagès et Sílvia Munt, les acteurs Pep Tosar et Ivan Benet, l'auteur-interprète Roger Mas et le critique littéraire et essayiste Josep Maria Castellet. Maria de Medeiros était l'artiste invitée, et chanta une chanson de Raimon basée sur un poème d'Ausiàs March[29]. On a aussi rappelé plusieurs éphémérides, comme les 150 années de la naissance d'Antoni Maria Alcover, les 100 années de la naissance de Xavier Montsalvatge, les 50 années de la mort d'Eduard Toldrà et les 25 années de la mort de Manuel Blancafort et de Frederic Mompou, les 100 années de la naissance des écrivains Pere Calders, Avel·lí Artís-Gener et Joan Sales. L'immage officielle de la fête nationale de la Catalogne fut une reproduction de l'œuvre intitulée « La force catalane » (1971) d'Antoni Tàpies. Les hymnes officiels furent interprétés par la Cobla Sant Jordi - Ciutat de Barcelona, avec le chanteur Roger Mas.

Mònica Terribas lors de la présentation de l'acte.

Le parti espagnol Partit Popular, qui avait communiqué que peut-être n'irait pas aux actes du Parc de la Ciutadella à cause du « ton souverainiste » des actes institutionnels[30], à la fin y ont participé avec l'assistance d'Alicia Sánchez-Camacho, sa dirigeante en Catalogne.

Des 10 000 personnes, d'après l'organisation, sont allées à l'acte du Parc de la Ciutadella, lequel a achevé avec des cris en faveur d'un état catalan. « Depuis 500 années, nous les Catalans avons été des vrais imbéciles. Il s'agit, donc, de laisser d'être Catalans ? Pas du tout, mais de laisser d'être imbéciles » était la phrase prononcée par Mònica Terribas dans la présentation du 100e anniversaire de la naissance de l'écrivain Joan Sales, et ces mots ont motivé des cris plus forts encore en faveur de l'indépendance tout au long de l'acte institutionnel[31].

Finalement, Òmnium Cultural a aussi organisé un propre place et une exposition d'entités des Pays catalans à Passeig Lluís Companys[32].

Parcours[modifier | modifier le code]

Via Laietana, heure du commencement de la manifestation.

Initialement, il était prévu que l'endroit où devrait commencer la manifestation était le monument de Francesc Macià à Place de Catalogne, où les organisateurs voulaient faire un acte politique qui donnerait le feu vert à la marche vers le Parlement. À cause des prévisions d'une assistance massive, les organisateurs, avec les Mossos d'Esquadra et la Guàrdia Urbana, ont décidé finalement modifier le parcours[33].

La manifestation a débuté au carrefour entre Passeig de Gràcia (près de Place de Catalogne) et Gran Via à 18h 00 du soir, après elle est descendue par la rue Pau Clarís Via Laietana pour s'achever près du Parlement de Catalogne, dans le carrefour entre la rue Marquès de l'Argentera et la rue Picasso, à côté du Parc de la Ciutadella, où il y avait la scène principale dans laquelle Núria de Gispert, présidente du Parlement, a reçu une délégation de l'Assemblea Nacional Catalana[34] qui lui a demandé « le début du processus de sécession ».

Organisation[modifier | modifier le code]

Emplacement des divers blocs assistants à la manifestation[35].

Une pancarte avec la devise « Catalogne, prochain état de l'Europe » a été tout le temps montrée à la tête de la marche. La pancarte fut présentée le 5 septembre sur la Place de Catalogne, le même jour où Carme Forcadell, dans la conférence de presse de présentation, a dit : « Le peuple est prêt, et on a besoin que le Gouvernement et les institutions fassent un pas, parce qu'on veut un pays libre et souverain, on veut l'indépendance[36] ».

Cette pancarte était portée par 10 représentants des régions territoriales de l'Assemblea Nacional Catalana (ANC) et par 10 représentants de l'Associació de Municipis per la Independència (AMI). Au second plan il y avait la présidente de l'ANC, Carme Forcadell, et le vice-président, Carles Castellanos, avec les ex-présidents du Parlement Joan Rigol et Ernest Benach. Le troisième groupe était formé par un ensemble de représentants de l'ANC et de l'AMI.

Au delà de ce groupe il y avait des blocs où on pouvait trouver les membres des partis politiques qui ont confirmé leur assistance (CDC, UDC, ICV, ERC, SI et RI) et des autres entités comme Òmnium Cultural, Plataforma Pro Seleccions Esportives Catalanes, Sobirania i Progrés et Sobirania i justícia. Le cinquième et plus grand groupe était formé par les citoyens.

Blocs[modifier | modifier le code]

Les blocs et les différentes entités et partis politiques se sont étalés tout au long du Passeig de Gràcia en cet ordre :

  • Òmnium Cultural : Passeig de Gràcia entre Gran Via et la rue Diputació
  • Entités : Passeig de Gràcia entre la rue Diputació et la rue Consell de Cent
  • CiU : P. de Gràcia entre la rue Consell de Cent et la rue Aragó
  • ERC-RCat : dans le carrefour entre P. de Gràcia et la rue València
  • ICV : dans le carrefour entre P. de Gràcia et la rue Mallorca
  • SI : dans le carrefour entre P. de Gràcia et la rue Provença
  • CUP : dans le carrefour entre P. de Gràcia et la rue Rosselló
  • Syndicats : Gran Via

Assistance[modifier | modifier le code]

Assistance des partis politiques
CDC oui Oui[37]
UDC oui Oui
PSC Non Non
PP Non Non
ICV oui Oui
ERC oui Oui
SI oui Oui
C's Non Non[38]
CUP Non Non
RI oui Oui

Des collectivités, municipalités et institutions de toute la Catalogne, ont préparé des voyages organisés pour faciliter la présence des citoyens à la manifestation. La prévision d'une assistance massive a mené les organistaeurs à modifier plusieurs fois le parcours initial[39]. Des trains spéciaux ont été loués à Renfe de Gérone, Figueres et Manresa pour aider au transport des manifestants jusqu'à Barcelone[40],[41]. D'ailleurs, 1 111 autocars[42] ont participé au déplacement de citoyens venant de tout le territoire pour se rendre dans la capitale de la Catalogne. Le même jour, un groupe de motocyclistes a organisé un défilé indépendantiste, à moto, à la sortie de Vic.

Participation des partis politiques[modifier | modifier le code]

La Candidatura d'Unitat Popular (Gauche indépendantiste) a fait sa propre manifestation, et n'a pas fait partie de celle convoquée par l'Assemblea Nacional Catalana parce qu'elle n'envisage pas « la construction nationale des Pays catalans comme élément indispensable du processus indépendantiste » et elle ne s'oppose pas non plus au « modèle politique et économique néolibéral de l'Union européenne qui est celui qui nous a mené à la crise[43] », bien que ce parti communiste laissait ses affiliés décider à quelle manifestation ils voulaient aller[44]. Par contre, le Moviment de Defensa de la Terra, un autre collectif de la Gauche indépendantiste, a convoqué ses affiliés aux deux manifestations, à la générale qui accueillait la majorité des citoyens, et à la manifestation sociale-communiste[45].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Espagne. 1,5 million de Catalans marchent pour l’indépendance », sur Ouest France,‎ 12 septembre 2012 (consulté le 13 septembre 2012)
  2. (ca) « Carme Forcadell, presidenta de l'ANC: "El 12 de setembre, el Govern haurà de començar a treballar per la independència de Catalunya" », Ara,‎ 28 août 2012
  3. Campanya Diem Prou
  4. (ca) « El Ple Municipal aprova la proposta de crear una associació per promoure el Dret a Decidir de Catalunya », Ajuntament de Vic,‎ 12 septembre 2011
  5. (es) « PREGUNTA 33. Personalmente, ¿estaría Ud. a favor o en contra de que Cataluña fuera independiente? », CIS,‎ 2001
  6. (ca) « Sondeig d’opinió Catalunya 2011 », ICPS (consulté le 11 novembre 2011)
  7. (ca) « Baròmetre d'Opinió Política »,‎ 2 mars 2012
  8. (ca) « Baròmetre d'Opinió Política », Centre d'Estudis d'Opinió,‎ 27 juin 2012
  9. (ca) « Els partidaris de la independència arriben per primer cop al 50% »
  10. (ca) « Els independentistes són més que mai però no confien a guanyar un referèndum, segons 'El Periódico' »,‎ 27 janvier 2012
  11. (ca) « Independentistes però amb 'la roja' »,‎ 22 juillet 2011
  12. (ca) « El president de La Rioja: "S'ha de tenir morro per demanar i després tenir televisió o ambaixades », sur 324.cat,‎ 31 août 2012 (consulté le 13 septembre 2012)
  13. (ca) « El rescat: 5.023 milions », sur El Puntavui (consulté le 13 septembre 2012)
  14. (ca) « Esperanza Aguirre critica que Catalunya rebi més diners que la Comunitat de Madrid », sur 324.cat,‎ 31 août 2012 (consulté le 13 septembre 2012)
  15. (ca) « La CE admet que el futur d'una Catalunya independent s'hauria de negociar “en el marc legal internacional” », El Punt Avui,‎ 30 août 2012 (consulté le 10 septembre 2012)
  16. (ca) Ciutadans demana la dimissió dels alcaldes de Girona i Figueres pel seu "pensament separatista, Barcelone,‎ 1er septembre 2012 (ISSN 2014-010X, lire en ligne)
  17. (ca) 40 municipis converteixen les seves 'Plaça d'Espanya' en 'Plaça de la Independència', Barcelone, La Vanguardia,‎ 2 septembre 2012 (lire en ligne)
  18. (ca) « L'alcalde de Sant Pere de Torelló: "Instem el Parlament a assumir unilateralment la sobirania nacional" », Ara.cat (consulté le 3 septembre 2012)
  19. El coronel Alamán Castro: "La independència de Catalunya? Per sobre del meu cadàver", Barcelone, Ara.cat,‎ 31 août2012 (ISSN 2014-010X, lire en ligne)
  20. (ca) « Francisco Alamán, coronel del Ejército español: “¿La independencia de Cataluña? Por encima de mi cadáver” », sur Alerta Digital, Ricard Solé,‎ 31 août 2012 (consulté le 8 septembre 2012)
  21. (ca) « Ciutadans convoca un acte l'Onze de Setembre per defensar Espanya », sur Vilaweb,‎ 06 septembre 2012 (consulté le 8 septembre 2012)
  22. « Monago diu ara que Extremadura està pagant Catalunya », sur Vilaweb,‎ 8 septembre 2012 (consulté le 10 septembre 2012)
  23. (ca) « Navarro nega que la marxa de la Diada sigui independentista i afirma que els socialistes hi van per frenar "els que volen dividir" », sur 324.cat,‎ 10 septembre 2012 (consulté le 10 setembre 2012)
  24. (ca) « El PP diu que la manifestació de l'11-S "va en contra" de la Constitució », sur Ara,‎ 10 septembre 2012 (consulté le 10 setembre 2012)
  25. (ca) « L'escut de Catalunya torna a lluir a la façana del Parlament 70 anys després », sur 324.cat,‎ 10 septembre 2012 (consulté le 10 septembre 2012)
  26. (ca) Marxa de Torxes. Web Oficial
  27. (ca) « Sense precedents », El Punt Avui,‎ 6 de setembre de 2012
  28. (ca) « Acte institucional. Diada de 2012 », Generalitat de Catalunya (consulté le 10 septembre 2012)
  29. (ca) Roger Tugas, « La Diada institucional reivindicarà la llengua catalana arran de "les agressions viscudes" », Ara,‎ 5 septembre 2012
  30. (ca) « El PPC no assistirà a l'ofrena floral de la Diada i estudia què fer amb l'acte de la Ciutadella », El Punt Avui,‎ 27 août 12
  31. (ca) « No es tracta de deixar de ser catalans, es tracta de deixar de ser imbècils: l'acte de la Diada arrenca crits d'"independència" », Ara,‎ 11 septembre 12 (consulté le 14 septembre 2012)
  32. (ca) « Vine a la festa de la Diada per la llibertat », Òmnium Cultural,‎ set 2012
  33. (ca) « L'ANC ja té prop de 400 autocars emparaulats », El Punt Avui,‎ 31 août 2012
  34. (ca) « La previsió d'assistència creixent a la manifestació de la Diada obliga l'ANC a modificar-ne el recorregut », Ara,‎ 30 août 2012
  35. (ca) « On em poso a la manifestació? », Vilaweb,‎ 10 septembre 2012
  36. (ca) « La manifestació amb més autocars de la història », Vilaweb,‎ 5 septembre 2012
  37. (ca) « CDC anirà a la manifestació independentista de l'Onze de Setembre »,‎ 27 août 2012
  38. (ca) « Ciutadans demana la dimissió dels alcaldes de Girona i Figueres pel seu "pensament separatista" », Ara,‎ 1er septembre 2012
  39. (ca) « La previsió d'assistència creixent a la manifestació de la Diada obliga l'ANC a modificar-ne el recorregut », Ara,‎ 3 août 2012
  40. (ca) « Exhaurida la venda per internet del segon tren per anar a la manifestació de la Diada des de Girona i Figueres », Ara,‎ 30 août 2012
  41. (ca) « Figueres i Girona organitzen un segon tren per anar a la manifestació de la Diada », Ara,‎ 30 août 2012
  42. (ca) « Més d'un miler d'autocars cap a una marxa que ja supera el 10-J », Ara,‎ 9 septembre 2012
  43. (ca) « [Onze de Setembre] La CUP fa una crida a mobilitzar-se per la independència i la justícia social als Països Catalans », CUP.cat,‎ 2 septembre 2012
  44. (ca) « La CUP es desmarca de la manifestació de l'ANC de la Diada », Ara,‎ 20 août 2012
  45. (ca) « Ni espoli ni explotació. Independència i socialisme », MDT,‎ 9 septembre 2012

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]