Manfred Gnadinger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Manfred Gnadinger en 1998.
Manfred Gnadinger en 1998.

Surnommé Manfred ou tout simplement Man, Manfred Gnadinger (1936 - 28 décembre 2002[1] était un sculpteur et ermite allemand réfugié à Camelle, village de Camariñas, en Galice (Espagne du nord ouest), où il menait une vie simple, sculptant et s'occupant de son potager.

Épris de liberté et profondément écologiste, il est l'auteur d'une œuvre à ciel ouvert de style Art brut et Land art faite de sculptures, de galets et de tours mégalithiques dressées en bord de mer. Il consacrait tout son temps à cette œuvre dont il faisait sa raison de vivre, que des centaines de visiteurs purent admirer.

En novembre 2002, quand la marée noire du naufrage du Prestige détruisit ses œuvres et tout l'écosystème aux alentours, Manfred sombra dans la mélancolie.

Touché au plus profond de lui, il déclara : « Si l'on agresse mes œuvres, c'est moi que l'on tue ». Il se laissa mourir peu de temps après la catastrophe et devint alors un véritable symbole et martyr populaire en Galice, symbole aussi de la révolte populaire devant les mensonges de l'État et des médias espagnol (Ils ont longtemps nié et voulu minimiser la catastrophe).

Il avait créé son musée à Camelle, légué à l'Espagne après sa mort le vendredi 28 décembre 2002 (jour des Saints Innocents).

Hommages et postérité[modifier | modifier le code]

  • Un film de Noël Mamère passé sur Arte le 14 octobre 2005 lui rendit hommage.
  • La trilogie de Man, une œuvre d’Yves Cass, réalisée en hommage à Manfred Gnädinger (exposition à Fréjus).
  • Manfred, el alemán de Camelle, un film documentaire de 60 minutes de Bernardo Cequera (2008).

Œuvres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le décès de Manfred Gnadinger, article sur le site du journal l'Humanité le 30 janvier 2002

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Le naufrage du Prestige et Manfred ont illustré la deuxième coupe du livre de l'Apocalypse par le peintre André Leucart, ainsi qu'à l'illustration du chapitre 22 de ce même livre, triptyque commandé par la paroisse Saint-Jean-de-Chaumont (Haute-Marne), destiné à la chapelle de Notre-Dame-du-Rosaire.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • A pegada de Man de Xoan Abeleira, Vigo, Xerais (2006).
  • Man o alemán de Camelle de Beatriz Maceda, Galebook (2012).