Mandrake le magicien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mandrake.
Mandrake le magicien
Personnage de fiction apparaissant dans
Mandrake the Magician.

Sexe masculin
Espèce humain
Pouvoirs magicien
hypnotisme
Famille Theron (père)
Lenore (demi-sœur), Eleanora (mère), Derek (demi frère)
Affiliation The Defenders of the Earth
Le Fantôme
Ennemi(s) Le Cobra

Créé par Lee Falk & Phil Davis
Première apparition Mandrake the Magician #1, (1934)
Éditeur(s) King Features Syndicate
Dell Comics

Mandrake le magicien ou Mandrake est un personnage de comic strip américain créé par Lee Falk en 1934 avec le dessinateur Phil Davis.

Historique de la publication[modifier | modifier le code]

La série, créée par le scénariste Lee Falk et dessinée par Phil Davis, a été publiée aux États-Unis par King Features Syndicate (qui a publié notamment Popeye ou Blondie) à partir de juin 1934 sous forme de triptyque quotidien (sauf le dimanche) (Dailies Strip) et à partir du 3 février 1935 sous forme d'une page couleur tous les dimanches (Sundays Strip).

En France[modifier | modifier le code]

En France, le personnage est paru d'abord dans les publications de Paul Winkler, fondateur de l'agence Opera Mundi (Robinson, Hop-là!) avant la Seconde Guerre mondiale.

Après la guerre, ses aventures ont été publiées principalement aux éditions du Rempart dans divers fascicules dont certaines en Petit format. Il est paru également chez Mon journal, dans les derniers numéros de la revue Janus Stark, ainsi que dans le nouveau Journal de Mickey.

Le quotidien France-Soir a publié pendant de longues années les bandes quotidiennes (Phil Davis et Fred Fredericks). Les Éditions Futuropolis ont édité 4 tomes des bandes quotidiennes (1934 à 1937 et 1941 à 1942).

Caractéristiques du personnage[modifier | modifier le code]

Mandrake porte le costume classique du magicien de music-hall avec cape et chapeau haut-de-forme. Il lutte contre le mal grâce à son pouvoir hypnotique. Mandrake est, à l'origine, présenté comme un véritable magicien, doté de pouvoirs pratiquement illimités : l'auteur Lee Falk le ramène cependant au bout de quelque temps au rang de simple hypnotiseur (capable cependant de télépathie et de projection mentale), afin que ses exploits n'apparaissent pas trop aisés[1]. La propriété de Mandrake se nomme Xanadu, et est truffée de dispositifs techniques et de gadgets.

Autres personnages[modifier | modifier le code]

Mandrake est accompagné par Lothar, son valet africain, et Narda, princesse européenne. Ils seront rejoints plus tard par Hojo, le cuisinier asiatique, et Karma, la cousine de Lothar (personnages nés sous le pinceau de Fred Fredericks, qui a repris la série après la mort de Phil Davis, en 1964). Dans la série des Défenseurs de la Terre, Lothar n'est plus le valet de Mandrake, mais un aventurier indépendant et un ami ; Mandrake y a comme apprenti un jeune Asiatique répondant au nom de Kshin, et Theron n'est plus son père, mais son mentor. Une partie de l’histoire de ce dernier est narrée dans l’épisode Le Secret du livre des énigmes.

Lothar[modifier | modifier le code]

Lothar est le valet africain de Mandrake. Il en est le meilleur ami, dans sa lutte contre le crime.

De stature athlétique, au lieu de devenir roi africain des "7 Nations", il préfère suivre Mandrake lors de leur rencontre au cours du voyage de ce dernier en Afrique. Une statue à son effigie (Lothar, roi de la grande confédération des tribus africaines), a été mise en place (Mandrake no 11), dans chaque village d'Afrique.

Réputé l'homme le plus fort du monde, il est invulnérable à toute arme de fabrication humaine, ainsi qu'à la magie.

Lothar apparaît aux côtés de Mandrake dès 1934 dans la bande quotidienne inaugurale.

Le vrai Mandrake[modifier | modifier le code]

Un prestidigitateur canadien du nom de Leon Mandrake a connu une très grande popularité en Amérique du Nord des années 1930 aux années 1980. Il semble que Lee Falk n'ait pas entendu parler de Leon Mandrake et que ce soit un hasard, mandrake signifiant en anglais Mandragore, un bon nom pour un magicien. Cependant, après avoir rencontré Leon Mandrake, Phil Davis a modifié le dessin de son personnage pour que les deux Mandrake se ressemblent[2].

Adaptations cinématographiques[modifier | modifier le code]

Il y eut en 1939 un « serial » - série à suivre de films de 30 min proposée en avant-programme - intitulé Mandrake the Magician. Très librement adaptée (et assez éloigné) du personnage originel, ce Mandrake était surtout une sorte de détective. Il était interprété par Warren Hull.

Par la suite, Federico Fellini, grand amateur de bandes dessinées et de magie, chercha à le porter à l'écran, mais sans succès. Marcello Mastroianni devait interpréter le personnage du magicien en cape et haut-de-forme. Ce projet n'aboutira jamais, mais Mastroianni porte ce costume - en guise d'hommage - dans le film Intervista.

Il apparait aussi dans « Les Défenseurs de la Terre » où le héros fait équipe avec Flash Gordon, Lothar, le Fantôme et leurs enfants (série d'animation des années 1980-1990).

Références et hommages[modifier | modifier le code]

  • Dans la série Zembla, Rasmus est un magicien maladroit faisant implicitement référence à Mandrake.
  • Le rappeur américain MF DOOM a intitulé un de ses morceaux du nom du personnage
  • Dans la série de Jonathan Stroud Trilogie de Bartiméus, le personnage principal, magicien, se nomme Mandrake.
  • Dans Les Parasites, Oulage Abour se déguise en Mandrake.

Controverse avec Mandriva Linux sur l’utilisation du nom[modifier | modifier le code]

En France, la société Mandriva Linux avait initialement choisi le nom Mandrake Linux pour son produit phare, avant de devoir y renoncer suite à un procès[réf. souhaitée].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Sadoul, 93 ans de BD, J'ai Lu, 1989, page 46
  2. On peut consulter l’article suivant, dans un blog, rapportant des propos de Falk et Davis sur le sujet : (en)Lee Falk, le conteur