Manco Capac II

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Manco Invca Yupanqui (dessin par Guaman Poma de Ayala).

Manco Capac II, aussi appelé Manco Inca ou Manco II, est un fils de Huayna Capac et le demi-frère de Huascar et Atahualpa. Il appartient à la noblesse de Cuzco et fut donc du côté de Huascar pendant la guerre civile. C'est cette appartenance au clan cuzquénien qui pousse les Espagnols à choisir ce prince comme nouveau souverain du royaume après l'exécution d'Atahualpa. Manco Capac est couronné à Cuzco selon la coutume en présence des conquistadors et de la noblesse du royaume. Des temps apaisés semblent s'ouvrir même si les Espagnols entendent bien garder le contrôle du royaume.

Biographie[modifier | modifier le code]

Alors que Francisco Pizarro est occupé à fonder Lima et que Diego de Almagro est parti à la recherche d'un royaume riche à conquérir dans le sud du continent (1535-1536), les frères de Pizarro sont restés à Cuzco. Ces derniers humilient ouvertement le jeune Manco Capac et éveillent ainsi un sentiment de révolte au sein de la noblesse du Cuzco. De même, les déprédations quotidiennes des Espagnols ulcèrent la population.

À partir de 1536, Manco Capac, profitant de divisions entre les Espagnols et de leur petit nombre à Cuzco, organise secrètement la première rébellion contre les envahisseurs espagnols à travers tout le pays.

Manco rencontre un peuple d'insoumis les Anti. Les Anti accueillent Manco et sa suite. Les Anti enseignent aux hommes de Manco à harceler les caravanes et les troupes espagnoles en guettant les ennemis du haut des arbres, fondant sur l'ennemi et disparaissant dans la forêt. Les Anti sont alliés avec Gonzalo Pizarro[1].

En peu de temps, Manco Capac, qui a quitté Cuzco sous un prétexte religieux, revient à la tête d'une armée parfaitement équipée dont on estime le nombre à environ 30 000 guerriers. Il campe dans la ville fortifiée d'Ollantaytambo d'où il va diriger le siège de Cuzco. Lorsque les Espagnols aperçoivent les troupes de Manco Capac aux abords de Cuzco, c'est une surprise totale : ils n'avaient rien décelé des préparatifs. À leur tour, des groupes de guerriers en armes provenant de toutes les provinces se joignent à l'armée qui déjà encercle la ville. Plus de cinquante mille guerriers assiègent Cuzco. Ce siège sanglant, qui dura huit mois, faillit aboutir à une victoire : les renforts envoyés de Lima sont écrasés par les tribus amérindiennes qui ont appris à connaître leurs ennemis. Les Espagnols traqués dans tout le pays sont poursuivis jusqu'à Lima. Mais l'armée amérindienne, épuisée par un manque de préparation, se voit obligé de rompre le siège de Cuzco et de se replier.

En souhaitant mettre fin aux hostilités, Manco Inca voulait en fait proposer une alliance à Francisco Pizarro pour récupérer le prestige et l'autorité perdue par le camp de l'Inca Huascar, mais en l'absence du conquistador, le pouvoir était détenu par son frère Hernando Pizarro qui avait succédé à son frère Juan Pizarro, tué justement lors du siège de la ville.

De fait, Manco Inca fut capturé et emprisonné pour actes de rébellion, mais il réussit à s'enfuir en achetant sa liberté, en offrant une statue d'or massif de taille réelle. En fuyant vers Vilcabamba pour y trouver refuge, il suivit la route de Chichero et traversa Ollantaytambo, où il fut rejoint par une troupe de cavaliers espagnols. Un violent combat s'engage, et Manco Inca écrase ses ennemis.

À Vilcabamba, Manco Inca rendit la liberté à ses troupes, puis se réfugia dans les profondeurs de la jungle pour continuer sa lutte et organiser la résistance quechua. Il rétablit les rites incas et organise une nouvelle cour. Le règne des Incas se poursuit donc dans la province de Vilcabamba. Manco initie ainsi une résistance inca qui allait durer jusqu'en 1572 avec la capture et l'exécution de Tupac Amaru.

Après la fin de la guerre de résistance, la domination militaire des conquistadors espagnols s'amplifie au Pérou. Mais finalement, Manco Inca ne sera pas vaincu par les Espagnols : il est assassiné en 1545 par un conquistador, le fils de Diego de Almagro qui lui tendit un piège par trahison, en se faisant passer pour un ennemi des Espagnols qui cherchait refuge avec quelques partisans ; accueilli par Manco Inca, ils attendirent la première occasion pour en finir définitivement avec lui en l'assassinant.

Après sa mort, son fils Sayri Tupac lui succéda à Vilcabamba.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Carmen Bernad et Serge Gruzinski, Histoire du Nouveau Monde.