Mancagnes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne le peuple mancagne. Pour la langue, voir mancagne (langue).

Mancagnes

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Fillettes mancagnes à Sébikhotane

Populations significatives par région
Population totale 68 955 (2002)
Autres
Langues

Mancagne

Religions

Animisme, catholicisme

Les Mancagnes sont une population d'Afrique de l'Ouest vivant principalement en Guinée-Bissau, mais aussi au Sénégal et à un moindre degré en Gambie.

Population[modifier | modifier le code]

Selon le recensement de 1988 au Sénégal, les Mancagnes y étaient 23 180, sur une population totale estimée à 6 773 417 habitants, soit 0,3 %[1].

D'après des chiffres de 2002, la population totale était de 68 955 personnes, dont 40 855 en Guinée-Bissau et 26 450 au Sénégal, soit moins de 1 % de la population de ce pays où ils sont surtout concentrés en Casamance.

Les Mancagnes sont généralement agriculteurs.

Surtout au Sénégal, le catholicisme y cohabite avec les religions traditionnelles.


Les témoignages des groupes ethniques qui ont toujours cohabité avec les Mancagnes, laissent des multiples appréciations sur ces derniers. Les Manjaques parlent d’un groupe qui leur était rattaché autrefois et avec lequel ils s’étaient séparés, suite à un désaccord. L’idée séparation spéciale comme l’unique cause de la différenciation des langues et de quelques exigences coutumières, est le plus souvent avancée.


Les Pepels, peu nombreux au Sénégal et en nombre important par rapport aux Mancagnes, en Guinée Bissau, possèdent de nombreuses similitudes culturelles avec les Mancagnes. Les Pepels pensent que ces ressemblances trouvent leur explication dans une cohabitation historique en Guinée Bissau. Cependant, aucune idée de domination d’un groupe sur l’autre n’est mentionnée, la cohabitation étant pacifique.


Les Balantes : ils ressemblent aux Mancangnes par l’organisation sociale et par plusieurs rituels traditionnels.

Les Diolas, majoritaires en Casamance, par rapport aux autres ethnies précitées, ont aussi cohabité avec les Mancagnes à Ziguinchor ; Sedhiou ; dans de nombreux villages. Pour bon nombre de Diolas, les Mancagnes sont un peuple conservateur. L’observation des cultes et coutumes Diolas nous montre combien eux-mêmes sont concernés par cette critique compliment. En effet connaître et vivre sa tradition est devenu très difficile et par conséquent, se présente comme un atout pour tout africain face à la mondialisation actuelle. En résumé, les Mancagnes ont toujours vécu avec ces différentes ethnies que ce soit en Guinée Bissau ou au Sénégal.

Cependant, d’autres groupes ethniques sont mentionnés par les Mancagnes eux-mêmes comme ayant une forte influence dans leur histoire. Il s’agit des peuls appelés (Bafula) et les Mandingues appelés (Bandiga). Dans l’état actuel de nos connaissances, aucune des deux traditions ne corrobore l’idée de quelconques rapports directs avec les Mancagnes. Cependant l’existence de rapports conflictuels et de cohabitations difficile avec peuls, telles que la tradition Mancagne les rapporte, sembles être confirmées par beaucoup de sources.

Que disent les Mancagnes à propos de leur origine ?

Plusieurs thèses sont développées, mais il importe de retenir que les Mancagnes sont une ethnie venue de l’est (par rapport à la Guinée Bissau) pour d’aucuns. D’autres parlent d’un pays lointain qui serait l’Égypte. Par une migration partie d’Égypte, ils auraient cheminé avec les peuls, jusqu’en Guinée française à Duka (Duca) et Popadora (Popidara) en se séparant des Dogons. D’autres sources racontent que c’est de l’union de Peul et de Mandingue que serait né le Mancagne (Ibrahima, un prince peulh qui épousé une princesse mandingue du nom de M'bula d'où le nom "Brame" dérivé d'Ibrahima).

Aujourd’hui il est retenu que ce groupe (les Mancagnes) vient de l’est, a migré en laissant des traces et vestiges matériels à Duka et Lopadora, avant de s’installer à Bula, une province de la Guinée portugaise. Les études menées sur les Mancagnes révèlent que ces derniers constituaient avec les Manjaques et les Pepels, le peuple Brame ou Buramos les Mancagnes, originaires de Bula, se désignent par Bahula. L’application de Mancana serait utilisée et imposée par les colons portugais suite à une consultation électorale qu’ils avaient organisée vers les années 1900. Ainsi le vainqueur, Mancanha, imposé comme chef par les portugais, donna son nom à tout le groupe.

« Le peuple mancagne a une facilité d’intégration »

La société mancagne est profondément égalitaire et ne connait aucun système de castes professionnelles ou héréditaires. Sans être véritablement hiérarchisée, cette société possédait une aristocratie dans laquelle étaient choisis les chefs. À sa tête se trouvait un roi, ensuite les hauts dignitaires et à la base, les simples sujets. Les Mancagnes sont disposés aujourd’hui à travers la Sénégambie et la Guinée Bissau, la Guinée Conakry et la Cote d’Ivoire. D’après l’enquête démographique menée au Sénégal en 1960/1961, les Mancagnes étaient au nombre de cinq mille cent en Casamance, dans deux mille cent trente à Ziguinchor, sur une population de vingt huit mille cent trente quatre-vingt et six personnes, soit 7,5 %. En 2005, ils constituaient 3 % de la région de Ziguinchor, en 2002, moins de 0,12 % de la population sénégalaise. En Guinée Bissau, sur une population de un million cinq cent mille habitants en 2005, on comptait quarante mille Mancagnes. Alors qu’en Gambie, ils étaient, 2001, estimés à mille deux cent personnes sur une population totale de 1 256 939 habitants. Bien qu’il soit minoritaire dans ces différents espaces géographiques, le peuple mancagne a une facilite d’intégration et cela se traduit à travers une parfaite entente et un voisinage sans faiblesse, entre lui et les autres, qui aujourd’hui, sont vieux de plusieurs décennies.

Le milieu Mancagne

Le monde mancagne n’est ni homogène, ni regroupé, mais plutôt éclaté. Il concerne des pays tels que la Guinée Bissau, le Sénégal, la Gambie, la République de Guinée voire la Cote d’ivoire. Parmi ces pays cités, la Guinée Bissau et le Sénégal apparaissent comme les principaux cadres d’évolution et d’occupation des Mancagnes. Limité au nord par la Mauritanie, au sud par l’océan atlantique, à l’est par la République de Guinée, ce monde recèle en son sein une démographie et une hydrographie assez complexes. En Guinée Bissau, on retrouve ce peuple dans des villages tels que Kechi, Lwanda, Santa Louisia, Bafata, Gabou et Blama qui, elle fut une ancienne capitale de peuple Mancagne. Aujourd’hui, Bula, un des anciens postes administratifs de Cacheu (ancienne province de la Guinée portugaise) constitue le centre historique et culturel des Mancagnes : ils disent que c’est la "Terre natale", "Terre mère", "La terre des ancêtres". Bula, ancien poste administratif, composé de soixante deux sites, est bordée au nord par le fleuve Mansoa, au sud par l’ile de Bissau, à l’est par les bras fluraux de Bipo et Lache, à l’ouest par la région administrative de Peloundo. La région, elle-même, est traversée (fortement drainée) par une rivière. Ce qui fait constater à quel point cette région de Bula est entrée par des cours d’eau.

Au Sénégal, on retrouve une partie de ce peuple Mancagne dans ce monde rurale en moyenne et en basse casamance : Ziguinchor, Sédhiou, Niaguis. Mais au fil du temps, des centres urbains comme Dakar, Saint-Louis, Thiès, Kaolack, Kolda ont enregistré une croissance importante de la population Mancagne. En Gambie, on ce retrouve à Banjul, à Sérékounda, à Fajikuuda, localité ou leur présence est attestée depuis 1930 Retenons que les Mancagnes s’installent fréquemment près des cours d’eau. C’est ce qui fait deux, une population presque entièrement rurale et profondément agricole.


--***Une autre thèse, pas trop différente des premières, a été développée par le chercheur Christian NALA MINGOU. En voici, ci-dessous, les grandes lignes, résumées dans cet article intitulé: " Les Mancagnes : origines, composition et liens de parenté avec les Manjacques et Pepels."

Les Mancagnes : origines, composition et liens de parenté avec les Manjacques et Pepels[modifier | modifier le code]

Origines et flux migratoires


Les Mancagnes sont une ethnie que l’on retrouve principalement au Sénégal au sud, plus précisément dans les régions administratives actuelles de Ziguinchor, Sédhiou et Kolda. L’installation de cette ethnie dans cette partie du Sénégal est le fruit d’un long flux migratoire dont l’origine la plus lointaine connue, d’après nos investigations, remonterait de l’actuelle Guinée Conakry (Nord-est), dans le Fouta Djallon.

En effet, selon les témoignages de certains traditionalistes Mancagnes recueillis par les historiens Adolphe Minkilane et Nouha Cissé, dans le cadre des Journées culturelles Mancagnes (« P Kumel ») de 1996 organisées à Ziguinchor, les Mancagnes se seraient d’abord installés en Guinée Conakry, exactement sur le territoire dénommé « Douka » (ou Duka) ; ledit territoire qu’ils vont plus tard quitter pour l’ouest de l’actuelle Guinée Bissau, à cause certainement des attaques répétées de leurs voisins Peulh, très tôt convertis à l’Islam (XIXe siècle d’après nos[Qui ?] investigations : en effet, c’est au cours de ce siècle que les Peulh, venus des régions périphériques et déjà convertis à l’Islam ont, d’abord, institué l’État théocratique du Fouta Djallon, puis, cherché à convertir les populations trouvées sur place. C’est ainsi que celles qui étaient hostiles à leur projet furent contraints de quitter le territoire : Soussous rejetés vers la Côte sud-est de leur état, et certainement les Brâmes, vers la côte nord-ouest.)

Cette thèse, on la retrouve également dans les quelques recherches consacrées aux Mancagnes et que nous avons trouvées. Par exemple, Mirjana Trifkovic (1969), expliquant l’origine du premier nom des Mancagnes, c'est-à-dire « Brâme » (nous reviendrons sur ce nom qui regroupait à la fois Mancagnes, Manjacques et Pépels dans la troisième partie) écrit : « Le premier terme Brame proviendrait de l’époque où les Mancagnes auraient été asservis par les Peuls du Fouta Djallon et auraient eu pour chef Ibrahima ». Par conséquent, le terme « Brâme » serait tout simplement la déformation de « Ibrahima » (d’abord Buramos puis Brâme).

Joao Vicente Dias (2005) abonde également dans le même sens, à propos de l’origine du nom « Brâme » qui, nous précisons, jusqu’à ce moment bien précis continuait de désigner Mancagnes, Manjacques et Pepels. Selon lui (il en fait une deuxième thèse cependant), l’origine de « Brâme » proviendrait de « Braima », qu’il voit comme une déformation mandingue du prénom « Ibrahima » que portait le Peulh qui dirigeait les razzias contre les Brames. Donc, si l’on comprend bien son raisonnement, ce seraient les Mandingues (l’empire du Mali qui venait jusqu’à faire frontière avec l’État Peul) qui utilisaient ce nom pour désigner ceux qui ne voulaient pas se convertir à l’Islam et qui furent en train de chercher un nouveau territoire, en l’occurrence les Brâmes authentiques. En Guinée Bissau, les Mancagnes, après un périple est-ouest, se seraient finalement installés dans la partie orientale de la circonscription administrative de Cacheu, c'est-à-dire sur la région (en terme géographique) de Boula (un territoire de 400 m2). Et dans cette région, on les retrouve précisément dans les 3 sous postes administratifs, car en dehors de Boula, où ils constituent incontestablement la population protohistorique, on les retrouve aussi à Co et à Jol. Déjà en 1950 (Trifkovic, 1969), ils se répartissaient comme suit sur ces trois territoires : Boula, 75,1 % de la population ; Co 37 % de la population et Jol 7,2 % de celle-ci. Ensuite, de cette région admise aujourd’hui comme leur « territoire historique », les Mancagnes se seraient dispersés dans la Guinée Bissau et le Sénégal actuels. Ainsi, en Guinée Bissau leurs cibles seraient :

  • les Iles de Bissau et de Bolama, à l’ouest,
  • Farim, au Nord et Sao- Domingos au nord-ouest ;
  • Foulacounda au sud-ouest.

Au Sénégal, ils se seraient dirigés vers la Casamance, principalement vers les départements de Ziguinchor et Sédhiou, où ils sont aujourd’hui incontestablement plus présents. En 1965-1966, on dénombrait déjà respectivement à Ziguinchor et à Sédhiou, 3 145 (sur une population totale de 34 749, soit un peu plus de 9 %) et 1.951 (sur une population totale de 120 581 soit 1,6 %) mancagnes. Cette première vague de migration intérieure serait en grande partie due à la culture de l’arachide, introduite par les occidentaux en Guinée Bissau et au Sénégal (première moitié du XIXe siècle) et qui aurait attisé les convoitises des mancagnes. Aujourd’hui, les Mancagnes disposent d’un ancrage territorial notable sur les deux pays cités. Si nous nous intéressons uniquement à leur présence sur le territoire sénégalais (départements de Ziguinchor et actuelle région de sédhiou), nous pouvons citer quelques localités fortement imprégnées de leur présence. À Sédhiou, on les retrouve surtout dans l’arrondissement de Diattacounda, mais également à Tanaff et à Djendé et dans les communes de Sédhiou et de Marssassoum. Dans le département de Ziguinchor, qui semble être leur bastion, on les retrouve surtout dans la commune de Ziguinchor (Tilène, Kansahoudy, Néma 1 et 2, Kenya, Kandialang, Halwar, Djibock..) et dans l’arrondissement de Niaguis, dans les villages et hameaux tels que Boutoute, Sône, Niaguis arrondissement ou Kayiiw, Adéane, Tambacoumba, Koundioundou, Mandina Mancagne, Kitor, St-louis Mancagne, Kantiène, Dakar-Banco, Petit Camp, Maroc, etc. En 2002 (dernier recensement national), les Mancagnes représentaient 1 % de la population de la région de Ziguinchor et 1 % de la région de Kolda. Après l’étape de la Guinée Bissau et de la Casamance au sud du Sénégal, les Mancagnes ont continué leur flux migratoire, mais cette fois-ci vers les centres urbains du Nord, dont les principaux sont : Banjul et Serekunda (en Gambie) ; Nioro, Kaolack, Thiès, Sébikhotane-Pout, Mbour, Dakar, St Louis (au Nord Sénégal).

Au terme de cette première partie, il convient de retenir que les Mancagnes constituent une ethnie que l’on retrouve aujourd’hui essentiellement dans trois pays de l’Afrique de l’ouest que sont la Guinée Bissau (3,3 % de la population sur les 1 500 000 habitants), le Sénégal (0,68 % sur les 9 956 202 habitants presque 10 millions) et la Gambie (nous ne disposons de leur part dans ce pays).


Composition


Jusqu’à leur périple bissau guinéen, les Mancagnes auraient constitué un même groupe et par conséquent parlaient la même langue (ou le même dialecte) ; mais avec leurs différents déplacements et leurs différents contacts avec d’autres ethnies, ils ont fini par se scinder en trois groupes, suivant qu’ils habitent les trois terroirs qui, aujourd’hui, forment leur territoire protohistorique : Bula, Co et Jol. Ainsi ceux qui habitent Bula sont appelés Ba Houlas (Déformation de Ba Boula), ceux qui habitent Co, Ba ouh (déformation de Ba Co) et ceux qui habitent Jol, Ba Jol. Ba Houlas : ils sont les plus nombreux et constituent probablement le « noyau original » du groupe, en ce sens que Bula est présentée comme la terre protohistorique des Mancagnes. D’ailleurs, Bula peut être considérée comme la capitale politique et culturelle des Mancagnes : lieu où se trouve le trône du roi, lieu où se tiennent l’une des plus grandes activités de la culture mancagne, le Katasa, etc. C’est à cause de cette importance numérique et de cette forte influence politico-culturelle que « Ba Houlas » ont tendance à confondre « Mancagne » et « na houla » (le singulier) puisque la quasi-totalité des Mancagnes se définissent aujourd’hui seulement comme « Ba houlas » (les Ba Ouh, compris), ce qui semble exclure les autres du groupe. Combien de fois on a entendu les « ba houlas » (excusez-moi de la redondance vis-à-vis de l’emploi du déterminant : Ba Houlas en soi exprime déjà le pluriel ; il signifie tout simplement « ceux qui habitent Bula ») dire que les Ba Ouh et les Ba Jol ne sont pas des Mancagnes : un faux débat. Or, très rares sont les ethnies de cette partie de l’Afrique qui se définissent par un seul et même dialecte : on a une diversité de Diolas, une diversité de Manjacques, une diversité de Balantes, une diversité de Mandingues, une diversité de Bainouck. Même plus au Nord, on a une diversité de Sérères, une diversité de Wolofs, etc. Ba Ouh : ils sont légèrement différents des « Ba Houlas » sur le parler. Et selon Mirjana trifkovic (1959), cette différence résulterait de leur cohabitation avec les Manjacques à qui ils ont beaucoup emprunté lexicalement. Toutefois, ils sont plus tolérés dans le grand groupe « Ba houlas » (au cas où il renverrait par extension de sens à l’ensemble des Mancagnes). Nous en voulons pour preuve la célébration des « Ngouranes » où ceux ou celles des « Ba Ouh » viennent après ceux ou celles des « Ba Houlas » authentiques (c'est-à-dire les différents clans aujourd'hui considérés comme tels). Personnellement je n’ai jamais entendu parler des « Ngouranes » « Ba Jol », à cause certainement de l’exclusion notoire de ces derniers du grand groupe Mancagne, comme déjà évoqué plus haut. Ba Jol : ils seraient issus de la triple cohabitation Mancagne, Manjacque et Balante sur le terroir de Jol où, du fait de leur nombre, ils ont été fortement influencés linguistiquement. En effet, les « Ba Jol » parlent un dialecte appelé « Brâme ou Mancagne de Jol ». Ce dialecte est par ailleurs plus proche du U houla que des deux autres ethnies (Manjacques et Balantes) : aujourd’hui encore en Guinée Bissau, les Jol sont considérés comme des Mancagnes à part entière, comme l’attestent les documents officiels traitant les statistiques démographiques consultés (Mancanhas de Jol on les appelle là bas : cf. rapport Joao Vicente Dias, 2005) En somme, retenons que Ba Ouh et Ba Jol sont la parfaite illustration de liens sociaux que les Mancagnes ont entretenus ou entretiennent avec les autres ethnies, tels leurs anciens parents Manjacques et Pepels.


Mancagne, Manjacques et Pépels - les liens


D’après nos investigations, jusqu’à leur périple dans le Fouta Djallon (XVIe siècle), Mancagnes, Manjacques et Pepels constituaient un seul et même groupe ethnique à un moment donné appelé « Brâme » (on ignore encore leur nom avant l’arrivée des Peulh). Et aujourd’hui ce fait historique semble être plus que démontré. Mirjana Trifkovic dans son ouvrage cité plus haut écrit : « Il paraît y avoir une ressemblance entre ces trois populations Mancagnes, Manjacques et Papels. Cette ressemblance ne paraît pas être une vue de l’esprit. Elle se reflète dans le parler, les coutumes, les institutions traditionnelles et religieuses et la vie matérielle (mode d’alimentation, d’habitation, procédés de culture). Tous les auteurs portugais et autres dont nous avons pu consulter sont formels sur ce point. Toutefois, nous ignorons les causes de l’éclatement de ce groupe autrefois homogène, ainsi que les circonstances dans lesquelles il se serait produit. Plusieurs hypothèses ont été émises sur ce point. L’une d’entre elles mérite d’être mentionnée ici, notamment celle des luttes intestines, conséquences des rivalités entre les familles puissantes, qui aurait abouti à la dislocation définitive des Buramos. » Cette même hypothèse est retrouvée chez Joao Vicente Dias (2005) quand il explique l’origine du nom Brâme. Enfin sur le plan strictement linguistique, il semble que les affinités entre le Mancagne, le Manjacque et le Papel transparaissent principalement dans « le fonctionnement des classificateurs nominaux, l’automatisme des systèmes d’accord respectifs et surtout dans le lexique. Les différences essentielles se situeraient au niveau du système verbal et de la construction génétive.» (Trifkovic, 1969). Ces différences résulteraient des contacts avec les autres groupes trouvés sur place. Selon W.A. Wilson dans « uma volta linguistico na Guine » (1959), l’intervention automatique du système d’accord dans la construction génétive propres aux langues Bantoues, serait très rares dans les langues semi-bantoues parlées en Guinée portugaise. Or, Wilson précise que dans le groupe Mancagne-Manjacque et Papel, c'est-à-dire autrefois appelé Brâme, le Mancagne semble être le seul à l’utiliser. Donc, si nous partons du principe que les Brâmes (Mancagnes- Manjacques et Pepels) ont jusqu’à leur arrivée en Guinée Bissau constitué un seul et même groupe et que, de surcroît, ils ont connu un long périple que nous avons seulement suivi à partir du Fouta Djallon et qu’enfin dans ce groupe dont les origines pourraient bien être Bantoues, le Mancagne est considéré par les linguistes comme le sous-groupe qui semble mieux dégager ces origines lointaines bantoues, ne serions-nous pas tenter de conclure que celui-ci est le noyau central, et ce, malgré leur nombre aujourd'hui assez faible par rapport aux Manjacques et Papels ou Pépels : Les brames authentiques en Guinée Bissau (24,3 % de la population : source rapport de Joao Vicente Dias publié en 2005) :

  • Mancagne : 3,3 % (Mancanhas de Bula, Mancahnas de Co et Mancanhas de Jol) ;
  • Manjacque (tous confondus) : 11 % ;
  • Pepel ou Papel : 10 %.

Les brames authentiques au Sénégal (source : Recensement de 2002):

  • Mancagnes : - 1 % (exactement 0,68 %) ;
  • Manjacques : 2,8 % presque 3 % ;
  • Pepels ou papels : un pourcentage insignifiant non déterminé dans les statistiques.

Si cette hypothèse se vérifie, il n’est donc pas surprenant, le fait que ce sont les Mancagnes qui aujourd’hui, dans ce groupe, essaient de reconquérir ce dernier nom qui les qualifier tous, en l’occurrence « Brâme ». Pour preuve, les Mancagnes se font de plus en plus appeler « Brames », que ce soit en Guinée Bissau (Joao Vicente Dias les appelle aussi ainsi dans son rapport), comme au Sénégal (Association Pkumel).


Au terme de cette analyse retenons que les Mancagnes sont aussi bien présents en Guinée Bissau, au Sénégal et en Gambie. Ils sont issus d’un grand groupe autrefois appelé Brâme et qui regroupait Mancagnes actuels, Manjacques actuels et Papels actuels. D’ailleurs ce groupe, s’il est recomposé (24,3 %) serait la deuxième ethnie la plus importante numériquement en Guinée Bissau (il serait juste derrière les Balantes 27 % et devant les Peuls, 23 % et Mandingues, 12 %) ; ce pays qui semble être aujourd’hui leur territoire historique et sociologique (territoire au sens de « territoire vécu »).

Patronymes[modifier | modifier le code]

Les patronymes permettent de distinguer le clan d'origine. on peut citer : Les Campal, Kantoussan, Nyouky, Niouky, Ndèye, Mansis etc. qui sont des patronymes « Kachou ». Il y a aussi les Badiane, Boissy, Kény, Mandiamy, Samy, Mandioubane, Diompy, Demba, Baloucoune, Sanka, Bampoky, Dionou, Manel, Jacky, Kabou, Kamfom, Kamony, Kankola, Malack, Malou, Minkilane, Mingou, Mbinky, Nadieline, Simpa, Dupa, Toupane, Mancabou, Ndecky, Kabatou, Kanialy, Nzalé ou Nzaly, Médou, Kayoungha,Kanfoudy, Kaly, Bampassy, Bampoky, Baraye, Ndione, etc. issus de clans divers.

En raison des origines bissau-guinéennes,de ce peuple, les patronymes à consonance portugaise n'y sont pas rares. Par exemple, on y trouve des Da-Sylva, Dacosta, Cabral, Delgado qui sont plutôt en Guinée Bissau.

Ce phénomène a été favorisé par le besoin des populations Bissau-Guinéenne de se scolariser face à un colon portugais qui occidentalisait les noms de famille.

Ainsi on note que les Mancagnes du Sénégal ont pour la majorité conservé leurs patronymes d'origine contrairement à ceux de la Guinée-Bissau.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Chiffres de la Division de la Statistique de Dakar cités dans Peuples du Sénégal, Éditions Sépia, 1996, p. 182

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Albinou Ndecky, Pratiques et représentations des parlers mancagne de Goudomp (Sénégal). Amiens, Université de Picardie Jules Verne (Thèse de doctorat)
  • Albinou Ndecky, Borrowings from creole-based portuguese: a phonological, morphological and semantical analysis. St-Louis, UGB (mémoire de DEA de Linguistique)
  • Gabriel Bampoky, Les Mankagnes, Brame de Bula et Co : origines, migrations et mutations sociales, économiques, politiques et culturelles (1879-1959), Dakar, Université Chiekh Anta Diop, 1996, 71 p. (Mémoire de Maîtrise)
  • Gabriel Banpory, Les Mancagnes brâmes de bula et co : Origines migrations et mutations sociales, économiques, politiques et culturelles (1879 1959)
  • Domingos Da Fonseca, L'humanité de Christ : essai d'étude christologique pour une évangélisation du peuple mancagne, Pontificia universitas urbaniana, 1993
  • Ndecky, Albert de Tempu, culture et civilisation Mancagne : rites et traditions
  • Ndecky, Nelson de Saqui, La religion égyptienne de la période pharaonique et la religion Mancagne : étude comparée
  • Jacqueline Trinquaz, Colonisations et religions en Afrique noire : L’exemple de Ziguinchor

Liens externes[modifier | modifier le code]