Manannan Mac Lir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dans la mythologie celtique irlandaise, Manannan Mac Lir (littéralement le Mannois fils de Lir, Lir étant l’Océan), est le dieu-guerrier souverain de l’Autre Monde celtique, le Sidh. Il en est le régisseur et maître, et à ce titre, il fournit aux autres dieux les cochons fabuleux servis au Festin d’Immortalité.

Son équivalent Gallois est Manawyddan Fab Llyr.

Mythologie[modifier | modifier le code]

Il appartient aux Tuatha dé Danann (gens de la déesse Dana),

Si le Sidh se situe sous terre, on y accède par delà les eaux (mers, lacs, fleuves) ; Manannan conduit son char sur les flots et dans les plaines, et son bateau se manœuvre seul. C’est la raison pour laquelle on en fait parfois un dieu marin protecteur des navigateurs ou, au contraire, naufrageur de navires, mais sa puissance le place au rang de ses frères  : le Dagda et Ogme. Il est l’époux de Fand qui aura une aventure amoureuse avec le héros Cúchulainn.

Au nombre de ses pouvoirs, il faut insister sur les dons de métamorphose et d’ubiquité ainsi que sur son rôle psychopompe ; il use de son manteau d'invisibilité, notamment pour empêcher Cúchulainn de voir Fand. Il est le père de nombreux enfants divins ou humains.

Il est le père de Niamh. Il aurait donné son nom à l'Île de Man.

Spéculations sur les identités de Manannan Mac Lir et de Lugh[modifier | modifier le code]

Manannan Mac Lir ne semble être qu'un aspect du dieu-roi Lugh. Manannan a pour frères, le Dagda et Ogma. Il règne sur les eaux qui mènent au Sidh, tout comme le dieu Védique Varuna, garant de l'ordre et de la justice, règne sur les eaux primordiales. Lugh correspond dans ses grandes caractéristiques à ce dieu védique représentant de la souveraineté.

Le gallois, Manawyddan Fab Llyr, double de Manannan Mac Lir, renforce cette idée que ces deux divinités n'en font qu'une. Dans le Mabinogi de Manawyddan, le héros, accompagné de Pryderi fils de Pwyll, voyage de ville en ville, chassé de leur pays par une malédiction. Dans chaque ville, Manawyddan développe une activité artisanale. Celle-ci marche si bien qu'à chaque fois, les artisans chassent les deux héros qui doivent s'établir ailleurs. Cet aspect polytechnicien de Manawyddan Fab Llyr est repris en Irlande par le dieu Lugh, dieu-roi qui englobe toutes les fonctions de la société (voir les fonctions tripartites indo-européennes de la société indo-européenne).

Lugh serait donc double. Il est le dieu-roi lumineux sous son propre nom (Lugh/ Llew) et il est le seigneur du Sidh (sur l'île de Man, Manannan/Manawyddan « le mannois »), engendré par les eaux primordiales (Mac Lir/fab Llyr).

Il est intéressant de rapprocher Manannan Mac Lir des dieux Scandinaves Heimdallr, dieu créateur de la société humaine, et Ægir, dieu des océans. Heimdallr est d'ailleurs engendré par neuf vagues, qui sont les neuf filles ou épouses du dieu Ægir.

Le dieu irlandais Dagda possède aussi son double du Sidh qui se nomme Midir (à rapprocher du dieu indo-iranien Mitra).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul-Marie Duval, Les Dieux de la Gaule, Paris, éditions Payot,‎ février 1993, 169 p. (ISBN 2-228-88621-1)
    Réédition augmentée d'un ouvrage paru initialement en 1957 aux PUF. Paul-Marie Duval distingue la mythologie gauloise celtique du syncrétisme dû à la civilisation gallo-romaine.
  • Albert Grenier, Les Gaulois, Paris, Petite bibliothèque Payot,‎ août 1994, 365 p. (ISBN 2-228-88838-9)
    Réédition augmentée d'un ouvrage paru initialement en 1970. Albert Grenier précise l’origine indo-européenne, décrit leur organisation sociale, leur culture et leur religion en faisant le lien avec les Celtes insulaires.
  • Christian-J. Guyonvarc'h, Magie, médecine et divination chez les Celtes, Bibliothèque scientifique Payot, Paris, 1997 (ISBN 2-228-89112-6).
  • Christian-J. Guyonvarc'h et Françoise Le Roux :
    • Les Druides, Ouest-France Université, coll. « De mémoire d’homme : l’histoire », Rennes, 1986 (ISBN 2-85882-920-9) ;
    • La Civilisation celtique, Ouest-France Université, coll. « De mémoire d’homme : l’histoire », Rennes, 1990 (ISBN 2-7373-0297-8) ;
    • Les Fêtes celtiques, Rennes, Ouest-France Université, coll. « De mémoire d’homme : l’histoire »,‎ avril 1995, 216 p. (ISBN 9782737313158)
      Ouvrage consacré aux quatre grandes fêtes religieuses : Samain, Imbolc, Beltaine, Lugnasad.
  • Philippe Jouët, Aux sources de la mythologie celtique, Yoran embanner, Fouesnant, 2007 (ISBN 9782914855372).
  • Venceslas Kruta, Les Celtes, Histoire et Dictionnaire, éditions Robert Laffont, coll. « Bouquins » , Paris, 2000 (ISBN 2-7028-6261-6).
  • Claude Sterckx, Mythologie du monde celte, Paris, Marabout,‎ octobre 2009, 470 p. (ISBN 978-2-501-05410-2).
  • Consulter aussi la bibliographie sur la mythologie celtique et la bibliographie sur la civilisation celtique.