Man on Fire (film, 2004)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Man on Fire.

Man on Fire

Titre québécois L'Homme en feu
Titre original Man on Fire
Réalisation Tony Scott
Scénario Brian Helgeland
Acteurs principaux
Sociétés de production Scott Free Productions
Fox 2000 Pictures
Regency Enterprises
New Regency Pictures
Epsilon Motion Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre Action
Sortie 2004
Durée 146 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Man on Fire est un film américano-britannique de Tony Scott réalisé en 2004.

Synopsis[modifier | modifier le code]

John W. Creasy, un ex-agent de la CIA devenu alcoolique et dépressif, se fait engager comme garde du corps par Samuel Ramos, membre d'une famille bourgeoise de Mexico, afin d'empêcher un éventuel rapt de sa fille Pita.

Le garde du corps, au bord du suicide, exerce froidement son métier dans un premier temps, rejetant la fillette de neuf ans qui cherche en lui un ami. Mais ensuite, elle réussit à apprivoiser cet homme au caractère d'ours, qu'elle surnomme affectueusement « Creasy Bear ». De son côté, il s'attache à Pita comme à l'enfant qu'il n'a pas eu. Cette relation le ramène à la vie.

Mais Pita tombe dans les griffes de ses ravisseurs, malgré la protection de son garde du corps. Creasy échoue dans sa mission non sans s'être courageusement battu et avoir tué quatre ravisseurs. Il est gravement blessé...

À son réveil de l'hôpital, une révélation le mènera à une décision, à une traque...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Musique additionnelle : Toby Chu, Justin Caine Burnett, Mel Wesson, Lisa Gerrard et Meri Gavin

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Adaptation[modifier | modifier le code]

Man on Fire est l'adaptation cinématographique du roman L'Homme de feu d'A. J. Quinnell, un pseudonyme d'écrivain jamais identifié[2].

C'est la seconde adaptation de ce roman après Man on Fire réalisé par Élie Chouraqui en 1987.

Genèse du projet[modifier | modifier le code]

En 1980, le producteur Arnon Milchan, fondateur de Regency, achète les droits du roman et propose à Tony Scott de le réaliser. Mais le projet ne se concrétise pas et Tony Scott tourne alors Top Gun. Au début des années 2000, le producteur Lucas Foster s'associe à Regency pour relancer le projet. Brian Helgeland est engagé pour écrire le script et, en 2003, Tony Scott donne son accord[2].

À l'origine, l'action se déroulait en Italie. L'histoire a été transposée au Mexique car Lucas Foster et Tony Scott trouvaient que la mafia était un sujet trop cliché et déjà vu. De plus, les enlèvements sont désormais plus rares en Italie en raison de lois plus strictes[2].

Casting[modifier | modifier le code]

Pour parfaire son rôle, la petite Dakota Fanning a pris, avant le tournage du film, des cours d'espagnol, de piano, d'amélioration de sa technique de natation. De plus, elle a fréquenté durant plusieurs semaines ses futurs « parents » afin de se familiariser avec le couple et paraitre ainsi plus naturelle dans son rôle.

Christopher Walken était à l'origine pressenti pour jouer Jordan Kalfus. Mais il demanda au réalisateur de lui confier plutôt celui de Rayburn :

« J'avais dit à Tony que je voulais changer d'emploi et que j'en avais ma claque de jouer les méchants[2] ! »

— Christopher Walken

« Chris arriverait à rendre excitante la lecture de l'annuaire. Il a enrichi Rayburn de quantité de nuances[2]. »

— Tony Scott

Le personnage de Rayburn devait à l'origine être incarné par Marlon Brando.[réf. nécessaire]

Quant au rôle de Creasy, Robert De Niro, Tom Cruise, Will Smith et Bruce Willis étaient pressentis pour le rôle mais ont refusé.[réf. nécessaire]

Tournage[modifier | modifier le code]

Pour plus de réalisme, le tournage s'est déroulé principalement en décors réels, à Mexico[2]. Le tournage a également eu lieu aux Studios Churubusco, Ciudad Juárez, Puebla. Le tournage a également eu lieu aux États-Unis, notamment à Los Angeles et El Paso au Texas[3].

Réception critique[modifier | modifier le code]

Dès sa sortie en salles, Man on Fire a rencontré un accueil mitigé des critiques professionnelles : 39% des 161 commentaires collectés sur le site Rotten Tomatoes sont positifs, pour une moyenne de 5,2/10[4], tandis qu'il obtient un score de 47/100 sur le site Metacritic, pour 36 commentaires collectés[5]. Le site AlloCiné lui attribue une note moyenne de 2,8/5 pour seize critiques de presse collectées[6].

La réaction du public est toutefois plus favorable, puisqu'il obtient une note de 7,8/10 sur le site IMDb pour 205 735 votes[7] et une note de 4/5 sur le site AlloCiné pour 10 903 notes dont 759 critiques[8].

Box-office[modifier | modifier le code]

Man of Fire a rencontré un certain succès commercial au box-office, rapportant un total de 130 293 714 dollars de recettes mondiales, dont 77 911 774 dollars sur le territoire américain, alors que le budget initial du film était d'environ 70 millions de dollars[9]. En France, le film totalise 435 128 entrées[10].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]