Mamie Eisenhower

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Eisenhower.
Mamie Eisenhower
Mamie Eisenhower, le 30 mai 1954.
Mamie Eisenhower, le 30 mai 1954.
36e Première dame des États-Unis
20 janvier 1953 – 20 janvier 1961
Prédécesseur Bess Truman
Successeur Jacqueline Kennedy
Biographie
Nom de naissance Mamie Geneva Doud
Date de naissance 14 novembre 1896
Lieu de naissance Drapeau des États-Unis Boone, Iowa (États-Unis)
Date de décès 1er novembre 1979 (à 82 ans)
Lieu de décès Drapeau des États-Unis Washington D.C (États-Unis)
Conjoint Dwight Eisenhower
Enfants Doug Dwight (né en 1917, décédé en 1921)
John Sheldon (fils, né en 1922, décédé en 2013)

Mamie Geneva Doud Eisenhower, née le 14 novembre 1896 et décédée le 1er novembre 1979, est Première dame des États-Unis de 1953 à 1961 en tant que femme du président Dwight D. Eisenhower.

Biographie[modifier | modifier le code]

Naissance et enfance[modifier | modifier le code]

Née à Boone dans l'Iowa, Mamie Doud et sa famille sont partis d’Iowa quand elle avait sept ans. Son père, John Sheldon Doud, est déjà à la retraite à l’âge de 36 ans après avoir fait fortune dans l’abattage. Après avoir brièvement vécu à Pueblo au Colorado puis à Colorado Springs, les Doud ont emménagé à Denver. Mamie et ses trois sœurs ont grandi dans une grande maison avec plusieurs domestiques.

Mariage et famille[modifier | modifier le code]

L’hiver la famille rend visite aux cousins à San Antonio (Texas). Là, en 1915, au poste militaire, Mamie a fait la connaissance de Dwight D. Eisenhower, un jeune lieutenant. Ils se sont fiancés le jour de la Saint-Valentin 1916 ; ils se sont mariés chez Doud à Denver le 1er juillet.

Pendant plusieurs années la vie de Mamie Eisenhower suit le modèle des autres femmes d'officiers de l’armée : postes aux États-Unis, dans la Zone du canal de Panamá, en France, aux Philippines. Elle a estimé qu’elle a déménagé 27 fois en 37 années. Chaque fois, cela signifiait de l'avancement pour son mari, et aussi plus de responsabilités pour elle.

Leur premier fils Doud Dwight (surnommé Icky) est né en 1917, mais il est mort de la scarlatine en 1921. Un deuxième fils, John, est né en 1922 à Denver. Comme son père il a choisi une carrière militaire ; après il est devenu écrivain et ambassadeur américain en Belgique.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Mamie a habité à Washington. Après la guerre, les Eisenhower ont acheté une ferme à Gettysburg (Pennsylvanie).

Lors de son séjour à Alger en 1943, on prêta à Eisenhower une relation sentimentale avec Kay Summersby, une auxiliaire féminine britannique et ancien mannequin, qui lui servait de chauffeur. Mais Summersby n'en fit pas état lorsqu'elle rédigea en 1948 ses mémoires qui furent publiées sous le titre Eisenhower was my boss (éditeur Prentice-Hall, New York)[1]. C'est le président Roosevelt en personne qui s'opposa au divorce de son commandant en chef, par égard à toutes les veuves de guerre des armées des États-Unis[réf. nécessaire].

Première dame des États-Unis[modifier | modifier le code]

Le Président et Mme Eisenhower ont reçu plusieurs chefs d’État et ministres importants des gouvernements étrangers. Mamie était très célèbre pour son attitude amicale, son goût des vêtements et de la mode, ses bijoux et la fierté naturelle pour son mari. Elle était considérée comme l’épouse exemplaire des États-Unis des années 1950.

Mamie est connue pour ses économies domestiques, elle découpait des bons de réduction pour le personnel de la Maison-Blanche. Sa recette du fondant a été publiée par plusieurs journaux et magazines et elle était appréciée par de nombreuses ménagères américaines.

Vieillesse[modifier | modifier le code]

En 1961 les Eisenhower sont revenus à Gettysburg pour la retraite. Après le décès de son mari en 1969, Mamie continua d'habiter la ferme. Mamie Eisenhower meurt le 1er novembre 1979 à l’âge de 82 ans. Elle est enterrée aux côtés de son mari dans une petite chapelle au parc des archives Eisenhower à Abilene (Kansas).

Du fait qu'elle a passé son enfance à Denver, un parc au sud-est de la ville est nommé en son honneur.

Au cinéma[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alfred Salinas, Les Américains en Algérie 1942-1945, L'Harmattan, 2013, p. 131.