Mamert de Vienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mamert de Vienne
Image illustrative de l'article Mamert de Vienne
Mamert de Vienne, gravure extraite de Little Pictorial Lives of the Saints, Benzinger Brothers (1878)
archevêque de Vienne
Naissance avant 432
Décès 475 
Vienne
Nationalité Gallo-romain
Vénéré à Les Côtes-d'Arey, Le Grand-Serre, Montel-de-Gelat
Fête 11 mai

Mamert de Vienne ou saint Mamert (mort en 475), fut archevêque de Vienne.

Saint Mamert est l'un des trois saints de glace (avec saint Servais et saint Pancrace) ; il est célébré le 11 mai.

Histoire et tradition[modifier | modifier le code]

Frère du théologien et poète Claudien Mamert, il semble s'être distingué comme lui par son éducation littéraire, comme par sa science théologique.

Il devint évêque de Vienne en 452 et il entra en conflit avec l’archevêque d'Arles dont il contestait la suprématie, mais il dut se soumettre en 463.

Il introduisit en Gaule la procession des Rogations à partir de 470, afin de mettre fin à une série de calamités naturelles[1]. Mamert convoqua un synode à Vienne entre 471 et 475. Il assista au synode d’Arles de 473, où l'on jugeait la doctrine de la prédestination d'un prêcheur gaulois nommé Lucidus[2].

Son sarcophage, retrouvé dans les années 1860 est conservé dans l'ancienne église Saint-Pierre de Vienne, aujourd'hui musée archéologique Saint-Pierre.

Culte[modifier | modifier le code]

Mamert figure au Martyrologium Hieronymianum et au Martyrologium de Florus de Lyon à la date du 11 mai, qui demeure sa fête liturgique pour l’Église catholique[3].

Il existe une Chapelle Saint-Mamert sur la commune des Côtes d'Arey dans le département de l'Isère, ainsi qu'une église Saint-Mamert sur la commune de Le Grand-Serre, dans le département de la Drôme. Dans le Puy de Dôme, l'église gothique du Montel de Gelat est également dédiée à saint Mamert.

Dans l'ancienne église de l'abbaye Notre-Dame de Daoulas existait une chapelle Saint-Mémor (saint Mémor est assimilé localement par les habitants à saint Mamer)[4].

Il existe une Chapelle sur la commune de Condat en Combraille (Lieu-dit Saint Bard). Chaque année, le deuxième weekend de mai on célèbre la fête de Saint Mamert avec une messe en plein air et une procession.

Sur la commune de Plaissan dans l'Hérault (34), une chapelle Saint-Mamert est située au sommet d'une colline du même nom. L'édifice est en ruine.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ce fait est attesté par deux passages (V, xiv; VII, i) des Lettres de Sidoine Apollinaire, ainsi que par une homélie du successeur de Mamert à la tête de l'évêché de Vienne, Avit : Homilia de Rogationibus in Patrologia Latina, vol. LIX, p. 289-94.
  2. Cf. ce sujet la position de Fauste de Riez dans Jean-Jacques Ampère, Histoire littéraire de la France avant le douzième siècle, vol. 1, Paris, L. Hachette,‎ 1839, « XV - Semi-pélagianisme gaulois », p. 31
  3. Henri Quentin, Les martyrologes historiques, p. 348
  4. Léon Maître, Remarques sur les tombeaux percés d'une fenêtre, Revue archéologique, juillet 1916, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2036816/f288.image.r=Daoulas.langFR

Voir également[modifier | modifier le code]