Dendroaspis polylepis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Mamba noir)
Aller à : navigation, rechercher

Mamba noir

Dendroaspis polylepis

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Jeune Mamba noir en posture d'intimidation

Classification selon ReptileDB
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Reptilia
Sous-classe Lepidosauria
Ordre Squamata
Sous-ordre Serpentes
Infra-ordre Alethinophidia
Famille Elapidae
Genre Dendroaspis

Nom binominal

Dendroaspis polylepis
(Günther, 1864)

Synonymes

  • Dendraspis polylepis Günther, 1864
  • Dendraspis angusticeps Boulenger,1896
  • Dendraspis antinorii Peters, 1873
  • Dendroaspis polylepis antinori (Peters, 1873)

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Dendroaspis polylepis est une espèce de serpents de la famille des Elapidae[1]. En français, il est appelé Mamba noir.

Distribution[modifier | modifier le code]

Distribution de D. polylepis

Cette espèce se rencontre[1] :

Description[modifier | modifier le code]

Ce serpent venimeux doit son nom à la coloration noire de l'intérieur de sa bouche. La couleur de sa peau varie du jaune-vert au gris métallique.

Il est l'un des serpents venimeux les plus grands et les plus répandus d'Afrique.

Sa taille varie de 2,50 à 4 mètres de long avec parfois des individus de 4,30 m[2],[3].

Il est doté d'une grande agilité sur terre ou dans les arbres de la savane arborée où il vit. Il a aussi une grande longévité, un mamba noir peut vivre jusqu'à 20 ans.

Comportement[modifier | modifier le code]

C'est un animal diurne qui apprécie les zones boisées ou rocheuses et chasse activement.

Fait rare chez les ophidiens, il a un comportement territorial ; et s'il n'arrive que rarement que le mamba noir morde un humain, il peut se montrer agressif. Il lui arrive d'infliger plusieurs coups de crochets à sa victime lorsqu'il se sent menacé ou défend son territoire.

C’est le serpent le plus rapide des espèces connues, capable de se déplacer de 4,32 à 5,4 m par seconde soit entre 16 et 20 km/h[4].

Alimentation[modifier | modifier le code]

Ses proies favorites sont des oiseaux et des rongeurs, à l'occasion des œufs ou des serpents[2]. Lorsqu'il a trouvé une proie, il lui délivre une seule morsure et se replie, laissant le temps à la neurotoxine de son venin de la paralyser. Il a aussi une digestion relativement rapide aidé par la toxicité de son venin : environ une heure pour un rat.

Venin[modifier | modifier le code]

Le venin du mamba noir contient des neurotoxines et des cardiotoxines. Sa morsure inocule en général 100 à 120 mg de venin, mais cela peut aller jusqu'à 400 mg, 10 à 15 mg de son venin étant mortel pour un homme adulte qui succombe entre 10 et 20 minutes après l'injection. Par conséquent, la quantité de venin injectée en une seule morsure suffirait en théorie pour tuer entre 12 et 40 hommes.

La létalité de sa morsure dépend d'un certain nombre de facteurs, tels que la quantité de venin injectée et l'emplacement de la morsure. Cependant, si le venin atteint la circulation sanguine rapidement, les risques de mortalité augmentent drastiquement. Le premier symptôme d'une morsure est une douleur locale dans la zone de la morsure, cependant moins douloureuse que celle des serpents disposant d'un venin chargé d'hémotoxines. Puis la victime sent des fourmillements à ses extrémités, cligne des yeux, sa vision se rétrécit, elle se met à transpirer et à saliver de manière excessive, puis perd le contrôle de ses muscles (d'abord la bouche et la langue). Si la victime ne reçoit pas de soins appropriés très rapidement, les symptômes progressent, et elle éprouve alors des nausées, perd son souffle, est confuse, a des problèmes pour respirer et se paralyse. Elle peut éventuellement être prise de convulsions, d'un arrêt respiratoire, d'un coma, ou mourir de la suffocation résultant de la paralysie des muscles respiratoires.

Bien qu'avec un traitement il soit possible de soigner 99 % des victimes, si la morsure n'est pas traitée, le taux de mortalité est de 100 %. La paralysie causée par le venin n'est pas permanente, bien que la victime ait besoin de respirer artificiellement jusqu'à ce que son propre système immunitaire ait complètement nettoyé le sang de toute trace du venin.

[réf. nécessaire]

On a découvert que le venin de ce serpent contient des peptides (dénommées mambalgines) qui possèdent des propriétés analgésiques sans neurotoxicité sur la souris. Les principes de fonctionnement de la douleur étant semblables chez les souris et les hommes, les scientifiques pensent pouvoir arriver à produire des anti-douleurs aussi puissants que les dérivés morphiniques, sans les effets secondaires de ceux-ci[5].

Prédateurs[modifier | modifier le code]

Le Mamba noir a peu de prédateurs naturels à l'âge adulte. Néanmoins, il peut être la proie de la mangouste[6], d'autres serpents ou d'oiseaux de proie comme le Messager sagittaire et les Circaètes[7]. Les juvéniles peuvent également être la proie du Calao à bec rouge, du serpent Gonionotophis capensis ou même de poissons comme le Mérou géant[8].

Liste des sous-espèces[modifier | modifier le code]

Selon Reptarium Reptile Database (13 mai 2014)[9] :

  • Dendroaspis polylepis polylepis (Günther, 1864)
  • Dendroaspis polylepis antinorii (Peters, 1873)

Galerie[modifier | modifier le code]

Publications originales[modifier | modifier le code]

  • Günther, 1864 : Report on a collection of reptiles and fishes made by Dr Kirk in the Zambesi and Nyassa Regions. Proceedings of the Zoological Society of London, vol. 1864, p. 303-314 (texte intégral).
  • Peters, 1873 : Über Zwei Giftschlangen aus Afrika und über neue oder weniger bekannte Gattungen und Arten von Batrachiern. Monatsberichte der Königlich Preussischen Akademie der Wissenschaften zu Berlin, vol. 1873, p. 411-418 (texte intégral).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]