Maman (Bourgeois)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Maman (sculpture))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maman.
Maman
Image illustrative de l'article Maman (Bourgeois)
Exemplaire en bronze devant le musée des beaux-arts du Canada à Ottawa.
Artiste Louise Bourgeois
Date 1999
Technique Acier inoxydable ou bronze (cela dépend des exemplaires), marbre pour les œufs
Dimensions (H × L) ~ 10 × ~ 9 m
Localisation Plusieurs endroits dans le monde (localisation multiple)

Maman est une sculpture de la plasticienne Louise Bourgeois. Dédiée à la mère de l'artiste, elle prend la forme d'une gigantesque araignée.

Description[modifier | modifier le code]

La sculpture représente une araignée monumentale, d'environ 10 m de hauteur pour autant de large. Son abdomen et son thorax sont, dans la plupart des versions, en bronze[1]. Sous son corps, elle comporte un sac contenant 26 œufs en marbre. Les extrémités des huit pattes de l'araignée sont les seuls points de contact de la sculpture avec le sol, et les pattes s'élancent ensuite presque à la verticale, avant d'obliquer sous l'horizontale pour rejoindre le reste du corps de l'animal.

Historique[modifier | modifier le code]

La sculpture est commandée à Louise Bourgeois pour sa participation inaugurale aux Unilever Series en 1999, et exposée dans le vaste Turbine Hall de la Tate Modern à Londres, Royaume-Uni.

Maman reprend le thème de l'araignée que Bourgeois avait déjà contemplé dans un petit dessin à l'encre et au charbon en 1947[1]. L'œuvre fait référence à la forme de la mère de Bourgeois et inclut des métaphores de filage, tissage, soin et protection[2]. La mère de Louise Bourgeois, Joséphine Bourgeois, réparait des tapisseries dans l'atelier de restauration textile de son mari à Paris[1]. Louise Bourgeois a perdu sa mère à 21 ans et, quelques jours plus tard, a tenté de mettre fin à ses jours en se jetant dans la Bièvre devant son père (qui l'a secourue)[3]. Selon les propres termes de l'artiste : « L'araignée est une ode à ma mère. Elle était ma meilleure amie. Comme une araignée, ma mère était une tisserande. Ma famille était dans le métier de la restauration de tapisserie et ma mère avait la charge de l'atelier. Comme les araignées, ma mère était très intelligente. Les araignées sont des présences amicales qui dévorent les moustiques. Nous savons que les moustiques propagent les maladies et sont donc indésirables. Par conséquent, les araignées sont bénéfiques et protectrices, comme ma mère. »[2]

Exemplaires[modifier | modifier le code]

Tate Modern, Londres[modifier | modifier le code]

Maman est exposée pour la première fois en 2000 à l'extérieur de la Tate à Londres, au Royaume-Uni.

Cette version est la seule en acier inoxydable. Initialement en prêt à long-terme, elle est acquise par la Tate en 2008[2]

Kemper Museum of Contemporary Art, Kansas City[modifier | modifier le code]

Musée des beaux-arts du Canada, Ottawa[modifier | modifier le code]

Le musée des beaux-arts du Canada à Ottawa acquiert la sculpture en 2005 pour 3,2 million de dollars. À l'époque, le prix est considéré excessif par certains critiques, puisqu'il s'agit du tiers du budget annuel du musée[4].

Musée de l'Ermitage, Saint-Pétersbourg[modifier | modifier le code]

Musée Guggenheim, Bilbao[modifier | modifier le code]

Musée d'art Mori, Tokyo[modifier | modifier le code]

Leeum, Séoul[modifier | modifier le code]

Qatar National Convention Center, Doha[modifier | modifier le code]

La sculpture est installée en 2012 au Qatar National Convention Center de Doha, Qatar. Elle est le centre de la première exposition des œuvres de Bourgeois au Moyen-Orient[5],[6].

Pappajohn Sculpture Park, Des Moines[modifier | modifier le code]

Le moulage de bronze est l'une des 16 sculptures initialement données au Des Moines Art Center par John et Mary Pappajohn[7],[8].

Installations temporaires[modifier | modifier le code]

Des moulages en bronze de Maman ont été temporairement installés dans les lieux suivants :

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) « Louise Bourgeois, Spider (1996) », Christie's,‎ 8 novembre 2011
  2. a, b et c (en) « Tate acquires Louise Bourgeois’s giant spider, Maman », Tate
  3. (fr) « Louise Bourgeois, 5 mars - 2 juin 2008 », Centre Pompidou
  4. (en) M. Bruneau, « Home To Maman: getting to know the mother of all sculptures in the Ottawa landscape »
  5. (en) « Louise Bourgeois Solo Show to Open in Qatar », Galerist NY,‎ 19 janvier 2012
  6. (en) « Louise Bourgeois: Conscious and Unconscious », Qatar Museums Authority
  7. (en) gateway/pappajohn sculpture park.php « John and Mary Pappajohn Sculpture Park »
  8. (en) B. Rubiner, « Cure for Urban Blight: Plant Lots of Sculpture », The New York Times,‎ 30 octobre 2009
  9. (es) A. de Arteaga, « Una araña gigante en La Boca », La Nacion,‎ 13 février 2011