Malleray

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Malleray (homonymie).
Malleray
Blason de Malleray
Héraldique
Vue du village de Malleray.
Vue du village de Malleray.
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Berne
Arrondissement Jura bernois
communes limitrophes
(voir carte)
Reconvilier, Loveresse, Pontenet, Souboz, Champoz, Bévilard, Péry
Maire Roberto Bernasconi (PS) est élu le 26 septembre 2010.
Code postal 2735
N° OFS 0697
Démographie
Gentilé Les Thiaulaires[1]
Population 1 972 hab. (31 décembre 2013)
Densité 192 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 14′ 20″ N 7° 16′ 15″ E / 47.238887, 7.27084547° 14′ 20″ Nord 7° 16′ 15″ Est / 47.238887, 7.270845  
Altitude 699 m
Superficie 1 026 ha = 10,26 km2
Divers
Langue Français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Berne

Voir sur la carte administrative du Canton de Berne
City locator 14.svg
Malleray

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Malleray

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Malleray
Liens
Site web www.malleray.ch
Sources
Référence population suisse[2]
Référence superficie suisse[3]

Malleray est une commune suisse du canton de Berne, située dans l'arrondissement administratif du Jura bernois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Malleray se situe dans la vallée de Tavannes, orientée d’ouest en est, où coule la Birse, affluent du Rhin. Elle se situe entre deux montagnes boisées, le mont Moron (1 336 m) au nord, plus haut sommet de la commune, et le Montoz (1 328 m) au sud. Comme les autres villages de la vallée, Malleray est construit sur les bords de la Birse, à environ 700 m d'altitude, et s'est développé le long de la route 6.

Accès[modifier | modifier le code]

Accès ferroviaires[modifier | modifier le code]

Malleray est située sur la ligne ferroviaire Sonceboz-Sombeval – Moutier (– Solothurn). La gare de Malleray-Bévilard est commune aux deux villages attenants qui forment une petite agglomération. - Tous renseignements peuvent être obtenu au numéro téléphone 0900 300 300. - Gare de Malleray-Bévilard non adaptée aux personnes à mobilité réduite. - Automatisation de la ligne ferroviaire programmée en 2019, avec la conséquence de la suppression du personnel en gare.

Accès routiers[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la route 30 (E27) qui prend le nom de Grand'Rue dans la traversée du village. Le trafic de celle-ci sera désengorgé à la suite de la future mise en service du tronçon autoroutier Loveresse-Court (A16).

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune apparaît pour la première fois en 1148 dans une citation du pape Eugène III.

De 1797 à 1815, Malleray a fait partie de la France, au sein du département du Mont-Terrible, puis, à partir de 1800, du département du Haut-Rhin, auquel le département du Mont-Terrible fut rattaché. Par décision du congrès de Vienne, le territoire de l’ancien évêché de Bâle fut attribué au canton de Berne, en 1815.

En novembre 2000, le corps électoral de Malleray a accepté une fusion avec la commune voisine de Bévilard, mais le projet ne s’est pas concrétisé, les citoyennes et citoyens de Bévilard s’y étant opposés à la même date.

Le 22 septembre 2013, le projet de fusion dans Valbirse avec les communes de Bévilard, Court, Pontenet et Sorvilier est refusé suite au rejet de Court[4]. Un nouveau vote de fusion avec Bévilard et Pontenet est accepté le 18 mai 2014[5]. La commune de Valbirse verra le jour le 1er janvier 2014.

Les familles Faigaux, Bueche, Blanchard, Miche, Jabas et Garraux sont originaires de Malleray.

Économie[modifier | modifier le code]

Jusqu'à la deuxième moitié du XIXe siècle Malleray est demeuré un village rural, voué exclusivement aux professions paysannes et artisanales L'apparition de l'industrie est allée de pair avec l’ouverture de la ligne de chemin-de-fer Bienne-Moutier, en 1876.

Cette phase d'industrialisation s’est caractérisée par l’ouverture de nombreux ateliers de petite mécanique et d’horlogerie. Aujourd'hui, plusieurs entreprises de ces secteurs sont en plein essor, comme Daniel Charpilloz DC Swiss (fabrique d’outils de précision), Affolter (pignons d’horlogerie, machine-outil de taillage CNC), José Gerber SA (tôlerie industrielle) ou Sylvac SA (instruments de mesure).

Manifestations[modifier | modifier le code]

  • Open air de cinéma
  • Fête du village (1x tous les deux ans, en alternance avec le village voisin de Bévilard)

Personnalités[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La Tour de Moron[modifier | modifier le code]

Tour de Moron
Article détaillé : Tour de Moron.

La Tour de Moron, conçue par Mario Botta et construite entre 2000 et 2004 par 600 apprentis maçons de Suisse dans le cadre de leur formation. Une table d'orientation existe au sommet de la tour. Elle permet de nommer tous les sommets des alentours.

Architecture sacrée[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Souboz Souboz Souboz Rose des vents
Pontenet,
Loveresse
N Bévilard
O    Malleray    E
S
Reconvilier,
Péry
Péry Péry

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles Frey, Histoire et chronique de Malleray, Malleray,‎ 1979
  • Jean-Pierre Faigaux, Journal de J.-P. Faigaux de Malleray, Porrentruy,‎ 1914

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les Armoiries jurassiennes, Delémont, Les fils de Paul Boéchat,‎ 1918, 17 p.
  2. « Population résidante permanente et non permanente selon les niveaux géographiques institutionnels, le sexe, l'état civil et le lieu de naissance », sur Office fédéral de la Statistique.
  3. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  4. La création de la commune de Valbirse refusée dans le Jura bernois, RTS info, consulté le 18 mai 2014
  5. La commune de Valbirse est née!, Radio Jura bernois, consulté le 18 mai 2014

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]