Malika Belbey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Malika Belbey est une comédienne algérienne, née à Tiaret, dans les Hauts Plateaux de l'Ouest de l'Algérie, elle est diplômée en art dramatique à l'institut supérieur des arts dramatiques d'Alger.

Biographie[modifier | modifier le code]

En tant qu'étudiante, Malika Belbey joue dans plusieurs pièces de théâtres dont la première est Nedjma de Kateb Yacine mise en scène par Ziani Cherif en 2003 au théâtre national d'Alger. La pièce est réalisée en langue française et a marqué le début de sa carrière professionnelle avec une tournée de plus de 30 représentations entre l'Algérie et la France (Théâtre du Vieux-Colombier, La Criée, et plusieurs autres scènes nationales.).

Cette pièce est suivie par une autre pièce en Français, La pluie, texte adapté du roman de Rachid Boudjedra, adapté au théâtre et mis en scène par Antoine Caubet à l'Institut du monde arabe en 2004. Vient également La main damnée, avec un texte et une mise en scène de Dalila Oukili, une coproduction de la compagnie Les évadées et le Théâtre Nationale Algérien.

En 2005, elle joue Les Justes d'Albert Camus, mise en scène Kheïreddine Lardjame et produit par le CCF d'Oran. Cette pièce est le début d'une étroite collaboration avec ce jeune metteur en scène, qui a donné naissance à d'autre spectacles, notamment: La pluie de Rachid Boudjedra mais adapté par Eddy Palaro en 2007/2008 au forum de Blanc Mesnil, et bleu banc vert de Maïssa Bey adapté par Christophe Martin en 2009/2010 à la Comédie de Valence et la compagnie Eladjouad.

Au théâtre Nationale d'Alger, La grotte éclatée est sa dernière pièce, adaptée du roman de Yamina Mechakra par Haïdar Benhoucine en langue arabe et mise en scène par Ahmed Ben Issa en 2007.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Elle est nominée et primée au Fennec d'or sur plusieurs productions algériennes TV depuis 2005.

  • meilleur second rôle féminin en 2006.
  • meilleur interprétation féminine en 2008.
  • Honoré a la 13 édition du festival des radios et télévisions arabes en 2007.

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Morituri, de Okacha Touita.
  • Baraket, de Djamila Sahraoui.
  • Le dernier passager, court métrage de Mounes Khemar
  • Point final 1er novembre 1954, Docufiction de Ahmed Rachedi

Références[modifier | modifier le code]