Malik al-Mansour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Arabic albayancalligraphy.svg Cette page contient des caractères arabes. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Al-Mansur.

Al-Malik al-Mansûr Nâsir ad-Dîn Muhammad ben `Imâd ad-Dîn `Uthmân[1] (1188 † après 1216), nom raccourci par les Francs en Malik al-Mansour ou Al-Mansûr Nâsir ad-Dîn, est un sultan ayyoubide d'Égypte de 1198 à 1201, fils du sultan Al-`Aziz `Imâd ad-Dîn `Uthmân et petit-fils de Saladin.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père, le sultan Al-`Aziz `Imâd ad-Dîn `Uthmân, meurt le 29 novembre 1198 des suites d’une chute de cheval au cours d’une chasse au loup dans le voisinage des Pyramides et Al-Mansûr Nâsir ad-Dîn lui succède. Comme il n'a que neuf ans au moment de cette succession, la régence est assurée par l'atabek Baha Al-Din Karakouch. Mais la cour égyptienne craint les ambitions d’Al-Adel, frère de Saladin et sultan de Damas, et fait appel à son oncle Al-Afdhal Nûr ad-Dîn Alî, ancien sultan de Damas écarté par Al-Adel, qui se rend en Égypte où il arrive en janvier 1199 et y évince l'atabek pour prendre sa place[2].

Il tente de profiter de l’éloignement d’Al-Adel, qui se trouvait à Mardin, pour tenter d’assiéger Damas, mais Al-Adel le devance et arrive à Damas le 8 juin 1199. Al-Afdhal, aidé par son frère El-Malik ed-Zahir Ghazi, émir d’Alep, se présente avec son armée devant Damas le 14 juin 1199. Les deux frères temporisent, Al-Adel réussit à circonvenir une partie de leurs émirs, puis à semer la mésentente entre les deux frères qui abandonnent le siège au bout de six mois[3].

De retour en Égypte, Al-Afdhal disperse imprudemment son armée. Al-Adil se rend peu après en Égypte, défait les maigres forces de Bilbéis et reçoit au Caire la soumission du sultan le 5 février 1200. Al-Afdhal renonce alors au gouvernement de l’Égypte, et quitte le pays pour rejoindre son fief de Hauran. Il dépose son petit-neveu Malik al-Mansour et le fait gouverneur d’Édesse, titre probablement nominal en raison de son jeune âge[3].

Mais Malik al-Mansour préfère se réfugier chez son oncle Malik al-Zahir, émir d’Alep. En 1216, ce dernier, mourant décide que si ses deux fils décédaient sans enfant, l’héritier serait Malik Al-Mansour[4]. On ignore ce qu’il est ensuite devenu.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. arabe : nāṣir ad-dīn, al-malik al-manṣūr muḥammad ben ʿimād ad-dīn ʿuṯmān,
    ناصر الدين "الملك المنصور" محمد بن عماد الدين عثمان
  2. Grousset 1936, p. 198.
  3. a et b Grousset 1936, p. 198-9.
  4. Foundation for Medieval Genealogy

Annexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]