Malik Mezzadri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Magic Malik

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Malik Mezzadri en 2007

Informations générales
Nom de naissance Malik Mezzadri
Naissance 1969 (44-45 ans)
Genre musical Jazz
Instruments Flûte traversière
Labels Label Bleu, Bee Jazz
Site officiel myspace.com/magicmalikorchestra

Magic Malik (Malik Mezzadri) est un flûtiste de jazz français né en 1969 à Abidjan en Côte d'Ivoire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Malik Mezzadri grandit à Pointe-à-Pitre en Guadeloupe, où il commence la flûte à bec et la flûte traversière à l'âge de 6 ans[1]. À 13 ans il apprend la flûte avec Marc Rovelas qui lui fait découvrir Bach, Xenakis, Ravel ou encore Stockhausen[1].

À 17 ans, il quitte la Guadeloupe pour Marseille et sort diplômé du conservatoire de Marseille avec le premier prix de flûte[2]. Il découvre le jazz à cette même époque.

Dès sa sortie du conservatoire, il a l'occasion de jouer dans le groupe de reggae Human Spirit dans lequel il reste pendant 10 ans[2].

Malik Mezzadri multiplie alors les collaborations en tant que flûtiste-arrangeur avec Lio, Teri Moise, Laurent Garnier, Saint Germain, Dj Gilb'R, FFF[1].

En 1992 il fonde son premier Magic Malik Orchestra qui enregistre la même année sa première maquette qui paraîtra en 1997 sous le titre HWI Project chez Salam Aleikum avec 13 musiciens[1].

Il rencontre ensuite Julien Lourau qui tourne avec sa propre formation : le Groove Gang. En 1998 il participe à l'album City Boom Boom et intègre le Groove Gang. En 1999, Malik accompagne le Groove Gang pour une tournée de plusieurs mois entre l'Amérique du Sud et l'Afrique[1].

En 2000, il décide de se lancer dans un projet d’album sous son nom et reforme un Magic Malik Orchestra. Il enregistre alors l'album 69 96 chez Label Bleu[1].

En 2003 Malik sort son double album intitulé 00-237 XP-1. Le premier disque présente un échantillon de son répertoire dans la lignée de l'album précédent mais plus jazz et plus complexe. Sur le second volume, XP-1, Malik dévoile ses premières tentatives d’échafauder une langue personnelle, cachées derrière le nom de code XP. Steve Coleman, intéressé par la démarche musicale de Malik, apparaît même sur une plage de l'album avant d’inviter Malik à le rejoindre sur l’album On the Rising of the 64 Paths[3].

En 2004, il propose avec le Magic Malik Orchestra un album intitulé 13 XP Song's Book : treize chansons célèbres ou non vues sous le prisme de Malik[3].

Malik enregistre et écrit avec de nombreux musiciens de la nouvelle génération : -M-, Bumcello, Camille, Pierrick Pedron, Aka Moon, Booster. Plus récemment il a également collaboré avec Hocus Pocus, Air, Oumou Sangaré[1].

En 2007, il compose la musique du film franco-haïtien Mange, ceci est mon corps.

En 2008, il sort un nouvel album intitulé Saoule en quintet. Et en 2010 il enregistre pour la première fois en quartet, l'album Short Cuts chez Bee Jazz[4].

L'originalité de Magic Malik, outre une technique peu commune, est son jeu exubérant et l'utilisation de nombreux cris et chantonnements dans sa flûte, appelé growl. À ce titre, il peut être considéré comme un héritier indirect de Roland Kirk[réf. nécessaire].

En mai 2010, il obtient avec le musicien et compositeur Gilbert Nouno une résidence d'un an à la villa Médicis à Rome[5].

En mars 2014, il se produit en ouverture du festival Chorus des Hauts-de-Seine[6] en duo avec DJ Oil.

Discographie[modifier | modifier le code]

En leader[modifier | modifier le code]

  • Magic Malik, HWI Project, Salam Aleikum, 1997
  • Magic Malik Orchestra, 69 96, Label Bleu, 2000
  • Magic Malik Orchestra, 00-237 / XP-1, Label Bleu, 2003
  • Magic Malik Orchestra, 13 xp's songs, Label Bleu, 2004
  • Magic Malik Orchestra, XP2, Label Bleu, 2005
  • Magic Malik, Minino Garay & Jaime Torres, Altiplano, Accords croisés, 2008.
  • Magic Malik Orchestra, Saoule, Label Bleu, 2008.
  • Magic Malik Orchestra, Bingo, Odduara Music, 2009
  • Magic Malik, Short Cuts, Bee Jazz, 2011.
  • Magic Malik, Alternate Steps, Bee Jazz, 2012.
  • Magic Malik, Tranz Denied, Bee Jazz, 2013.

En sideman[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g Myspace de Magic Malik
  2. a et b Article Jazz Break
  3. a et b Présentation de Magic Malik
  4. Article Citizen Jazz
  5. Querelle des musiques à la villa Médicis dans Le Monde du 10 juin 2010
  6. Site Officiel du festival Chorus des Hauts-de-Seine