Malicia (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Malicia.

Malicia

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Laura Antonelli dans le rôle d'Angela La Barbera

Titre original Malizia
Réalisation Salvatore Samperi
Scénario Ottavio Jemma
Salvatore Samperi
Alessandro Parenzo
Acteurs principaux

Laura Antonelli (Angela)
Turi Ferro (Ignazio)
Alessandro Momo (Nino)

Sociétés de production Clementelli-Clesi Cinematografica
Pays d’origine Italie
Genre Comédie
érotique
Sortie 1973
Durée 98 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Malicia (Malizia) est un film italien réalisé par Salvatore Samperi et sorti en 1973.

Avec plus de 5 milliards de lires[1] de recette au box-office, le film a été l'un des plus grands succès des comédies érotiques à l'italienne et a servi de modèle à de nombreux films du genre. Ce fut le plus grand succès commercial de Salvatore Samperi et l’affirmation de Laura Antonelli comme icône du cinéma érotique.

Synopsis[modifier | modifier le code]

À Acireale dans la province de Catane en Sicile, années soixante. Le marchand de vêtements Ignazio La Brocca, veuf avec trois enfants, prend une nouvelle bonne à tout faire, Angela, qui débute le jour même de l'enterrement de sa femme. Ignacio constate au fil des jours qu’Angela assure un service épatant. De plus, elle a des manières modestes et aussi un corps parfait. La femme idéale pour se remarier, en somme !

La maison se remplit de gaieté, mais bien vite, Angela suscite l'intérêt des deux jeunes gens les plus âgés de la famille. Anthony l'aîné, dix-huit ans, voit ses avances repoussées. Nino, dans les quatorze ans, tombe profondément amoureux de la jeune femme mais constate aussi les intentions de son père et n’a alors de cesse d’essayer de les entraver. Il affirme qu’il a des cauchemars, qu'il voit des apparitions du fantôme de sa mère, déclenchant des cris et des pleurs, toutes les nuits. Il use même de son influence pour gagner l’opposition de sa grand-mère maternelle au mariage. Ignazio, obtient finalement le consentement de sa mère. Une nuit d'orage, alors qu'Ignazio est absent de la maison, Angela, mise à bout par l’escalade des jeux érotiques auxquels Nino l’a forcée, se plie finalement à la volonté du garçon et se donne entièrement à lui. Guéri de son obsession, l'adolescent renonce à toute entrave au mariage d’Ignazio et d’Angela, qui peut enfin être célébré.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Les suites du film[modifier | modifier le code]

  • L'année qui suivit le succès de Malicia, Salvatore Samperi tourna un film analogue, Péché véniel (Peccato veniale), dans lequel il reprit les mêmes acteurs (Laura Antonelli et Alessandro Momo), les mêmes auteurs (Ottavio Jemma et Alessandro Parenzo) et le même compositeur (Fred Bongusto).
  • En 1991, presque vingt ans après, était produit Malicia 2000, avec le même réalisateur et les mêmes principaux acteurs. Le film fut jugé « pathétique et embarrassant »[3], et se révéla un échec total au box-office. Pour l’occasion, Laura Antonelli avait utilisé des produits au collagène censés faire disparaître les rides, préconisés par un chirurgien esthétique, qui provoquèrent de graves réactions allergiques.

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Calice d'Or (Grolla d'oro) 1973 meilleure actrice principale (Laura Antonelli)
  • Ruban d'argent (Nastri d'argente) 1974 meilleure actrice (Laura Antonelli)
  • Ruban d'argent 1974 meilleur second rôle (Turi Ferro)
  • Ruban d'argent 1974 meilleurs costumes (Ezio Altieri)

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Marco Giusti, Dizionario dei film italiani stracult, Milan, Sperling & Kupfer, coll. « Varia »,‎ 1999, 883 p. (ISBN 88-200-2919-7 et 978-88-200-2919-7, OCLC 42911326), p. 433.
  2. (it) Paolo Mereghetti (dir.), Il Mereghetti : dizionario dei film 2008, Milan, Baldini Castoldi Dalai,‎ 2007 (ISBN 88-6073-186-0 et 978-88-6073-186-9, OCLC 799808918), p. 1801.
  3. (it) Laura Morandini, Luisa Morandini et Morando Morandini, Il Morandini : dizionario dei film, 2000, Bologne, Zanichelli,‎ 1999, 2e éd., 1823 p. (ISBN 88-08-02189-0 et 978-88-08-02189-2, OCLC 43311611), p. 747.

Source de traduction[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]