Malek Boutih

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Malek Boutih
Image illustrative de l'article Malek Boutih
Fonctions
Député de la 10e circonscription de l’Essonne
En fonction depuis le 20 juin 2012
Élection 17 juin 2012
Prédécesseur Julien Dray
Secrétaire national du Parti socialiste
chargé des questions de société
20032008
Successeur Najat Vallaud-Belkacem
Président de l'association SOS Racisme
19992003
Prédécesseur Fodé Sylla
Successeur Dominique Sopo
Biographie
Nom de naissance Abdelmalek Boutih
Date de naissance 27 octobre 1964 (49 ans)
Lieu de naissance Neuilly-sur-Seine (France)
Nationalité Française
Parti politique PS
Diplômé de École supérieure de journalisme de Paris

Malek Boutih, de son nom complet Abdelmalek Boutih, né le 27 octobre 1964 à Neuilly-sur-Seine, est un homme politique français. Président de SOS Racisme de 1999 à 2003, il a été secrétaire national du Parti socialiste chargé des questions de société de 2003 à 2008 et est membre du bureau national. Candidat du Parti socialiste aux élections législatives de juin 2012 dans la dixième circonscription de l'Essonne, Malek Boutih est élu le 17 juin 2012.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines, famille et études[modifier | modifier le code]

Il est issu d'une famille algérienne. Après des études de droit à la faculté de Nanterre et à l'École supérieure de journalisme de Paris, il s'engage dans le militantisme et la vie associative. Il participe en 1983 à la Marche pour l'égalité. Il entre à SOS Racisme en 1984, en devient le vice-président de 1985 à 1992, fonde la Maison des Potes de Grigny, l'association Banlieues du Monde[1] (1995). Il est rédacteur en chef du journal Pote à Pote pendant plusieurs années.

SOS Racisme[modifier | modifier le code]

Son mandat à la tête de SOS Racisme est marqué par la création du test de discrimination[2] et les premières condamnations dans des procès contre les discriminations raciales à l'embauche, au logement et à l'entrée de boîtes de nuit. Sa plus grande victoire étant sûrement la validation de la pratique du test de discrimination, par la Cour de cassation[3]. Dans la lutte contre le racisme et ses racines, il mise sur l'éducation[4] et s'attaque aux ghettos urbains avec deux priorités : brasser les populations et lutter contre la violence. Enfin, il a été l'un des premiers en 2002 à sonner l'alerte sur la montée de l’antisémitisme en France, sous couleur d’antisionisme[5].

Il prend position contre le communautarisme[6] et la discrimination positive. Il déclare : « En France, les minorités ça n’existe pas ! Nous ne sommes pas une espèce menacée. Et si on se met à parler l’arabe ou le mandingue, le breton ou le corse, on fera exploser la communauté nationale. La France, c’est la baguette, le vin, le fromage, et maintenant le couscous, plus « Liberté, égalité, fraternité ». Il y a deux cent ans, nous avons pris une longueur d’avance en fabriquant une identité nationale politique et non ethnique. »[7] L'entrée en vigueur du traité de Lisbonne, le 1er décembre 2009, fournit maintenant une base légale pour la protection des minorités en Europe et par conséquent en France.

Pour Malek Boutih, les enfants d'immigrés ont pris pied dans la société française. Ils sont Français. Affirmer cette nationalité constitue une sorte de mot d'ordre politique destiné à cette génération. Par là, il entend persuader des jeunes qui sont français, mais que l'on convainc, par des signes qu'on leur renvoie (ils sont Blacks, ils sont Beurs...), qu'ils ne sont pas français, voire qu'ils ne peuvent prétendre à l'être. Selon lui, il faut que la France reconnaisse enfin que l'intégration a bel et bien eu lieu et qu'elle est métissée. Il fustige les extrémismes religieux[8].

Dans son mandat à la tête de SOS Racisme, il a mené régulièrement un combat contre la violence dans les banlieues qu'il qualifie d'« autodestructrice et nihiliste » dans ses Propositions pour un véritable Plan Marshall pour les Banlieues[9] parce qu'elle empêche l'émancipation d'une génération et l'envoie à l'échec. Il refuse de cautionner la violence comme étant la seule issue face à la marginalisation et y préfère les luttes politiques, syndicales et associatives. Seul l'engagement de cette génération permettra selon lui de faire échec à la spirale de la violence et aux discriminations ethniques et géographiques qu'elle subirait.

Parti socialiste[modifier | modifier le code]

Membre depuis 1986 du Parti socialiste, à la fin de son mandat à la tête de SOS Racisme, il est nommé à la direction nationale après le congrès de Dijon en 2003 en qualité de secrétaire national aux Questions de société, fonction qui n'existait pas auparavant et sans avoir exercé de mandats électifs. Cet attribut sera renouvelé au congrès du Mans (2005). Il est chargé de l'immigration, de la lutte contre le racisme, le sida et les toxicomanies.

Il écrit un rapport sur l'immigration, Une nouvelle politique de l'immigration[10] (2004), commandé par la direction nationale du PS afin de donner une ligne officielle sur le sujet. Son objectif est de convaincre l’opinion publique que l’immigration est un apport essentiel à la France quand elle est véritablement contrôlée et organisée. Il s'y prononce pour des quotas inscrits dans une logique de codéveloppement afin de créer une filière légale d'immigration et de réguler les flux migratoires. Ce rapport a été dissimulé par la direction du PS[11].

Depuis le congrès du Mans, face à la crise sociale et identitaire du pays, il défend l'idéal de « République métissée »[12](2005). Selon lui, c’est la République métissée qui doit être le nouveau drapeau et rassembler l’ensemble de la population française. Une République qui peut faire de ce pays, non pas celui qui est montré du doigt parce qu’il y aurait des violences, mais celui qui, fidèle à la tradition historique, rouvre une nouvelle page de son histoire qui permette de rassembler les peuples, d’ouvrir un espoir dans le monde qui soit une autre voie que celle du choc des civilisations, du cahier des charges des religions, du choc des différences, mais plutôt celle du rassemblement des espérances. Il pense en effet que la République est un concept qui ne peut rester figé et qu'elle doit tendre vers un idéal qui allie la tradition de ce qui a de plus beau dans l’histoire française, l’histoire républicaine, mais qui se tourne aussi vers l’avenir, qui assume la place de la France dans le monde, qui assume les nouvelles générations de Français, qui assume la diversité non pas comme un handicap mais comme une richesse.

Dans son rapport sur les toxicomanies, Cannabis : contrôler l’usage pour protéger les citoyens[13] (2006), Malek Boutih prône la reprise du marché par la puissance publique afin de lutter contre la mafia, le cannabis étant selon lui « la clé de voûte de la ghettoïsation et de l’insécurité dans les quartiers populaires ». Cette idée a été reprise par le projet du Parti socialiste pour 2007 sous la forme de « régulation publique ».

Proche de Julien Dray, il soutient dès 2006 la candidature de Ségolène Royal à l'investiture PS pour l'élection présidentielle française de 2007. Le nouveau président de la République française, Nicolas Sarkozy, le sollicite afin qu'il entre dans son gouvernement, ce qu'il refuse[14] en affirmant qu'il n'est pas question pour lui de « prendre des responsabilités dans ce gouvernement », tout en soulignant « le respect réciproque » qui caractérise sa relation à Nicolas Sarkozy.

Non reconduit au secrétariat national du PS en décembre 2008, il est sommé le 25 janvier 2009 par Pouria Amirshahi de clarifier son attitude après ses critiques contre le plan anti-crise du PS et ses nombreux éloges à Nicolas Sarkozy : « Que Malek Boutih choisisse son camp »[15].

Législatives de juin 2007 dans la 4e circonscription de la Charente[modifier | modifier le code]

Malek Boutih a été investi dans la quatrième circonscription de la Charente pour les législatives de 2007 le 1er juillet 2006 lors de la convention nationale du Parti socialiste.

La quasi-totalité des élus socialistes du département ont fait savoir publiquement leur hostilité à cette candidature et leur volonté de la contrer dans la mesure où il s'agissait d'un parachutage[16]. Le 1er secrétaire fédéral avait en effet organisé dans la circonscription un vote consultatif entre Martine Pinville et Jeanne Filloux, avant que Malek Boutih ne soit investi. Désignée par les militants, Martine Pinville a choisi de maintenir sa candidature sans le soutien officiel du PS, dont elle a été exclue lors du bureau national du 22 mai 2007, tout comme son suppléant, le député PS sortant Jean-Claude Beauchaud.

Il est éliminé dès le premier tour des législatives du 10 juin 2007 : il arrive troisième avec 15,65 % des suffrages (9,54 % des inscrits, alors qu'il faut obtenir 12,5 % des inscrits pour pouvoir se maintenir au second tour), derrière le maire UMP d'Angoulême Philippe Mottet (35,58 % des suffrages exprimés) et la socialiste dissidente Martine Pinville (21,04 %, soit 13 % des inscrits). Boutih accuse nommément le premier secrétaire François Hollande de l'avoir « envoyé au casse-pipe »[17]. Au second tour, le Parti socialiste soutient finalement Martine Pinville qui est élue avec 57,03 % des suffrages.

Il estime avoir été battu par son propre parti[11] et critique sévèrement les dirigeants du PS « qui forment un cénacle qui n'aime pas la société telle qu'elle est, qui ne s'y projette pas et qui garde la mélancolie des années 1970. Chez nous, c'est Good Bye Lénine ! ». Il leur reproche d'avoir survolé le débat sur la diversité et ne pas l'avoir abordé en profondeur, comme d'autres sujets qui ont trait aux préoccupations réelles des Français : la violence, le travail, le droit à l'émancipation sociale, l'identité.

Législatives de juin 2012 dans la 10e circonscription de l'Essonne[modifier | modifier le code]

Malek Boutih a été investi dans la 10e circonscription de l'Essonne suite au vote des militants. Il a commencé sa campagne en utilisant l'image et les paroles de Jean-Luc Mélenchon sur son matériel de campagne, alors que celui-ci soutient François Delapierre, candidat du Front de gauche dans la même circonscription[18]. Il arrive en tête lors du premier tour le 10 juin 2012 avec 34,56 % des voix, puis est élu le 17 juin, totalisant 56,84 % des voix, face à la candidate du Parti radical Marianne Duranton (43,16 %)[19],[20].

Autres responsabilités[modifier | modifier le code]

Malek Boutih exerce également la fonction d'administrateur au sein du collège des personnalités qualifiées du Paris Saint-Germain. Par ailleurs, M. Boutih travaille pour Skyrock où il est directeur des relations institutionnelles[21].

Il a reçu les insignes de chevalier de l’ordre national du Mérite en 2001. En 2003, il a reçu le prix du trombinoscope « révélation politique de l'année » décerné au Sénat[22].

Il ira soutenir en personne l'Initiative de Genève[23], plan de paix alternatif prévoyant la création d'un État palestinien aux côtés d'Israël.

Publication[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Banlieues du Monde. Consulté le 9 juillet 2007
  2. SOS Racisme. Présentation du pôle discrimination
  3. L'Humanité. La pratique du testing validée par la Cour de cassation. Article d’Émilie Rive du 12 juin 2002. En ligne [1]. Consulté le 20 février 2007
  4. Malek Boutih au « Le Grand Jury – RTL - Le Monde » le 27 octobre 2003. En ligne[2]. Consulté le 20 février 2007
  5. Nouvel Observateur. Antisémitisme : SOS-Racisme sonne l'alerte. [3]
  6. Résumé de La France aux Français ? Chiche !. [4]
  7. Le Figaro - 10 juillet 2000
  8. Entretien avec Benoît Sabatier pour Teknikart no 93, juin 2006. Disponible en ligne[5]. Consulté le 20 février 2007
  9. Cité par Jérémy Robine dans SOS Racisme et les « ghettos des banlieues » : Construction et utilisations d’une représentation. Revue Hérodote no 113 - Territoires de Pouvoirs en France (second trimestre 2004). Disponible en ligne [6]. Consulté le 20 février 2007
  10. L'Express du 06/06/2005. Malek Boutih : Pour une immigration maîtrisée. Propos recueillis par Jacqueline Remy. Disponible en ligne [7]. Consulté le 20 février 2007
  11. a et b Le Monde du 25/06/2007. Malek Boutih : "Chez nous, c'est "Good Bye Lénine" !". Propos recueillis par Isabelle Mandraud. Disponible en ligne [8]. Consulté le 29 octobre 2007
  12. Congrès du PS au Mans. Discours de Malek Boutih : C’est la République métissée qui doit être notre nouveau drapeau. Disponible en ligne [9]. Consulté le 20 février 2007
  13. Le Monde du 16/06/2006. Malek Boutih imagine une « nouvelle filière agricole ». Article d'Isabelle Mandraud. Disponible en ligne [10]. Consulté le 20 février 2007
  14. Sarkozy peaufine son ouverture, Libération, 16 juin 2007
  15. « Malek Boutih accusé au PS d'être le « premier des sarkozystes » », Nouvelobs.com,‎ 25 janvier 2009 (consulté le 25 janvier 2009)
  16. Boutih, un parachuté vilipendé en Charente, Libération, 13 juillet 2006
  17. Malek Boutih (PS): «Hollande m'a envoyé au casse-pipe», Libération, 11 juin 2007.
  18. Communiqué, blog de Jean-Luc Mélenchon, 3 mai 2012.
  19. Essonne Info "l'Essonne vire à gauche", consulté le 18/06/2012
  20. Fiche de Malek Boutih sur le site officiel de l'Assemblée nationale. Consulté le 24/06/2012.
  21. Mouvements Mamadou Gaye, directeur des affaires publiques de Skyrock
  22. INFOS Hebdo - no 76 6 février 2004
  23. « Ils étaient tous là, les amis de la paix », La Tribune de Genève, 2 décembre 2003.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]