Malay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Malay
L'église romane de Malay
L'église romane de Malay
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Mâcon
Canton Saint-Gengoux-le-National
Intercommunalité Communauté de communes entre la Grosne et le Mont Saint-Vincent
Maire
Mandat
Claude Pelletier
2014-2020
Code postal 71460
Code commune 71272
Démographie
Population
municipale
243 hab. (2011)
Densité 20 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 34′ 02″ N 4° 40′ 57″ E / 46.5672222222, 4.6825 ()46° 34′ 02″ Nord 4° 40′ 57″ Est / 46.5672222222, 4.6825 ()  
Altitude Min. 194 m – Max. 320 m
Superficie 12,14 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Malay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Malay

Malay est une commune française, située dans le département de Saône-et-Loire en région Bourgogne.


Géographie[modifier | modifier le code]

Différents hameaux composent la commune de Malay :

  • le Bourg
  • Cortemblein
  • Ougy
  • la Place
  • Seugne

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Gengoux-le-National Sercy Bresse-sur-Grosne Rose des vents
Savigny-sur-Grosne N Bissy-sous-Uxelles
Chapaize
O    Malay    E
S
Bonnay Cortevaix Cormatin

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie et école
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 M. Grosjean    
mars 2008   M. Daniel Pichancourt    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 243 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
350 402 715 782 841 823 837 806 812
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
790 745 739 695 700 666 630 558 517
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
462 429 407 367 348 352 346 298 274
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
249 225 214 219 200 214 248 253 243
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Concernant les monuments, il faut citer les magnifiques, par leur simplicité et le recueillement qu'elles permettent, églises romanes, bâties au plus fort du rayonnement de l'abbaye de Cluny. On peut également citer les anciens moulins à eau ainsi que le joli pont de pierre enjambant la Grosne, affluent de la Saône.

Église Notre-Dame-de-la-Nativité : Absidiole nord avec les vestiges des fresques
  • Église Notre-Dame-de-la-Nativité[3],[4],[5] de Malay, ancien doyenné dépendant de l'abbaye de Cluny. Les donations ont permis à l'abbaye de constituer autour du doyenné un domaine agricole important.
    L'église est citée dès 1095. Elle devient un doyenné en 1160. L'église était l'église paroissiale principale pour Ougy, Seugne puis Cortemblin au XVIe siècle.
    L'église a été construite en deux temps :
    - à la fin du XIe siècle, sous l'abbatiat de saint Hugues, chœur, transept, abside, absidioles,
    - au milieu du XIIe siècle, la nef à trois vaisseaux, et plus récemment le clocher.
    L'église était terminée au XIIe siècle. Au XIIIe siècle le doyenné est fortifié.
    Au XVe siècle le portail ouest est fermé et une fenêtre est ouverte. Des fresques du XVe siècles subsistent dans l'absidiole nord et sur le mur du croisillon nord.
    Les textes évoquent des dégradations du domaine pendant les guerres de religion.
    Au XIXe siècle, on a ajouté la sacristie et l'escalier du clocher. On refait les portes latérales. En 1931, le clocher qui avait été incendié retrouve son toit de laves.
    Le mouvement des voûtes entraîne la fermeture de l'église en 1993. L'église est rouverte après reprise de la poussée des voûtes et restauration de l'église. Les fenêtres hautes de la nef ont dû êtres bouchées.


  • Vieux pont de pierre de Cortemblin sur la Grosne.
  • Lavoir d'Ougy[8] construit en 1857.

Littérature[modifier | modifier le code]

L'église de Malay est citée comme point de passage sur un chemin initiatique vers Compostelle au début du XIIe siècle dans le livre Les étoiles de Compostelle par Henri Vincenot[9].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Galerie photos[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]


Liens externes[modifier | modifier le code]