Malathion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Malathion
Malathion
Identification
No CAS 121-75-5
No EINECS 204-497-7
Code ATC P03AX03
SMILES
InChI
Apparence liquide limpide, jaune à brun foncé (fonction de la pureté), d'odeur caractéristique[1].
Propriétés chimiques
Formule brute C10H19O6PS2  [Isomères]
Masse molaire[2] 330,358 ± 0,021 g/mol
C 36,36 %, H 5,8 %, O 29,06 %, P 9,38 %, S 19,41 %,
Propriétés physiques
fusion °C[1]
ébullition à 0,093 kPa : 156 à 157 °C[1]
Solubilité 145 mg·l-1 dans l'eau
Masse volumique 1,2 g·cm-3[1]
Pression de vapeur saturante à 30 °C : 0,0053 Pa[1]
Précautions
Directive 67/548/EEC
Nocif
Xn



Transport
-
   3082   
SIMDUT[4]
D2B : Matière toxique ayant d'autres effets toxiques
D2B,
SGH[5]
SGH07 : Toxique, irritant, sensibilisant, narcotiqueSGH09 : Danger pour le milieu aquatique
Attention
H302, H410,
Classification du CIRC
Groupe 3 : Inclassable quant à sa cancérogénicité pour l'Homme[3]
Écotoxicologie
DL50 750 mg·kg-1 (rats, oral)
LogP 2,89[1]
Valeur d'exposition 15 mg·m-3 (Aérosol)
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Le malathion est un composé organophosphoré parasympathomimétique qui se fixe irréversiblement à la cholinestérase. Le malathion est un insecticide, neurotoxique. Si sa toxicité humaine est relativement basse, le produit de décomposition du malathion, le malaoxon est très toxique. L'utilisation du malathion est interdite en France depuis le 1er décembre 2008[6].

Autres noms[modifier | modifier le code]

Le malathion est appelé carbophos en ancienne URSS, maldison en Nouvelle-Zélande et en Australie et mercaptothion en Afrique du Sud.

Réglementation[modifier | modifier le code]

Sur le plan de la réglementation des produits phytopharmaceutiques :

  • pour l’Union européenne : cette substance active est interdite par la décision 2007/389/CE à la suite de l'examen relatif à l'inscription à l’annexe I de la directive 91/414/CEE et depuis 2012, le taux de résidus de ce pesticide dans les aliments est réglementé en Europe[7]
  • pour la France : cette substance active n'est pas autorisée dans la composition de préparations bénéficiant d’une autorisation de mise sur le marché.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Le malathion est principalement utilisé dans l'agriculture comme produit antiparasitaire (insecticide et acaricide) à large spectre, et surtout dans la lutte contre les insectes suceurs. Le malathion est très toxique pour les insectes, y compris les insectes utiles, comme les abeilles. L'épandage de malathion sur les zones aquatiques contribue également au déclin des populations d'amphibiens.

En 1999, toute la région de New York a été traitée au malathion par avion pour éradiquer le virus du Nil occidental. Au Canada, le malathion est employé depuis des décennies à Winnipeg contre les moustiques[8].

Le malathion est utilisé en médecine pour éradiquer les poux (nom commercial : Prioderm) et la gale.

Toxicité pour l'Homme[modifier | modifier le code]

Le malathion se décompose en malaoxon, qui est 60 fois plus toxique que le malathion. Pour cette raison, si le malathion est employé en intérieur, il peut sérieusement empoisonner les personnes vivant ou travaillant dans cet environnement. Le malathion présent dans l'eau non traitée est converti en malaoxon pendant la phase de chloration du traitement de l'eau, il ne devrait donc pas être employé dans les eaux servant de source d'eau potable.

Environnement[modifier | modifier le code]

Le malathion est un produit très toxique pour les insectes utiles (coccinelles, chrysopes, aphidoletes)[9].

La Chine reste un producteur important et a exporté 1 500 tonnes de malathion en 2008.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f MALATHION, fiche de sécurité du Programme International sur la Sécurité des Substances Chimiques, consultée le 9 mai 2009
  2. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  3. IARC Working Group on the Evaluation of Carcinogenic Risks to Humans, « Evaluations Globales de la Cancérogénicité pour l'Homme, Groupe 3 : Inclassables quant à leur cancérogénicité pour l'Homme », sur http://monographs.iarc.fr, CIRC,‎ 16 janvier 2009 (consulté le 22 août 2009)
  4. « Malathion » dans la base de données de produits chimiques Reptox de la CSST (organisme québécois responsable de la sécurité et de la santé au travail), consulté le 25 avril 2009
  5. Numéro index 015-041-00-X dans le tableau 3.1 de l'annexe VI du règlement CE N° 1272/2008 (16 décembre 2008)
  6. « Avis aux fabricants, distributeurs et utilisateurs de produits phytopharmaceutiques contenant les substances carbaryl, trichlorfon, oxydemethon methyl, thiodicarbe, fenithrothion, dichlorvos, malathion ou diazinon », Journal officiel de la République française,‎ 4 septembre 2007
  7. Règlement (UE) no 270/2012 de la Commission du 26 mars 2012 modifiant les annexes II et III du règlement (CE) no 396/2005 du Parlement européen et du Conseil en ce qui concerne les limites maximales applicables aux résidus d’amidosulfuron, d’azoxystrobine, de bentazone, de bixafen, de cyproconazole, de fluopyram, d’imazapic, de malathion, de propiconazole et de spinosad présents dans ou sur certains produits ; 27.3.2012 JOUE L89/5
  8. Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire (ARLA) de Santé Canada
  9. « Malathion - ACTION SUR LES ORGANISMES UTILES », Ministère de l'Agriculture et de la pèche.