Maladie de Hailey-Hailey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La maladie de Hailey–Hailey, ou pemphigus chronique bénin familial ou pemphigus bénin familial, fut originellement décrite par les frères Hailey (Hugh Edward et William Howard) en 1939. Il s'agit d'une maladie génétique causant l'apparition de bulles sur la peau. On parle parfois du syndrome de Gougerot-Hailey-Hailey pour reconnaitre la contribution d'Henri Gougerot en 1933.

Signes et symptômes[modifier | modifier le code]

La maladie se caractérise par des éruptions de rougeurs et d'ampoules sur la peau, habituellement dans les replis de la peau, mais aussi fréquemment sur de larges surfaces du corps. Les ampoules, douloureuses, se rompent et parfois deviennent infectées et à vif. De nouvelles ampoules se forment au-dessus de la peau abîmée dans ce qui semblent être un cycle d'éruptions sans fin.

Causes[modifier | modifier le code]

La cause de la maladie est une haploinsuffisance de l'enzyme ATP2C1. Le gène ATP2C1 est situé sur le chromosome 3 et encode la protéine hSPCA1. À cause d'une mutation sur une copie du gène, seulement la moitié de cette protéine est fabriquée et les cellules de la peau n'adhèrent pas ensemble correctement, provoquant acantholyse, ampoules et rougeurs. Il n'y a pas de remède.

Le diagnostic différentiel inclut l'intertrigo, la candidose, et une dermatite de contact. Une biopsie et/ou l'historique familial peuvent servir de confirmation. L'absence de lésions orales et d'anticorps intercellulaires distingue le pemphigus bénin familial d'autres formes de pemphigus.

Traitement[modifier | modifier le code]

Des préparations de corticostéroïdes aident durant les éruptions ; l'usage du plus faible corticostéroïde efficace est recommandé afin de prévenir l'amincissement de la peau. Des médicaments tels les antibiotiques, les antifongiques, les corticostéroïdes, la dapsone, le méthotrexate, la thalidomide, l'étrétinate, la cyclosporine et, plus récemment, l'Alefacept intramusculaire peuvent éventuellement contrôler la maladie mais sont inefficaces pour des formes chroniques sévères ou avec rechutes. Des injections de toxines botuliques afin d'inhiber la transpiration pourraient être bénéfiques. Maintenir un poids sain, éviter la chaleur et les frottements des zones affectées, et garder ces zones propres et sèches peuvent aider à prévenir les éruptions.

Certains patients ont été soulagés par un traitement au laser qui brûle la zone superficielle de l'épiderme, permettant à la peau saine de repousser à sa place.

Des infections secondaires à bactéries, champignons et/ou virus sont fréquentes et peuvent aggraver une éruption.

Certains patients ont remarqué que les éruptions étaient provoquées par certains aliments, leurs cycles hormonaux et le stress.

Référence[modifier | modifier le code]